Forum RPG post-apocalyptique, rock'n'roll, à prix cassé
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Max [ LA MENACE. ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Max
Pot d'fleur.


Messages : 68
Date d'inscription : 25/08/2011
Age : 19

Feuille de personnage
P.U.F.: Eredhys
Relationship:
Cash: 1

MessageSujet: Max [ LA MENACE. ]   Mar 30 Avr - 17:15

I don't give a shit.


    Nom: Max.
    Prénom : Greyback.
    Sexe : Mâle, un vrai, un pur.
    Âge : 25 ans.
    Origines : Américaines et Italiennes.
    Emploi : Designer.
    Taille : 1m85
    Corpulence: Squelettique, élancé, mais musclé.


    Signe(s) Particulier(s) :

    • Physiquement, Max est bien proportionné. Enfin, ça dépend des points de vue, il faut aimer les grandes asperges, mais lui apprécie le fait de pouvoir bouffer autant qu'il veut sans prendre de gras. Il est souple, assez grand, très élancé, mais aussi dôté de muscles fins et puissants. LE MEC PARFAIIT.
    • Des cheveux bruns en bataille, ondulés, un bouc bien entretenu qui se transforme en pilosité sauvage.
    • Des yeux d'un bleu céruléen aux reflets un peu turquoises fort appréciés.
    • Un tatouage dans le dos, représentant un aigle. Très rarement visible.

    Histoire :

    Encore un jour à rien glander.
    Affalé sur son lit, Max regardait l'écran sans vraiment voir le film qu'il avait déjà vu des dizaines de fois. Il soupira, croisant les bras derrière sa tête. Ces vacances d'été commençait à devenir longues, et il était coincé chez son père. Il était dérangeant de squatter encore chez lui à vingt-cinq ans, mais il n'avait pas vraiment le choix. Il n'avait pas assez pour payer la location de son appartement lors des vacances d'été en plus du reste de l'année, et ses parents ne voulaient plus lui prêter le moindre dollar, ce qui était compréhensible. Un nouveau soupir s'échappa de ses lèvres entre-ouvertes. Parfois, il se maudissait tel qu'il était. S'il n'avait pas été aussi dépensier, il aurait peut-être réalisé plus d'économies jusqu'à aujourd'hui, et il ne serait pas contraint de rester à rien faire durant son temps libre, puis à se battre ensuite pour gagner de quoi manger. Parfois, il se demandait s'il avait fait le bon choix en s'engageant dans la filière artistique. Oh, il adorait cela, et jusque là il arborait de très bons résultats. Et de toute manière, il était trop mauvais dans les autres matières pour espérer survivre d'autre chose. Cependant... Le métier de designer semblait complètement bouché, et avoir le SMIC était déjà un défi. Il supposait qu'il devait faire ses preuves. Encore.
    Il finit par se lever, remontant le velux pour laisser la lumière inonder sa chambre, lassé des ténèbres et du film criard. D'une pression sur l'interrupteur, il éteint le moniteur puis s'étira. Ses iris parcouraient les formes de sa chambre, de taille moyenne, passaient sur les lignes formées par les meubles et les divers objets. Quelques posters, des figurines de jeux vidéos. Des dessins. Et un paquet de clope. Il serra les dents et les poings. encore un point sur lequel il était en désaccord avec lui-même. La cigarette... Il détestait être obligé de mettre son précieux argent dans ces bâtons de mort, il se maudissait d'avoir un jour porté l'un de ces objets à sa bouche, d'en avoir inspiré la fumée âcre. Maintenant, il ne pouvait plus lâcher, et ce n'était pas faute d'avoir essayé. Les patchs, les cures de désintoxication... Il avait tout essayé. Mais les tremblements de dépendance qui agitaient son corps quand il était en manque, eux, même avec toute la volonté du monde, il ne pouvait pas les arrêter.
    Heureusement, il ne fumait pas énormément non plus. Cinq cigarettes par jour était son maximum, et il espérait bien qu'il ne franchirait jamais cette limite déjà bien trop élevée à son sens. A contrecœur, il s'avança et saisit le paquet plastifié pour le glisser dans la poche de son jean. Puis il ouvrit la porte et descendit les escaliers.

    La maison semblait vide, et le rez-de-chaussée était plus silencieux qu'une église. Ses parents étaient divorcés, son frère aîné avait trouvé un boulot bien plus prometteur que le sien, ainsi il restait chez lui, détenteur d'assez d'argent pour se subventionner lui-même. Il n'allait que très peu chez sa mère, puisque de toute façon, elle ne voulait pas de lui. Son père était un peu plus avenant. Il était musiciens. Entre artistes, on se comprend plutôt bien.
    Il fit quelques pas sur le carrelage, regardant autour de lui à la recherche d'une trace de vie. Toujours personne. Tant pis. Il tourna les clés dans la serrure et ouvrit la porte, brèche vers le soleil d'été Californien. Avant de quitter la résidence, il se saisit du banjo rutilant abandonné sur le bord d'un fauteuil. Un cadeau de son père, qui n'avait pas vraiment compris que la musique, il adorait l'écouter, mais il était incapable de la jouer. Il prit l'instrument noir et blanc par le manche.

    - Papa ? Je vais en ville. M'attends pas pour manger.

    Pas de réponse, après quelques secondes de silence flottant. Max haussa les épaules, puis sortit en refermant la porte de bois verni derrière lui.
    Il aurait bien pris le volant de la Laguna qui attendait paisiblement devant la porte du garage, mais il aurait été inutile de sortir cette machine par un temps pareil, surtout pour aller à un kilomètre de là. Parcourant les rues sous un soleil de plomb, il finit par trouver ce qu'il cherchait. Il se sentait un peu coupable de faire ça, mais il ne s'en servait jamais, de ce banjo. Alors, autant qu'il serve à quelqu'un d'autre qui jouerait avec. Et il avait cruellement besoin d'argent.
    Il poussa la porte, déclenchant le tintement d'un carillon. Arrivant par les baies vitrées, la lumière de l'après-midi baignait l'intérieur de la boutique, ornant les multiples instruments métalliques de reflets reluisants et dorés. Il admira brièvement le spectacle, puis s'avança vers le comptoir, s'apprêtant à négocier son bien. Le banjo était neuf et bien entretenu, d'une bonne marque. Il espérait en tirer un bon prix. Il ouvrit les lèvres, mais au dernier moment il ravala ses mots. Personne. Il était bien dans les heures d'ouverture, pourtant... Il se tortilla un peu pour apercevoir l'arrière boutique, vide elle aussi. Où était-il ? Maintenant qu'il y repensait, il n'avait pas croisé grand-monde dehors non plus, pour une ville de Californie en plein été... Étrange. Il tourna les talons. Il reviendrait demain, ou tout à l'heure peut-être, mais il n'allait pas attendre que le propriétaire revienne, où puisse-t-il être. Il agrippa la poignée pour sortir, quand une main lui attrapa sauvagement la cheville. Il hurla comme il n'avait jamais hurlé, surpris, et il se retourna vivement. Un gros corps potelé était accroché à sa jambe, face contre terre, poussant un long râle. Il reconnut sur la chemise le logo de la boutique, et comprit la farce avec mauvaise humeur.

    - Ha, haa. Très amusant. Je ne savais pas que c'était lég-

    Sa phrase fut interrompue par un nouveau cri sortant de sa gorge. De véritable effroi, cette fois. L'homme avachi avait relevé la tête, et elle n'était qu'un magma de chair et d'os broyés aux deux orbites vides. C'était... Impossible... Paralysé par la peur, il ne put qu'observer la bouche sanglante s'ouvrir et déverser un flot de gargouillis, sentir les longs ongles jaunis transpercer le tissu de son jean. Ce n'était pas une farce. Cette chose... Existait vraiment, tout comme la puanteur qui en émanait. Alors il ne put brandir que la seule arme qu'il avait à disposition. Levant le bras, il abattit rageusement le banjo sur le crâne de l'immondice, qui explosa dans un jet de sang. Sentant la pression autour de sa chair se relâcher, il bondit en arrière, percutant la vitrine et provoquant un concert d'instruments tombant de leurs supports. Le souffle court, il contempla le cadavre à la tête baignée d'hémoglobine, déversant un torrent pourpre sur le sol autrefois blanc et propre. Les bras tremblants, Max leva son banjo à hauteur de son visage. Légèrement cabossé sous le choc, et éclaboussé de gouttes vermillons accompagnées de quelques morceaux de chair. Clairement invendable.
    Horrifié et pressé de sortir de l'endroit, l'odeur suffocante le prenant à la gorge, il se faufila dans l'ouverture de la porte pour regagner l'extérieur. Encore frissonnant, il se demanda si tout cela n'était pas qu'un horrible cauchemar. On avait pas idée de voir des gens se transformer en zombies, comme ça, sous ses yeux... Aspirant l'air à grandes goulées, il regretta pour la première fois de la saison qu'il ne soit pas un peu plus frais pour évacuer la chaleur qui s'emparait de son propre corps et le faisait suer. Le regard perdu dans le vague, il contempla la rue vide d'habitants, puis revint finalement à ses esprits et plongea la main dans sa poche pour en extraire son téléphone portable. Il se mit à taper rapidement le numéro de son frère, mais l'urgence de la situation et la moiteur de ses paumes fit glisser l'appareil qui s'écrasa sur le béton avec un bruit métallique. Il contempla les morceaux disloqués de l'appareil, bien trop fragile à son goût, et il sentit exploser toute la frustration, la pression et la peur accumulées au cours des dernières minutes.

    - MERDE !

    D'un coup de pied, il dispersa les restes brisés de son portable et se mit à courir. Il venait d’apercevoir d'autres goules qui approchaient lentement, surgissant de plusieurs endroits improbables. Il entendait des cris, des cris encore humains qui mourraient pour devenir des râles gutturaux. L'alerte rouge s'allumait dans son cerveau et il accéléra sa course. Il ne savait pas pourquoi, ni ce qu'il ferait une fois arrivé, mais il se dirigeait à toute vitesse vers la station service. Il y trouverait peut-être des voitures pour dégager d'ici à tout prix. Et trouver un refuge, quel qu'il soit, car malgré l'horreur que lui inspirait cette idée, il avait l'intime conviction qu'il était désormais inutile de retourner chez lui. A part s'il voulait mourir en chemin, sans s'être donné de chances de s'en tirer.
    Partout autour de lui, des corps putréfiés se levaient à son approche, tendaient leurs bras abîmés vers lui, faisaient crisser leurs ongles sur le sol. Comment une telle horreur pouvait-elle se répandre aussi vite ? Des questions par dizaines se mélangeaient dans sa tête, sans réponses, et il ferma son esprit à ce genre de distractions. S'il faisait un faux pas, maintenant, il était mort. Il serrait fermement dans sa main ce qui semblait être sa dernière et seule arme, et qui s'était avéré capable d'exploser des crânes. De toute façon, ce n'était pas des goules qui allaient lui racheter contre des dollars pour sa location. Il n'y aurait plus de location. Cet instrument lui sauverait peut-être la vie, finalement. Au bout de la route, il voyait l'enseigne lumineuse de la station service. Malgré le feu qui brûlait sa poitrine et son souffle rauque, ses jambes meurtries, il gardait l'allure, sprintant comme si sa vie en dépendait - c'était un peu le cas, en fait. Chaque fois qu'une abomination avançait sur son trajet en titubant, il brandissait son arme, gonflait ses muscles, et leur ravageait la tête avec le plat de l'instrument qui se teintait de plus en plus de rouge. Il gardait le nez et la bouche protégés de sa manche et évitait au maximum d'entrer en contact avec le sang infecté. Il n'était plus dans un jeu vidéo de survie maintenant, le pire des scénarios d'horreur était devenu réalité, mais si tous ces livres, ces jeux et ces films avaient visé juste, alors il pouvait être contaminé si son sang entrait en contact avec celui d'un des mort-vivant. Et il n'avait pas franchement envie de devenir un déchet ambulant, pour se faire éclater la gueule par quelqu'un d'autre après. Il devrait d'ailleurs trouver un moyen de nettoyer son banjo le plus vite possible, sans quoi il deviendrait un objet mortel et un nid d'infections.
    Il arriva finalement dans la station service, exténué, peinant à reprendre son souffle. Il était passé en trombe devant une masse de cadavres marchants, et il se retourna pour observer leur progression. Ils s'étaient rapprochés plus vite que prévu. Ils avaient beau être lents et pour la plupart, incapables de marcher normalement, ils rivalisaient d'ingéniosité pour aller plus vite et se repaître de viande humaine. Serrant l'instrument contre lui, il se retourna pour prendre la fuite. Trop tard. De là aussi, des goules avaient fracassé la vitrine de la station service et désormais, il était encerclé. Son cœur se mit à battre encore plus vite. Ce serait un miracle s'il ne mourrait pas de crise cardiaque avant même de se faire toucher. L'une des créatures tendit un bras décharné, et son banjo se chargea de l'arracher. Il explosait encore un autre adversaire vermoulu, quand il entendit un crissement de pneus suivi d'une odeur de gomme brûlée. Quelqu'un venait l'aider. L'espoir lui remonta très légèrement le moral, mais il était trop occupé à poutrer du zombie pour voir de qui il s'agissait. Il espérait juste que le conducteur de la voiture ne se contenterait pas de faire demi-tour et de repartir à pleine vitesse pour mettre sa peau en sécurité. En même temps qu'il assénait un puissant cou à un mort-vivant fermement accroché à son pantalon, il entendit un sifflement d'air et perçut l'éclat de lumière provoqué par le soleil se réfléchissant sur une lame d'acier. Un sabre venait de trancher net le cou d'une des putréfactions, provoquant une giclée de liquide rouge, et ne tarda pas à en transpercer d'autre. Max adressa un sourire reconnaissant à l'inconnu qui ne le remarqua sans doute pas, puis se replongea dans sa propre lutte. Certes, un banjo était moins efficace qu'un sabre, mais ça faisait son effet quand même. Il abattit finalement son dernier agresseur, qui aurait pu être comique avec sa cravate sur la tête si ce scénario n'avait pas été réel, puis il se retourna vers l'autre survivant. Entre temps, un autre survivant aux longs cheveux noirs était apparu avec l'autre. Ah ouais, normal, le mec il pop sans faire de bruit, comme ça. Intrigué, mais toujours sur ses gardes, une brève conversation s'entretint. Son sauveur était vêtu d'une chemise blanche, il avait le teint hâlé et des cheveux noirs comme ses yeux sombres. L'autre ne semblait pas très loquace, les observant d'un œil fixe sans participer à l'échange. Ils finirent par regagner la voiture en entendant un hurlement annonçant l'arrivée d'autres créatures. Ainsi donc, ils allaient à Sun City.

    Depuis son arrivée à Sun City, étrangement, Max s'est montré très discret. Ainsi, bien que parmi les premiers arrivés, presque personne n'a entendu parlé de lui, et Nathan et Jacob en seraient presque allés jusqu'à oublier son existence. Mais désormais, il est revenu, plus visible. Et bien là.

    Caractère:

    En traits généraux, Max est sympathique, joyeux, optimiste et de bonne compagnie. Il n'est pas quelqu'un de méchant, loin de là, il est toujours prêt à aider les autres, et cette bonté lui aura souvent fait défaut dans le passé. Il est plus méfiant depuis, mais il reste incapable de faire du mal aux autres, du moins mentalement, à part si cette personne l'a vraiment bien cherché. Souvent de bonne humeur, optimiste même dans le pire, il essaye toujours d'avoir le sourire, même si au fond ça ne va pas bien, car il apprécie d'être un soleil de bonne humeur pour les autres. Il ne veut pas qu'on s'inquiète pour lui, il se confie rarement d'ailleurs, malgré de nombreux sentiments sombres qui peuvent souvent le rendre triste. Il conçoit que chacun ait ses propres problèmes, alors il n'aime pas déranger les autres avec les siens. Il apprécie l'humour, et son caractère légèrement déjanté le fait parfois passer pour quelqu'un d'extravagant, mais il suffit de le connaître un peu pour comprendre qu'il est loin d'être superficiel ou immature. En tout cas, il n'aime pas voir de la tristesse chez les autres, et il voudra souvent calmer les tensions ou bien glisser une petite phrase pour détendre l'atmosphère.
    Son caractère n'a pas vraiment été influencé par l'apocalypse. Bien-sûr, il y a beaucoup de changement dans son comportement, comme c'est le cas pour tous, mais en apparence il reste le même mec joyeux et vaguement sympathique. A savoir qu'il reste cependant assez distant et timide, maladroit aux premiers abords, car approcher les autres est quelque chose qui lui est très difficile. D'autant qu'il sait assez bien percevoir les sentiments de ses compatriotes, ce qui lui permet de s'éclipser lorsqu'il est de trop ou au contraire de venir en soutien quand on a besoin de lui. Bon, évidemment, le fait que la populace se soit presque intégralement zombifiée le rend un poil plus dépressif, nostalgique et prudent, aussi. Il craint pour sa santé, également. Il semblerait qu'acheter du tabac ne soit plus aussi aisé qu’auparavant, et même si c'est l'occasion idéale pour arrêter de fumer, il appréhende la sensation de manque inévitable qui s'emparera de lui lorsqu'il aura consommé son dernier Précieux. Comme tous, il espère secrètement que tout cela cessera un jour, que tout redevienne comme avant, même si leurs esprits en seraient à jamais marqués. Douce idylle... En attendant, il cherche activement à survivre et à aider les autres dans leur survie, et tant qu'à faire, autant trouver du plaisir là où il y en a. A savoir péter la gueule des goules, l'esprit fermé au reste, comme immergé dans un jeu vidéo, en s'empêchant de penser à ce qu'était ce zombie, à comment il est devenu un mort-vivant, et à l'avenir de sa famille.
    Loyal et fidèle avec ses amis, il n'hésitera jamais à les aider et globalement il arrive à faire ami-ami avec tout le monde, tant qu'ils sont ouverts d'esprits et sympathiques, la seule catégorie de gens qu'il ne supporte d'avance pas étant celle des hypocrites, des fayots et des manipulateurs. Ainsi est fait Max... Jusqu'à présent.

    Inventaire:

    • Un super T-shirt bleu-gris foncé "I'm Harder than You"
    • Une croix en argent en pendentif.
    • Un jean noir.
    • Une ceinture de cuir noir.
    • Une montre à gousset ancienne, relié à son futal par une chaîne d'argent.
    • Un paquet de clopes Malboro ( 6 cigarettes restantes ).
    • Un superbe Banjo : D
    • Un briquet zippo.
    • Une paire de Converse.

    Argent possédé à l'arrivée: 1$ et une pièce en chocolat.


BITCHES.

    Votre PUF : Segnory, a.k.a l'admin un peu inutile ( mais qu'on aime bien quand même : D )

    Codes : Okay'

    Qui vous a fait découvrir le forum ? Mon subconscient.

    Une dernière chose à dire ? : Il est beau, il est beau, il est beau le lavabo !


Dernière édition par Max le Mar 7 Mai - 16:23, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob
Never grow up.


Messages : 1326
Date d'inscription : 25/08/2011
Age : 23

Feuille de personnage
P.U.F.: Hax-Makina
Relationship:
Cash: 20 + 15

MessageSujet: Re: Max [ LA MENACE. ]   Mar 30 Avr - 19:51

    è_____________________________________________________________________________________________é

    Enfin !!!!

    [ Vieux sketch hahahahaha XD ]
    J'aime ! : D
    Hâte que tu fasses le caractère, puisse-t-il arriver avant l'an 15 !
    En attendant, gute code. Ca fait longtemps qu'on n'a pas RP ensemble :p

_________________
black#eebfa3#513C52
CasierRP


Merciiiiiiii Faso !!!
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hax-makina.deviantart.com/
Morgan
Increvable


Messages : 1474
Date d'inscription : 28/08/2011
Age : 21
Localisation : Errant dans les couloirs // Au milieu du Zombus

Feuille de personnage
P.U.F.: Levialhem.
Relationship:
Cash: 30 + 17

MessageSujet: Re: Max [ LA MENACE. ]   Mer 1 Mai - 0:27


Bienvenue bienvenue bienvenue : D

*ahah, pas mal le slogan de Tallahassee sur l'image*

_________________


      ← Morgan Davis+ Fiche+ Casier+ SuiviAkilah "Cat" Coffey →+ Fiche+ Compartiment+ SuiviRépertoire de persos.© Levialhem


MERCI INNU ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://levialhem.deviantart.com/
Angela.
Apprenti boucher


Messages : 371
Date d'inscription : 29/08/2011
Age : 22
Localisation : Perdue.

Feuille de personnage
P.U.F.: Ninetales
Relationship:
Cash: 95 + 13

MessageSujet: Re: Max [ LA MENACE. ]   Mer 1 Mai - 9:47

    • Une pièce en chocolat, hinhin, boulet :V

      Re Segno ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://farewell-midnight.deviantart.com
Nathan.
Complete Nerd.


Messages : 384
Date d'inscription : 25/08/2011
Age : 24

Feuille de personnage
P.U.F.: Siumi.
Relationship:
Cash: 15+10

MessageSujet: Re: Max [ LA MENACE. ]   Mer 1 Mai - 12:09

Vous êtes en retard è_é
Vous avez un mot d'excuse ?

PS : IL DÉCHIRE SA MAMAN LA MURÈNE ALBINOS !

_________________
Nathan & Keeva & William




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lei
Gourou du baseball


Messages : 223
Date d'inscription : 11/07/2012
Localisation : Quelque part.

Feuille de personnage
P.U.F.: Lei
Relationship:
Cash: 15 + 10

MessageSujet: Re: Max [ LA MENACE. ]   Ven 3 Mai - 22:59

    T'as pas mis le même nom que d'hab', t'es nul :c !
    Bienvenue sinon Topman >:I
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Max
Pot d'fleur.


Messages : 68
Date d'inscription : 25/08/2011
Age : 19

Feuille de personnage
P.U.F.: Eredhys
Relationship:
Cash: 1

MessageSujet: Re: Max [ LA MENACE. ]   Ven 3 Mai - 23:05

    FINI.

    Hax : MAIS MA CHERE TU PEUX TOUJOURS EN FAIRE UN AUTRE TU LE SAIS BIEN : D
    Littie : Merci merci merci o/ Hinhin ouais, Zombieland en force :I
    Niny : C'toi la boulette, au moins il aura de quoi manger LUI >:I
    Siu : Les goules m'ont volé mon sac de cours. Navré.
    Lait : .... :I

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob
Never grow up.


Messages : 1326
Date d'inscription : 25/08/2011
Age : 23

Feuille de personnage
P.U.F.: Hax-Makina
Relationship:
Cash: 20 + 15

MessageSujet: Re: Max [ LA MENACE. ]   Ven 3 Mai - 23:07

    VOLE VOUIIIIIIII
    [ Traduction : validé ! ]

_________________
black#eebfa3#513C52
CasierRP


Merciiiiiiii Faso !!!
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hax-makina.deviantart.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Max [ LA MENACE. ]   Aujourd'hui à 17:16

Revenir en haut Aller en bas
 
Max [ LA MENACE. ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Menace du Stirland...
» La menace Rouge...
» ICE CRIME : La Menace Pingouin
» Le Lotus Noir? La menace est à l'intérieur
» [Fan-fiction] Bionicle et hero factory superstar saga episode2 la menace fantome

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*SUN CITY :: Paperasse. :: Personnages validés. :: Le Refuge-
Sauter vers: