Forum RPG post-apocalyptique, rock'n'roll, à prix cassé
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Parce que Baudelaire, personne n’l’a jamais compris ! (ft. Jim)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Jim
Super scout


Messages : 401
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 21

Feuille de personnage
P.U.F.: Kachi'
Relationship:
Cash: 40

MessageSujet: Re: Parce que Baudelaire, personne n’l’a jamais compris ! (ft. Jim)   Dim 18 Aoû - 18:02


Passer sa vie à espérer. Effectivement, elle ne le pouvait pas. C'était bien trop illusoire, et plus douloureux que la vérité elle-même, au final. On espère, on se demande si on fait bien, si ça n'est pas vain, mais on continue. Et ça ronge, encore et encore. Jusqu'à ce qu'un jour lointain, la vérité éclate et à cause de tout cet espoir, fasse plus mal qu'elle ne l'aurait du. Il en avait eu un court aperçu, et voilà ce qu'il était devenu.

Un jeune gars sans endroit à appeler "maison", aux yeux fatigués de ce qu'ils ont trop vus, au corps meurtri de ce qu'il a vécu, au mental brisé par ce qu'il a perdu et dû supporter au fil des années qu'il aurait dû vivre autrement.

Mais non, Jim préférait cette vie à celle de l'orphelinat. Il n'avait pas honte. Il savait juste qu'il aurait pu connaître mieux, et ce n'était pas pour autant ce qu'il souhaitait. Il avait plus souffert physiquement que psychologiquement dans la rue. S'il aurait préféré éviter les blessures, il ne regrettait pas d'avoir vécu dans ce monde auquel il devait beaucoup de son assurance. Enfin, June ne pouvait sûrement pas comprendre une telle façon de penser. C'était tellement loin de ce qu'elle connaissait, voire même de ce qu'elle imaginait. Qu'imaginait-elle, d'ailleurs ?

Maintenant que les choses s'étaient calmées, qu'elle l'avait étreint, qu'il s'était une fois de plus excusé, d'une manière détournée, et qu'elle semblait ne pas lui en vouloir autant qu'à quel point il en voulait à lui-même, une précédente question lui revint en tête, alors qu'il l'observait du coin de l'œil, réalisant qu'elle gardait toujours des distances, que sa méfiance ne s'était pas encore tout à fait éteinte.

« T'avais pas compris. Tout à l'heure. » Le jeune homme dirigea son regard gris vers la petite, sérieux. « Je demandais si je te faisais peur. »

Oui, il y tenait etjenerépéteraipascequej'aiditlàdessusdanslepremierpostoùlaquestionaétéposée. Ça continuait de flotter dans sa tête, comme si son esprit voulait absolument la réponse. Sûrement que l'épisode briseur d'espoir avait ravivé sa part de lui qui se demandait s'il était assez il ne savait quoi pour effrayer une jeune fille. Faudrait qu'il lui demande son âge, d'ailleurs. Elle n'avait peut-être pas 15 ans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kachiwho.deviantart.com
Lily-Rose
Apprenti boucher


Messages : 357
Date d'inscription : 06/05/2013

Feuille de personnage
P.U.F.: Chinkara - Meikiro
Relationship:
Cash: 0

MessageSujet: Re: Parce que Baudelaire, personne n’l’a jamais compris ! (ft. Jim)   Mar 20 Aoû - 2:36



« T’avais pas compris. Tout à l’heure. Je demandais si je te faisais peur. »

Leurs regards s’étaient croisés. Elle n’avait pas répondu de suite, y pensant un moment. A l’instar du Grand Méchant Loup des histoires enfantines, les Grands Méchants Gens de l’Extérieur étaient… Et bien… Méchants. C’était ce qu’elle avait toujours pensé. Ce qu’on lui avait toujours dit. Ils avaient tués sa mère après tout. S’ils n’étaient pas monstres, qu’étaient-ils alors ? Sa mère et des centaines d’autres. Elle ne les connaissait pas. Peut-être étaient-ils parents d’autres enfants, frères ou sœurs de l’un ou de l’autre. C’étaient les gens de l’extérieur qui les avaient tués. Sans aucune forme de pitié. Elle se souvint de la fumée qui envahissait le ciel, l’enveloppant dans un cocon noir et meurtrier. Des cris, des policiers, des ambulanciers.

Elle n’avait jamais vraiment compris à cette époque-là. C’est là que la graine avait été plantée. Douze années de sa vie balayées par une question qui lui faisait repenser aux fondements de son éducation. Elle était plus perdue que jamais. Cat’ faisait partie de ce lot qu’elle ne comprenait pas. Elle venait de l’extérieur, mais elle n’était pas mauvaise. Enfin, elle ne le semblait pas. C’était peut-être juste une exception. Elle ne savait pas trop quoi en penser. Kiliann avait renoncé à l’existence à l’extérieur, avait ainsi refusé la violence et la bassesse d’un monde cruel à l’image de son hôte, l’homme.

« Je… Oui, au début… Mais… Je ne sais plus. »

Le fait qu’il ait pleuré devant elle le rendait plus vulnérable à ces yeux. Il semblait avoir ces faiblesses naturelles qui réapparaissent de temps en temps. Elle ne savait pas si elle devait avoir peur de lui. Si elle avait peur. Il pouvait la briser en deux comme une vulgaire brindille sèche. Mais elle se sentait une sorte d’affection pour lui, il semblait ne pas être passé par des événements faciles, au vu des cicatrices à son bras et sa poitrine, il ne savait pas lire, et n’avait jamais entendu parler de délicatesse ou de tact. Probablement que l’ensemble était lié, mais elle ne savait exactement de quelle façon. Elle tortilla ses mains.

« Vous… Vous n’avez jamais eu envie d’apprendre ? A lire s’entend. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jim
Super scout


Messages : 401
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 21

Feuille de personnage
P.U.F.: Kachi'
Relationship:
Cash: 40

MessageSujet: Re: Parce que Baudelaire, personne n’l’a jamais compris ! (ft. Jim)   Mar 20 Aoû - 9:50


C'était oui, alors. Mmh. Jim ne savait pas trop comment le prendre... dans tous les cas, il pouvait se dire qu'elle hésitait désormais. Elle n'était plus aussi sure d'avoir peur de lui. D'une certaine manière, il s'en sentait rassuré : effrayer une gamine ne faisait pas partie de ses centres d'intérêt. Aussi hocha-t-il légèrement la tête en détachant son regard d'elle, préférant le poser sur quelque chose de moins expressif. N'ayant plus rien à dire, il ne trouvait rien d'autre de plus intéressant à faire.

Jusqu'à ce que la petite blondinette reprenne la parole, relançant ainsi rapidement la conversation. S'il avait déjà voulu apprendre ? À lire ? Euh, non. Petit, il préférait les dessins animés à un bouquin. Une histoire racontée par Maggie à lire lui-même. Et puis bon, les cours en maison de groupe...

Dès le premier jour il n'avait pas aimé ça et avait fait son rebelle, au point d'être renvoyé dans sa chambre avant d'avoir appris quoi que ce soit. Et au final, on ne l'y avait même plus convié. Prendre le risque que de futurs parents adoptifs constatent qu'il n'avait jamais appris quoi que ce soit ? Bah, qui voudrait de lui de toute façon ? Une inspection ? Elles étaient forts rares dans ce coin, et la dernière récente. Maggie ? Elle ne pouvait pas le signaler, au risque de voir son petit protégé être déplacé trop loin pour elle. Pas de quoi se faire du soucis, donc.

« Pour quoi faire ? »

Il n'en avait jamais vu l'utilité. Dans sa vie dehors, ne pas savoir lire ne lui avait jamais fait défaut. Il retenait ce qu'on lui disait, simplement. De plus, bien des choses étaient accompagnées d'images. Non, il s'en fichait. Tant qu'il ne se retrouvait pas face à un livre qu'il était incapable de lire pour seule occupation. Là, d'accord, c'était frustrant. Très.

« J'en ai jamais eu besoin. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kachiwho.deviantart.com
Lily-Rose
Apprenti boucher


Messages : 357
Date d'inscription : 06/05/2013

Feuille de personnage
P.U.F.: Chinkara - Meikiro
Relationship:
Cash: 0

MessageSujet: Re: Parce que Baudelaire, personne n’l’a jamais compris ! (ft. Jim)   Mar 20 Aoû - 22:55




« Pour quoi faire ? »

« … »

Elle se demanda s’il était vraiment sérieux. Pour elle, la lecture était l’essence de toute chose, la trace écrite d’années et d’années d’esprits et de connaissances. L’ensemble de ce qui avait été fait ou presque s’y retrouvait. De la plus insignifiante observation aux plus grandes découvertes. Alors oui, lire avait ce cachet d’authenticité, il prouvait que vous faisiez partie d’un groupe de citoyens à l’intellect développé et que vous usiez plus facilement de la tête, et moins des muscles. C’est ce qu’elle avait lu quelque part.

« Je n’en ai jamais eu besoin. »

« Vraiment ? Il me semble en avoir toujours eu besoin. Elle est à la base de ce que nous savons, de ce que nous sommes devenus, et pourquoi il en est ainsi. Le marqueur indélébile de notre histoire se transmet par le biais des mots d’encre… »

Et elle pensait chacune de ses paroles. Elle avait baigné là-dedans depuis bien trop longtemps que pour penser autre chose. En fait, elle ne pouvait pas concevoir l’existence sans cette base intellectuelle amenée par les livres, les traités, les encyclopédies, romans et autres. Mais elle n’était pas exactement comme les autres. « Un esprit trop brillant pour ce jeune âge » aurait dit quelqu’un, « une surdouée » aurait dit un autre. Forte heureusement, le monde avait changé, enfin… Heureusement… Disons qu’au lieu de se faire chambrer à cause de son Q.I., on la malmenait plutôt pour la viande fraîche qui la recouvrait. Tous des charognes de toute manière…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jim
Super scout


Messages : 401
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 21

Feuille de personnage
P.U.F.: Kachi'
Relationship:
Cash: 40

MessageSujet: Re: Parce que Baudelaire, personne n’l’a jamais compris ! (ft. Jim)   Jeu 22 Aoû - 18:42


Okay. Au fond, ça pouvait se deviner, qu'elle avait passé sa vie dans ses livres, vu l'étendue du vocabulaire qu'elle utilisait. Et dont, franchement, il ne comprenait pas grand chose. Que voulez-vous, vous pensiez vraiment qu'un type qui ne sait pas lire et qui a vécu aussi longtemps dans la rue allait être capable de saisir le sens des mots et des paroles philosophiques qui sortaient de la bouche de cette gamine surdouée ? C'est beau de rêver, mais faut pas exagérer non plus !

« ... S'tu l'dis. »

Non, il ne la suivait pas du tout. Lui, n'en avait jamais eu besoin. L'histoire, il n'en avait pas grand chose à faire. Elle ne l'avait jamais aidé dans son parcours. N'avait jamais eu le moindre intérêt. Alors forcément, il ne se sentait pas plus proche d'elle qu'avant : ce n'était pas, selon lui, la lecture et par conséquent l'histoire entre autre qui allaient les rapprocher.

« Tu parles bizarrement. »

Jim avait lâché ça brusquement, comme un fait pas spécialement positif ou négatif que l'on balance à la face de la personne concernée. Il constatait simplement ce qui le frappait, sans le fasciner. Comparé à ce à quoi il était habitué, c'était la vérité. C'était bizarre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kachiwho.deviantart.com
Lily-Rose
Apprenti boucher


Messages : 357
Date d'inscription : 06/05/2013

Feuille de personnage
P.U.F.: Chinkara - Meikiro
Relationship:
Cash: 0

MessageSujet: Re: Parce que Baudelaire, personne n’l’a jamais compris ! (ft. Jim)   Lun 26 Aoû - 1:42




« … S’tu l’dis. »

Il ne pensait que du contraire probablement. Peut-être que pour lui, le passé et le présent de ce monde ne l’intéressait guère et qu’il préférait se limiter à sa vie à lui. Ils étaient si différents. Ils connaissaient le monde, mais de deux manières différentes, lui par la pratique, elle par la théorie. Deux approches, deux visions différentes. Ils se complétaient en quelque sorte. Cette idée lui sembla si étrange. Son quotidien avait été ébranlé depuis peu après tout. Et il le serait pour de bon. Au dehors c’était la jungle, et ce n’était probablement pas les mots de Baudelaire qui la tirerait d’un mauvais pas zombesque. Elle aurait préféré évidemment, mais ce domaine n’était pas le sien. Même avec une arme entre les mains, aussi rudimentaire soit-elle, sa force et son endurance de mouche asthmatique la rattraperaient bien vite.

« Tu parles bizarrement. »

Une remarque échappée qui la laissa pantoise un moment. Elle parlait bizarrement, elle ? Si elle le prenait dans l’autre sens, lui non plus n’était pas mal dans son genre, à manger la moitié de ses mots. Mais bon, elle ne voulait pas mettre un mot de travers, faut dire qu’un gars de son gabarit qui s’énervait… Ça ne devait pas être joli à voir.

« J’ai simplement une façon de dialoguer différente, voir opposée à la vôtre. »

Et c’était vrai. Ils n’avaient aucun point commun. C’était une jeune fille frêle, fragile, terrifiée, et cultivée au possible, lui était un homme fort, élancé, courageux, assez rude et froid, illettré. Non, ils n’avaient rien en commun. A part peut-être le caractère asocial et renfermé. Il parlait autant aux autres qu’elle, voir même un peu moins. Elle n’avait eu qu’une seule « vraie » conversation avec Cat’, lui n’avait jamais parlé autant depuis son arrivée dans le bus. Bizarre, bizarre, autant qu’étrange… Quand deux asociaux se mettent à parler… Ça promet de faire voler quelques cahiers…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jim
Super scout


Messages : 401
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 21

Feuille de personnage
P.U.F.: Kachi'
Relationship:
Cash: 40

MessageSujet: Re: Parce que Baudelaire, personne n’l’a jamais compris ! (ft. Jim)   Sam 31 Aoû - 9:08


Hein, quoi ? Ah ouais. Bon eh bien, la réponse confirmait ce qu'il disait. Pourquoi s'embarrassait-elle à faire d'aussi longues phrases quand elle pouvait simplement dire "c'est faux" ? Au lieu de sortir de longs trucs avec des mots recherchés qu'il n'était pas habitué à entendre ! M'enfin, elle avait raison : leurs façons de parler étaient complètement opposées, tout comme ils l'étaient eux-même. C'était quand même assez étrange, que le grand asocial du bus finisse à parler au petit cerveau blondinet qui lui servait de voisine, plutôt qu'à quelqu'un un peu plus proche de lui.

« Mouais. »

Telle fut sa seule réponse avant qu'il ne se replonge une énième fois dans son silence, le regard posé sur le paysage tantôt naturel, tantôt décharné qui défilait derrière les fenêtres du véhicule jaune qui leur servait de refuge. Il faisait encore clair, mais le soleil s'était bien déplacé depuis le début de leur conversation. En fait, le temps était vraiment passé vite. Il n'était jamais passé aussi vite. Jim était tellement habitué à ne rien faire de ses journées sinon observer qu'il ne s'ennuyait pas, mais sur ce coup-ci, il devait bien avouer que le temps lui semblait avoir filé plus vite que jamais. Alors c'était aussi rapide, quand on s'occupait, même à simplement parler ? Il ne s'en rappelait plus. Ça faisait trop longtemps, et il avait vécu bien des choses depuis.

Réalisant cela, il posa ses yeux gris sur le livre qui s'était retrouvé par terre. Et quand on lisait, c'était pareil ? Ça faisait quoi ? Qui avait-il de si bien là-dedans pour que June ait passé sa vie à ça ? Qu'est-ce que ça lui apportait ? Franchement, il ne pouvait pas s'imaginer faire pareil... mais ça ne l'empêchait pas d'être curieux. D'au fond, vouloir essayer. Peut-être que ça pouvait... être utile ? Mmh ? Il se rappela alors de ce qu'il avait dans son sac : du désinfectant, des compresses, un rasoir, des barres alimentaires, une peluche et une photo. Une photo auparavant dans un cadre, qu'il avait cassé en tombant alors qu'il courait pour échapper à un épicier peu ravi que quelques uns de ses fruits lui aient été dérobés. Derrière la photo, il avait trouvé un message. Sûrement des mots que Maggie avait décidé d'écrire avant de se dire que son protégé ne pourrait quand même pas les lire, et qu'il valait mieux l'encadrer. C'était il y a 8 ans, et il n'avait jamais demandé à personne de les lui lire.

Peut-être tenait-il là la bonne occasion de savoir. Avec June, il ne risquait pas de craindre que sa réputation en soit salie. Car oui, un sale gosse réputé dur, revendant des trucs pas nets n'avait pas à porter sur lui un loup en peluche et la photo d'une mamie accompagnée d'un gamin. Ça ne le faisait pas trop. Mais il ne vivait plus dans la rue, et il se fichait bien de ce que blondinette pouvait bien penser. Il était dans un bus, avec des survivants. Il n'avait pas besoin de passer pour une totale brute pour augmenter ses chances de ne pas être emmerdé par d'autres brutes décidées à lui rendre la vie plus dure qu'elle ne l'était déjà. Alors il mît sa main dans son sac et en sortit la photo aux bords cornés, avant de la tendre côté texte vers June.

« Il est écrit quoi ? »

L'air de rien, il mourrait d'envie de savoir. Il avait attendu bien trop longtemps de connaître la signification de ces quelques mots.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kachiwho.deviantart.com
Lily-Rose
Apprenti boucher


Messages : 357
Date d'inscription : 06/05/2013

Feuille de personnage
P.U.F.: Chinkara - Meikiro
Relationship:
Cash: 0

MessageSujet: Re: Parce que Baudelaire, personne n’l’a jamais compris ! (ft. Jim)   Dim 1 Sep - 23:28




« Mouais. »

Très… Elaborée comme réponse. Enfin, elle ne pouvait l’en blâmer, ils étaient de parfaits contraires. Quand elle usait naturellement de phrases complexes, lui employait des mots simples, courts au possible, écorchant souvent au passage la langue anglaise. Le regard du survivant se posa sur le livre dans le pire état qu’elle ait vu. Elle en était désespérée, il lui faudrait plus que ce qu’elle n’avait pour lui rendre un aspect acceptable. Elle ne comprenait pas comment on puisse arriver à cet état-là, car il semblait clair que cela datait d’avant l’apocalypse. Qu’avait-il donc pu vivre dans ce monde de bassesses et de rats plus ou moins humains se terrant dans les recoins sombres d’une vie qui vous rend mauvais. La tête encore pleine de questions, une nouvelle fut posée. Le jeune homme avait sorti une vieille photo, un peu cornée.

« Il est écrit quoi ? »

Elle représentait un garçon, d’une dizaine d’années dont les traits lui étaient familiers. Il était accompagné d’une vieille dame, il semblait heureux, une peluche de loup contre lui. Une grand-mère peut-être ? Elle fit un aller-retour du regard entre la photo et Jim. Serait-ce… Lui ? Elle tourna la photo, d’un écriture fine et penchée, élégante, un petit message était écrit.

« Mon petit loup,
Ainsi, je ne te quitterai jamais vraiment !
Je t’aime fort,
Maggie »


Elle garda le silence un long moment, et discrètement alla récupérer le livre qui gisait à terre, et le posa sur ses genoux, lissant la couverture du plat de la main.

« Je… Je pourrais vous apprendre… Si… Si vous voulez… »

Elle fixa ses pieds, gênée. Elle n’aurait pas dû dire ça. S’il ne savait, c’était parce qu’il n’en avait pas besoin, pourquoi serait-ce le cas en ces temps ? Nerveusement, elle continua à passer sa paume sur le recueil pour l’aplanir un peu. Pourquoi fallait-il qu’elle fasse des gaffes avec ce survivant qui avait la capacité de la briser en deux ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jim
Super scout


Messages : 401
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 21

Feuille de personnage
P.U.F.: Kachi'
Relationship:
Cash: 40

MessageSujet: Re: Parce que Baudelaire, personne n’l’a jamais compris ! (ft. Jim)   Jeu 5 Sep - 8:26


Jim l'observa faire le rapprochement entre le gamin souriant de la photo et lui. Il vit clairement à son regard qui passait de l'un à l'autre qu'elle réalisait qu'il s'agissait de la même personne, à plusieurs années près. Quinze ans, pour être exact, s'étaient écoulés depuis le jour où ce cliché avait été pris, le jour de son 10ème anniversaire à l'orphelinat.

Puis les mots résonnèrent à ses oreilles, le laissant silencieux mais surtout remué. Il récupéra vivement la photo, la retournant entre ses doigts pour observer ces mots qu'il n'avait jamais compris mais qu'il aurait bien eu besoin de lire pendant ses expériences difficiles. C'était bien Maggie, ça. Elle savait que s'il devait découvrir ce mot, ce serait longtemps après qu'il l'ait reçu et certainement après sa mort. Et elle savait qu'un jour ou l'autre, il saurait le lire ou le faire lire. Elle lui donnait du courage encore aujourd'hui, comme elle l'avait toujours fait alors qu'elle respirait encore.

Le jeune homme lâcha un soupir, teinté d'une fatalité et d'une tristesse, une sorte de rappel à lui-même que la vie n'était pas éternelle, loin de là. Si on ne mourrait pas tragiquement, la vieillesse nous emportait. Malgré toute sa bonté, Maggie n'avait pu échapper au temps. Comme tout le monde un jour ou l'autre, ne le pourrait pas non plus.

La voix craintive de June s'éleva alors, posant timidement une question qui lui fit lentement tourner la tête vers elle, la fixant de son regard gris et froid. La nostalgie qui s'était emparée de lui commençait à être remplacée par une certaine forme d'amusement.

« Toi, m'apprendre ? »

Bien sur ! Personne n'avait réussi à lui apprendre quoi que ce soit. Il n'avait pas la patience pour ça, et les professeurs non plus. Il était trop impulsif, et surtout facilement frustré de ses échecs. Si elle essayait et qu'il ne comprenait pas rapidement comme c'était le cas à l'époque, le livre qu'il ne l'avait pas vue récupérer allait encore voler !

« J'pense pas que c'est une bonne idée. Tu vas finir sous les sièges en tremblant. »

Voilà qui était probablement la plus longue phrase qu'il ait prononcée depuis son arrivée dans le bus. Il eut il très court rire avant qu'il ne reporte son attention sur sa photo, qu'il observa une dernière fois avant de la ranger dans son sac. Cette discussion avait eu moins le mérite de lui faire oublier la douleur de son épaule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kachiwho.deviantart.com
Lily-Rose
Apprenti boucher


Messages : 357
Date d'inscription : 06/05/2013

Feuille de personnage
P.U.F.: Chinkara - Meikiro
Relationship:
Cash: 0

MessageSujet: Re: Parce que Baudelaire, personne n’l’a jamais compris ! (ft. Jim)   Ven 6 Sep - 21:20


Il lui prit la photo des mains, regarda attentivement le papier, tentant probablement de reconnaître les mots qui imprégnaient ce petit bout de souvenir. Qui était Maggie ? Une grand-mère, une amie ? Elle songea un moment, hormis Kiliann, elle n'avait jamais eut d'amis. L'un des inconvénients de la vie d'ermite. Enfin... Quand elle y pensait, elle avait plein d'amis, d'ennemis, mais ils n'étaient que des traces d'encre dans des livres. 

« Toi, m'apprendre ? »

Son ton était marqué d'une légère moquerie. C'est vrai, d'une part, c'était stupide. Mais elle ne pouvait s'empêcher de se demander à quoi sa vie ressemblait sans faculté d'écriture et surtout de lecture, à quoi ressemblerait la sienne quand elle serait obligée de brûler les plus beaux romans pour une frêle chaleur par un hiver glacial. Cela arrivait parfois dans ses histoires, pourquoi pas en ces temps apocalyptiques ? 

« J'pense pas que c'est une bonne idée. Tu vas finir sous les sièges en tremblant. »

Elle le considéra un moment, c'était vraiment une vraie phrase qui venait de lui échapper ? Presque sans écorchure ? La plus longue qu'il n'ait jamais sortie. Il avait très probablement raison. Le fait même qu'il pose son regard gris acier, dur, et froid sur elle, lui donnait envie de rentrer sous terre. Mais elle devrait s'y habituer. 

Probablement.. Mais vous n'auriez pas eut besoin de demander si quelqu'un vous avait appris. Il n'est jamais trop tard...

Elle s'écarta doucement, retourna à sa place, elle ne voulait pas qu'il lui donne raison de se cacher, respirant la peur, sous les sièges du bus. Ce monde était nouveau pour elle. Elle devrait affronter des  choses plus terrifiantes les unes que les autres, tuer de pauvres âmes infectées par l'épidémie, fuir et fuir, survivre. Et ça l'effrayait. Elle était bien loin du cocon que lui procurait l'appartement. Elle ne connaissait rien de la vie du dehors, en pratique. Les livres ne la sauveraient probablement pas des goules qui rampaient comme d'immondes vermines sur la surface de la Terre, prêtes à vous déchiqueter le cou et à faire un festin de vos boyaux...

Monde en perdition...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jim
Super scout


Messages : 401
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 21

Feuille de personnage
P.U.F.: Kachi'
Relationship:
Cash: 40

MessageSujet: Re: Parce que Baudelaire, personne n’l’a jamais compris ! (ft. Jim)   Lun 21 Avr - 15:00


"Il n'est jamais trop tard." Mouais, c'est ce qu'on dit. Mouais, il n'aurait jamais eu à demander si on lui avait appris. Et alors ? La lecture avait toujours été le cadet de ses soucis. Bien entendu, ça lui avait apporté des désavantages, mais il avait toujours eu mieux à faire que de se lancer dans cet apprentissage. Quand il était jeune, c'était plus une question de contrarier tout le monde. Quant à Maggie, elle avait toujours compris qu'il préférait passer leur heure par semaine à discuter et écouter les histoires qu'elle lui racontait qu'à apprendre. Ado, il s'en fichait. Jeune adulte, survivre était plus important que se plonger dans un livre. Aujourd'hui, encore plus. Il n'en voyait pas l'intérêt. Enfin, un peu. Et il était vrai que ça l'occuperait dans ce bus. Il n'avait rien à faire, de toute façon. Jim était peut-être habitué à la solitude et à l'absence d'activités, mais il avait de la liberté de mouvement. Ici, il était obligé de rester assis. Ce qui s'annonçait purement insupportable sans occupation.

Mmmh. Oui, il pouvait apprendre afin de ne pas s'emmerder ferme. En plus, ça lui donnerait une excuse pour que personne d'autre ne vienne lui taper la discussion. Mais restait l'autre problème : envisager ces petits cours improvisés, c'était devoir se coltiner mademoiselle-la-crevette-qui-sait-tout-de-service. Toujours mieux qu'un des autres, sauf la black qui pouvait passer aussi, mais quand même. Il n'aimait pas la compagnie d'autrui, du moins c'était ce qu'il se répétait. Jim avait vécu seul si longtemps qu'il avait oublié le contact d'un corps contre le sien, ce que ça faisait d'avoir une conversation sympathique avec quelqu'un. Il ne savait plus ce que ça faisait, et estimait pouvoir vivre sans. D'un côté, il en était tellement persuadé que c'était vrai. Mais de l'autre, il ignorait le bien que ça pourrait lui faire s'il se laissait faire. Enfin bon. Quelle autre option avait-il de toute façon ?

« Mmmh. »

Était-ce un oui ou un non, allez savoir. En tout cas, il s'était un peu plus enfoncé dans son siège, l'air renfrogné mais hésitant. Sa tête lui disait oui, mais son caractère de merde lui disait de rester isolé comme ça avait été le cas depuis des années. Jim jeta un coup d'œil à la gamine, frêle et sensible. Elle ne connaissait rien à la vie dehors, et était complètement perdue dans ce monde qu'elle ne connaissait pas, alors que lui ne le connaissait que trop bien. Ils étaient de beaux opposés, pouvant s'entre aider. Encore fallait-il que monsieur s'ouvre un peu. Oh et puis, allez.

« D'accord. »

Sa voix laissait transparaître un certain manque de motivation. C'est qu'il n'était pas encore tout à fait convaincu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kachiwho.deviantart.com
Lily-Rose
Apprenti boucher


Messages : 357
Date d'inscription : 06/05/2013

Feuille de personnage
P.U.F.: Chinkara - Meikiro
Relationship:
Cash: 0

MessageSujet: Re: Parce que Baudelaire, personne n’l’a jamais compris ! (ft. Jim)   Lun 21 Avr - 16:43


June ouvrit de grands yeux, elle n’en revenait pas. Jim acceptait qu’elle lui apprenne à lire et écrire. Elle réalisa doucement l’ampleur du travail auquel elle allait s’atteler. Il fallait qu’elle lui apprenne, mais qu’il soit intéressé également. Elle pensa à la carte qu’elle avait dans son sac. Quand elle lui aurait appris quelques bases, il pourrait suivre leur cheminement en lisant le nom des villes qu’ils traverseraient, contourneraient ou longeraient puis pourrait les marquer avec l’indélébile.

Elle prit alors son carnet et son stylo et se rapprocha du jeune homme. Elle se sentait minuscule à côté de lui. Elle avait un petit gabarit, et la force d’une mouche asthmatique. Elle s’éclaircit doucement la voix et posa ce qu’elle avait pris sur ses genoux.

« Alors… Le début risque d’être ennuyeux, mais après, cela ira mieux. On va commencer par apprendre l’alphabet, qui est la base de tout. Après, on abordera les sons et syllabes que l’on peut former entre deux lettres, puis, vous pourrez commencer à reconnaître des mots. Si je vais trop vite, ou que vous n’avez pas saisi ce que je dis ou explique, arrêtez-moi et je recommencerai. »

Elle le regarda un instant dans les yeux, puis dirigea son regard vers ses genoux où elle ouvrit le cahier et décapuchonna le stylo.

Nous allons y aller progressivement. En commençant par la première lettre de l’alphabet, le ‘a’.

Elle prit le cahier, et y traça deux a, un majuscule, et un minuscule, puis le montra à Jim. Et tout en parlant, pointa les deux lettres

C’est la façon dont on écrit ‘a’. A gauche, vous avez une majuscule, on utilise une majuscule en commençant une phrase, ou pour écrire un nom propre, c’est-à-dire, par exemple, un prénom, ou un nom de famille, ou encore de pays, de ville. Si je veux écrire Amérique, j’utilise un ‘a’ majuscule qui commence le mot. Et à droite, il y a le ‘a’ minuscule. Citez donc quelques mots qui contiennent un ‘a’.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jim
Super scout


Messages : 401
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 21

Feuille de personnage
P.U.F.: Kachi'
Relationship:
Cash: 40

MessageSujet: Re: Parce que Baudelaire, personne n’l’a jamais compris ! (ft. Jim)   Lun 21 Avr - 18:22


Évidemment, June ne s'attendait pas à ce que Jim accepte son aide, et cela se vit clairement sur son visage : elle écarquilla les yeux sous le coup de la surprise. Elle se reprit rapidement en s'emparant de son carnet et de son stylo avant de s'approcher de lui. S'il n'était pas déjà pratiquement contre la vitre, il aurait sans aucun doute reculé pour garder la même distance qu'une seconde plus tôt entre elle et lui. Il ne se sentit malgré tout pas "d'humeur" à l'envoyer bouler. Tant qu'elle ne le touchait pas...

June commença alors à lui expliquer comment se déroulerait son apprentissage. Il tiqua quand elle lui annonça qu'ils débuteraient par l'alphabet. À une seconde près, il se serait exclamé déjà le connaître, mais il se retint tout juste en se rappelant qu'au fond, il ne savait rien faire de plus que le réciter. Être jeté dans le couloir ne l'avait pas empêché d'entendre ce cours. Il avait tâché de les ignorer, mais à force que les élèves répètent l'alphabet tout haut tous ensemble, il l'avait appris. Par contre, il ne pouvait pas faire le lien entre une lettre dite et écrite, à part celles de son prénom. Il hocha donc la tête, s'abstenant de faire sa remarque.

« Ok. »

June enchaîna ensuite. Elle écrivit deux lettres différentes sur une feuille de son carnet, avant d'annoncer qu'il s'agissait en fait de la première lettre de l'alphabet, minuscule et majuscule. Oh, d'accord. Bizarre. Il ne comprenait pas pourquoi ces "majuscules" existaient, mais bon, il resta silencieux. Elle finit alors par lui demander des mots contenant cette lettre. Heu. Heu... c'était quoi le but ? Il haussa intérieurement les épaules, essayant de se convaincre que tout cela servait à quelque chose.

« ... Arme. Agression. Orphelinat...? Argent. Heu... »

Jim n'était pas très sur de lui, bien que l'exercice n'était pas difficile. Son choix de mots n'était quant à lui pas très joyeux, mais ceux qu'il connaissait le mieux étaient forcément ceux auxquels ils pensaient en premier. Le jeune homme ne pouvait s'empêcher de penser que c'était stupide. À quoi cela pouvait-il bien lui servir ?

« Ça sert à quoi, d'abord ?! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kachiwho.deviantart.com
Lily-Rose
Apprenti boucher


Messages : 357
Date d'inscription : 06/05/2013

Feuille de personnage
P.U.F.: Chinkara - Meikiro
Relationship:
Cash: 0

MessageSujet: Re: Parce que Baudelaire, personne n’l’a jamais compris ! (ft. Jim)   Lun 21 Avr - 19:51


Arme, agression, orphelinat, argent. Ces mots sonnaient comme des sentences aux oreilles de June. Tant de violence en ces mots. Que pouvait bien être sa vie avant qu’il ne la rencontre ? Si il sortait ses mots si naturellement, c’est qu’il les utilisait, ou y pensait souvent. Elle opina en gardant le silence. Si un jour il souhaitait se confier, il le ferait, mais elle ne le forcerait pas.

Bien.

Il se demandait quelle utilité il y avait à cet exercice. Elle réfléchit un instant. Puis le regarda en souriant.

« En fait, certains ‘a’ sont cachés. On ne les entend pas comme on les entend dans ‘abeille’, ou ‘anachronisme’, couplé avec d’autres lettres, le ‘a’ forme un son. Par exemple, il y a un ‘a’ dans ‘chanson’. Là, le ‘a’ est caché dans le son ‘an’, et il est donc couplé avec un ‘n’ pour cela. Ainsi, les mots parlés cachent des lettres que les mots écrits dévoilent. »

Mais elle verrait ces difficultés plus tard.

“Et si vous essayiiez de reproduire ces ‘a’ ? Quelques fois en majuscule, quelques fois en minuscule. Ainsi, les lettres s’imprimeront dans votre esprit. »

Elle lui tendit le stylo et le carnet et le laissa s’entraîner quelque peu. Quand il eut finit de tracer des lettres un peu maladroites, elle lui assura que c’était très bien, et sur la page d’en face, traça un ‘b’ majuscule et minuscule.

« Alors, comme avec le ‘a’, nous avons à gauche un ‘b’ majuscule, et un ‘b’ minuscule à droite. Citez donc quelques mots contenant la lettre ‘b’ puis vous pourrez à nouveau vous entraînez à les tracer. Nous allons faire ainsi pour toutes les lettres de l’alphabet. D’accord ? »

Elle l’encourageait. Elle aurait souhaité trouver le moyen de l’intéresser davantage, pour qu’il s’implique d’autant plus dans cette tâche qu’elle s’était incombée toute seule. Elle avait de drôles d’idées parfois. Mais aucun défi n’était impossible pour elle. Elle faisait quelque chose de bien. Parfois il faut rendre aux gens du monde extérieur la bonté que la société leur a enlevée.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jim
Super scout


Messages : 401
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 21

Feuille de personnage
P.U.F.: Kachi'
Relationship:
Cash: 40

MessageSujet: Re: Parce que Baudelaire, personne n’l’a jamais compris ! (ft. Jim)   Mar 22 Avr - 20:09


Oh. D'accord. C'était pour ça. Bon... au moins, il ne s'était pas trompé, et il se sentait étrangement fier de cette réussite futile. C'est qu'il n'avait jamais été très doué avec les mots. Par contre, son contentement retourna se coucher au quart de tour lorsqu'il réalisa qu'il ne savait absolument pas ce que "anachronisme" voulait dire. June lui demanda alors de reproduire la lettre, afin de s'entraîner : il se mit donc au travail, maladroitement et surtout assez mal à l'aise. Il avait vraiment l'impression de passer pour un idiot de première, à faire des exercices pour gosses. Mais comme il avait l'habitude de prendre sur lui, il accepta de continuer, non sans cesser de rechigner intérieurement. Ses "a" n'étaient pas fort jolis, mais ils étaient au moins reconnaissables. Une fois de plus, Jim fut bêtement content de lui. Peut-être était-ce la raison pour laquelle il se disait être prêt à suivre ces petits cours improvisés jusqu'au bout. Peut-être aussi parce qu'il se rendait compte que Maggie aurait été heureuse de le voir faire un effort dans cette voie-là.

June lui affirma qu'il faisait les choses correctement, avant de passer à la lettre suivante, lui annonçant par la même occasion qu'ils feraient ces exercices pour toutes les autres lettres. Bwarf. Ça allait être long. Et ennuyeux surtout, comme elle le lui avait dit avant de commencer. M'enfin. Ça lui faisait plaisir de réussir ces choses si simples pour d'autres, c'était un sentiment nouveau.

 « Ouais. »

Le jeune homme se mit donc à réfléchir à des lettres contenant un "b". Voilà qui lui paraissait moins évident, d'un coup. Mmmh.

 « Bébé. » Il y en avait souvent, à l'orphelinat, avec leurs cris insupportables.  « Bones. » Ce connard d'enfoiré de merde qu'il espérait être mort dans d'atroces souffrances.  « Bagarre. » Il en était généralement la cause, au vu de son sale tempérament.  « Blessure. » Il connaissait bien. Son épaule lui faisait mal d'ailleurs, mais c'était supportable.

Aucun mot ayant la lettre en son milieu ne lui vint à l'esprit. C'était toujours plus simple quand elle en était la première. Jim se tut donc, estimant en avoir dit assez, et fixa la gamine. Il lui faisait peur, aucun doute là-dessus. Du moins, elle se méfiait de lui. Et malgré cela, elle lui apprenait à lire, et à écrire par la même occasion. Elle en avait peut-être un peu dans le ventre, au final. Mais ça restait à prouver. S'il se faisait à cette activité pour le moment, il ne serait pas surprenant de découvrir que Jim n'était pas patient du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kachiwho.deviantart.com
Lily-Rose
Apprenti boucher


Messages : 357
Date d'inscription : 06/05/2013

Feuille de personnage
P.U.F.: Chinkara - Meikiro
Relationship:
Cash: 0

MessageSujet: Re: Parce que Baudelaire, personne n’l’a jamais compris ! (ft. Jim)   Mer 23 Avr - 23:19


Bébé. Bones. Bagarre. Blessure. Quatre mots marquants. Par quoi était-il donc passé ? Elle savait que l’extérieur rendait mauvais mais cela avait presque l’air d’être une fatalité. Elle opina simplement, et nota d’abord les mots qu’il avait donnés en ‘a’ puis ceux en ‘b’, puis les lui montra successivement, pour qu’il voit de quoi cela avait l’air.

« Regardez, ici, comme Bones semble être un pseudonyme, un nom propre, il faut mettre une majuscule au début. Maintenant, habituez-vous donc à écrire ces ‘b’ pour être plus familier avec. »

Elle le regarda faire tranquillement, un peu maladroitement. Elle faisait selon son instinct. Elle avait appris seule, et ne savait donc pas vraiment comment c’était d’apprendre via quelqu’un d’autre à faire cela.

« Très bien. Ne pensez pas que cela soit, de quelque manière, dégradant d’apprendre de cette façon. Il existe, à notre époque, ou celle juste avant la pandémie plus probablement, un grand nombre d’adultes ne sachant écrire. On les nomme ‘analphabètes’. Mais le fait que vous ayez l’envie d’apprendre, ou du moins, la résignation de, vous sort du lot, Jim. Bientôt, vous ne serez plus analphabète ! Et cela viendra progressivement. Vous aurez de moins en moins de difficultés à déchiffrer les mots qui s’offrent à vous, et sans vous en rendre compte, vous lirez peut-être du Charles Baudelaire. Cela ne tient qu’à vous. Il vous faut croire en vous. Et je crois en vous, Jim… »

Elle lui sourit affectueusement, fière de son petit discours qu’elle espérait motivant. Elle croyait déceler en ces yeux que sa vie avait été faite d’abandons, et se disait qu’en lui montrant qu’elle croyait en lui, cela l’aiderait, le motiverait. Elle verrait bien sa réaction dans quelques instants, sinon, l’espace entre le siège et le sol était assez grand pour qu’elle puisse s’y glisser s’il montrait signe d’énervement, ce qui lui semblait hautement improbable. Mais elle n’avait pas vraiment d’expérience avec le monde, et pouvait, sans s’en rendre compte, devenir socialement gênante. Bien qu’elle douta que Jim ait eut beaucoup de contacts humains… Elle ne laissa cependant rien apparaître de son appréhension face à la future réaction du jeune homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jim
Super scout


Messages : 401
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 21

Feuille de personnage
P.U.F.: Kachi'
Relationship:
Cash: 40

MessageSujet: Re: Parce que Baudelaire, personne n’l’a jamais compris ! (ft. Jim)   Jeu 24 Avr - 20:28


Un b majuscule pour Bones, okay cool, passons. Sagement (waow) Jim écrivit à son aise la lettre quelques fois, avant de rendre bic et carnet à la jeune fille, sans rien dire. Par contre, elle, ne se priva pas d'ouvrir la bouche, et pour plus longtemps que jamais depuis qu'ils étaient dans ce bus. Durant son discours, il eut sérieusement du mal à ne pas la dévisager. Déjà, elle parlait vraiment bizarrement, et il n'avait pratiquement pas compris le début de ses paroles enjouées. De deux... non en fait elle parlait juste extrêmement bizarrement à son goût.

Pourtant, ses mots avaient une teinte rassurante. On ne lui avait plus parlé comme ça depuis... très longtemps. C'était étrange. Elle avait beau lui rappeler son incompétence, ce qui l'aurait habituellement mis en colère, il ne pouvait pas monter sur ses grands chevaux, tout simplement parce que sa façon de le dire était tellement positive et chaleureuse de part le fait qu'elle tentait de l'encourager dans ce nouvel apprentissage, qu'il n'avait aucune raison de le prendre mal. Cette gamine était vraiment spéciale. Jamais auparavant n'en avait-il croisé de telle.

Le jeune homme détourna alors son regard et ne répondit rien, reprenant son habitude de fixer l'arrière du siège en face de lui. Il ne savait juste pas quoi dire. Ce n'était pas son genre, de dire merci, ni de prononcer à voix haute ses sentiments... positifs du moins, les négatifs, c'était tout autre chose, et un autre débat. Enfin bon. Il se mordit la lèvre, avant de finalement se tourner vers elle et de lâcher, calmement néanmoins :

« Bon, on continue ? »

C'est pas tout ça mais il y a du boulot, hein.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kachiwho.deviantart.com
Lily-Rose
Apprenti boucher


Messages : 357
Date d'inscription : 06/05/2013

Feuille de personnage
P.U.F.: Chinkara - Meikiro
Relationship:
Cash: 0

MessageSujet: Re: Parce que Baudelaire, personne n’l’a jamais compris ! (ft. Jim)   Ven 25 Avr - 16:31


Il n'avait pas mal réagi, c'était déjà ça. Elle ne savait de toute façon pas prévoir les choses. Mais on ne pouvait pas réagir de trente mille façons face à un discours de motivation, n'est-ce-pas ? Elle savait comment elle réagissait mais elle n'était pas tout à fait comme les autres.. Entre autres, elle n'avait eu qu'en unique mais inestimable ami Kiliann, son "professeur". Elle n'était pas vraiment sûre que ce soit le cas de tout le monde. Il l'avait simplement dévisagée. Puis il avait détourné le regard et fixé le siège. Elle le prit comme un bon point. Ce sentiment fut renforcé lorsque le jeune homme se mordit la lèvre et lui demanda de continuer.

Elle prit une nouvelle page de son carnet, et y traça deux 'c', un majuscule et un minuscule. Elle se tourna vers Jim, lui sourit et commença.

« Voici donc le 'c', la majuscule est à gauche, la minuscule à droite. N'oubliez pas de m'arrêter au besoin si quelque chose vous échappe. Une notion, un mot. Je n'ai pas beaucoup eut de contacts humains divers, et ignore donc la façon de parler des gens qui n'étaient pas présents entre les murs de mon appartement.

Enfin bref. Continuons. Comme vous devez vous en douter, citez moi donc quelques mots en 'c'. Attention, il s'agit d'une lettre subtile que l'on confond parfois avec un 's'. Tout simplement parce que le 'c' peut former deux genres de sons... »


Et voilà qu'elle ajoutait une petite difficulté à l'apprentissage. Mais il était important qu'il comprenne correctement la nuance. Peut-être pas tout de suite, mais au moins il l'aurait en tête. Elle avançait plutôt bien avec lui et ces petits exercices lui semblaient concluants. Du moins voulait-il continuer, ce qui à ses yeux était une bonne avancée et probablement pas une chose acquise venant d'une personne comme lui. Il semblait être quelqu'un d'impatient et d'irascible. Mais elle s'était embarquée sur ce bateau et comptait le mener à bon port !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jim
Super scout


Messages : 401
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 21

Feuille de personnage
P.U.F.: Kachi'
Relationship:
Cash: 40

MessageSujet: Re: Parce que Baudelaire, personne n’l’a jamais compris ! (ft. Jim)   Dim 27 Avr - 19:32


Et le même train-train recommença - il grimaça d'ailleurs lorsqu'elle répéta qu'un tel était à droite, l'autre à gauche, blablablabla il avait compris - sauf qu'elle y ajouta ne pas vraiment savoir comment gérer les contacts humains, parler. Tiens donc. Il était dans le même cas, mais ne s'en souciait guère. Il ne ressentait pas le besoin d'avoir ces contacts, de savoir comment parler aux gens qui lui étaient inconnus. Tandis qu'elle, en avait l'air. Elle aurait sûrement aimé pouvoir se blottir contre contre un corps chaud et rassurant. Enfin. Ce n'était pas lui qui lui offrirait une telle chose.

Il se mit donc à réfléchir à des lettres en "c". Mmh. Moins facile. Il passe deux bonnes minutes à se tordre les méninges, ce qui franchement, commençait sérieusement à le frustrer. Pourtant, certains étaient à sa portée. Ils lui échappaient simplement.

« Je sais pas. »

Voilà ce qu'il lâcha sèchement, se sentant soudainement nul et vulnérable. Il ne pouvait pas lui sortir rapidement un putain de mot commençant par "c". Quelle merde il faisait. Voilà qu'il se mettait à se rabaisser. C'était nouveau. Voilà ce que passer son temps à ne rien faire dans un foutu bus lui faisait. S'emmerder, trop penser, se mettre à des activités qu'il n'aurait jamais cru entreprendre, et finir par se morfondre dans sa mauvaise humeur, ce qui ça, était dans ses (pas bonnes) habitudes. Bwah.

« Sa...le...? »

Il sortit ce mot en dernier recours, définitivement frustré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kachiwho.deviantart.com
Lily-Rose
Apprenti boucher


Messages : 357
Date d'inscription : 06/05/2013

Feuille de personnage
P.U.F.: Chinkara - Meikiro
Relationship:
Cash: 0

MessageSujet: Re: Parce que Baudelaire, personne n’l’a jamais compris ! (ft. Jim)   Mar 29 Avr - 18:57


“ Sa...le...? ”

« Alors celui là commence par un 's' mais il existe pleins de mots en 'c' comme... Commencer, courage, cueillir, carnage, capharnaüm. Ou encore chanson. Là, le 'c' est couplé avec un 'h' ce qui donne le son 'ch'. Charivari aussi. Chaleur. Chat et chien. Il y a plusieurs possibilités. Mais ce n'est sûrement pas la lettre la plus évidente. »


Elle lui sourit, tachant de le rassurer, elle ne voulait qu'il se sente mal face aux difficultés de l'apprentissage. Elle se rappela ses jeunes années. Quand elle butait sur quelque chose, elle passait parfois la nuit à essayer de le comprendre, quitte à faire nuit blanche et dormir tard au matin. Son père n'en était pas ravi mais il ne pouvait pas être contre l'avidité de connaissances de la blondinette. Sa vie était cependant réglée comme les notes sur du papier à musique. Si tout n'avait pas dégénéré, elle serait à cette heure-ci en train de parler avec Kiliann de sa dernière lecture. D'évoquer des contextes historiques de vieux ouvrages et d'analyser les différents personnages.

Elle aurait ainsi continuer des années ainsi, dorant son statut de génie inconnu. Elle doutait qu'elle serait sortie un jour, cela la terrifiait bien trop. Et la voilà, en ce jour, dans un bus scolaire, entourée d'inconnus, ne connaissant rien du monde physique et pourtant elle traversait les USA.. Des zombies essayaient de dévorer dehors tout ce qui avait un pouls palpable au poignet. Et qu'était devenu son père, il devait être à des miles et des miles de sa location actuelle. Était-il encore vivant ? Si oui, il était plus seul que jamais...

Distraitement, elle s'était mise à dessiner son visage sur la page vierge d'en face tout en pensant à lui. Quand elle était dans ses songes, elle faisait toujours quelque chose de ses mains, souvent elle dessinait, ou elle jouait avec son crayon. Les traits étaient précis quand elle était inquiète et plus abstraits quand elle vaquait à des moments d'insouciance. Le portrait qu'elle faisait là était justement très précis, témoin de son anxiété par rapport à son père…




Dernière édition par Lily-Rose le Mar 29 Avr - 20:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jim
Super scout


Messages : 401
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 21

Feuille de personnage
P.U.F.: Kachi'
Relationship:
Cash: 40

MessageSujet: Re: Parce que Baudelaire, personne n’l’a jamais compris ! (ft. Jim)   Mar 29 Avr - 20:19


Ah. D'accord. Ils étaient vraiment bizarres, les mots. Tout comme il était étrange de comprendre doucement des choses qui ne relevaient pas de la survie. Les mots en "ch" commençaient donc par "c". Il n'en avait jamais rien su. Tout ça ne lui paraissait pas essentiel, mais... c'était tellement différent de ce qu'il était habitué à faire. Le changement, ces nouveautés d'un nouveau genre, n'étaient pas si déplaisantes qu'elles n'y paraissaient. Elles lui donnaient un sentiment de normalité qu'il se surprenait à apprécier.

Jim laissa échapper un très -très- léger sourire en réponse au sien, laissant sa bête frustration se calmer doucement sous les explications confiantes de la jeune fille. Le caractère de Jim était vraiment fait de montagnes russes. Un instant il était sur le point de balancer la première chose lui tombant sur la main, la seconde il râlait simplement dans son coin, ou reprenait simplement son calme. June devrait s'y habituer, si elle comptait continuer à lui apprendre tant qu'il n'en avait pas marre.

« Bon, on... »

Il se tut, réalisant qu'elle était ailleurs, de toute évidence dans ses pensées, qui la poussèrent à commencer un dessin sur son carnet. Oh. Pause, alors ? Cool. Les lettres c'était bien beau, mais un peu chiant à la longue quand même. Oui, ils n'avaient fait que trois lettres, mais vous savez bien que Jim n'avait pas la patience à rallonge. Le jeune homme détourna le regard quelques instants, observant la route qui défilait sous ses yeux, toujours pareille, quand ils ne croisaient pas des rôdeurs et des chiens affamés.

Lorsqu'il reposa les yeux sur la feuille, un visage s'y était formé sous les coups de crayon de la blondinette. Tiens, il lui disait quelque cho... Oh. Jim manqua de se mordre la langue. Il connaissait cet homme. Comment aurait-il pu l'oublier ? Mais il n'avait pas fait le lien. Lorsque la gamine lui avait donné son nom, il n'y avait pas pensé. Mais l'homme, il avait mentionné son nom. Et voilà que son visage se retrouvait sur le carnet de June. Après ce qu'il s'était passé moins d'une heure plus tôt, après ses larmes qui en avait découlé parce qu'il avait cruellement dit à blondinette que son père était mort ou transformé, sans aucun doute. Putain, la merde.

« C'est... qui ? »

Il connaissait la réponse et manquait d'assurance, bien sûr. Son coeur s'était mis à battre plus vite, et il sentait un sentiment de mal à l'aise, bien pire qu'un peu plus tôt, monter en lui. On n'oubliait pas le visage de la première personne que l'on avait tuée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kachiwho.deviantart.com
Lily-Rose
Apprenti boucher


Messages : 357
Date d'inscription : 06/05/2013

Feuille de personnage
P.U.F.: Chinkara - Meikiro
Relationship:
Cash: 0

MessageSujet: Re: Parce que Baudelaire, personne n’l’a jamais compris ! (ft. Jim)   Ven 2 Mai - 14:58


La blonde sursauta, elle ne s'attendait pas vraiment à avoir le cours de ses pensées interrompu. Elle se tourna vers Jim avec un air interrogateur puis vit qu'il fixait son carnet. Et le visage qu'elle dessinait. Son père. Un dessin très détaillé, lui indiquant l'intensité de sa préoccupation. C'était le partage entre la conviction qu'il était décédé et l'espoir qu'il ne l'était pas. C'était probablement stupide mais elle ne pouvait s'en empêcher. Pauvre enfant... Elle n'avait jamais vraiment été seule de sa vie.

Il s'agit de mon père.

Claire, nette, précise. Le jeune homme arborait étrangement gêné. Elle fronça ses sourcils, elle ne comprenait pas ce qu'il se passait. Était-ce en rapport avec ce qu'il lui avait dit plus tôt ? Que son père était sûrement mort ou transformé ? Elle ne lui tenait pas rigueur de cela. Il n'avait probablement pas tort. Mais elle avait toujours su garder cette importante étincelle d'espoir.

« L'avez-vous déjà croisé ? Je sais qu'il ne sortait pas beaucoup compte tenu du fait qu'il travaillait à la maison, mais c'est possible... »

Si seulement elle savait. Elle avait à côté d'elle l'assassin de son propre père. Elle n'allait probablement pas tarder à l'apprendre. Et là, cela pourrait bien être la fin de son petit monde, de ce pourquoi elle avait toujours vécu. Après Kiliann dévoré, son père restait sa seule attache à sa vie d'avant. Elle allait pour sûre en être extrêmement perturbée et ne serait jamais plus la même... Elle ne pouvait s'imaginer seule. Ici, elle ne connaissait personne, personne ne la connaissait. Qui la protégerait ? Jim n'allait pas la secourir sur des étagères tous les jours..,



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jim
Super scout


Messages : 401
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 21

Feuille de personnage
P.U.F.: Kachi'
Relationship:
Cash: 40

MessageSujet: Re: Parce que Baudelaire, personne n’l’a jamais compris ! (ft. Jim)   Sam 3 Mai - 19:19


Merde. Merde merde merde. Évidemment qu'il s'agissait de son père. Que pouvait-il bien dire, bien faire ? Il était dans une impasse, et s'il n'avait pas une bonne maîtrise de lui-même (quand il ne s'agissait pas de la colère, s'entend), il aurait certainement déjà explosé. Oui, Jim était un dur. Mais il n'en était pas moins un être humain. Oui, Jim donnait l'impression de n'en avoir rien à faire de personne, et il se plaisait à s'en convaincre. Mais serait-il toujours un être humain si le fait d'avoir pris une vie ne lui faisait pas du mal ? Oui, Jim ne connaissait pas June. Elle n'était personne pour lui, juste une gamine faiblarde dans un bus de merde. Mais serait-il toujours un être humain si savoir que l'homme qu'il avait tué était le père de la gamine en question ? Serait-il toujours un être humain alors qu'il était lui-même orphelin et en avait souffert une bonne partie de sa vie ? Non, il ne le serait pas. Voilà pourquoi Jim ne serait plus le Jim que l'on connaît, le temps de ce moment délicat. Pourquoi sa voix se briserait certainement, pourquoi il lâcherait encore quelques larmes, pourquoi il aurait envie de plonger sa tête entre ses bras afin d'éviter toute confrontation douloureuse.

June, sans réaliser ce qu'il se passait dans la tête du jeune homme, lui demanda s'il l'avait déjà croisé. Elle ne se doutait de rien. Elle pensait que s'ils s'étaient vu, c'était avant la grande invasion de New York. Il ne put que lui adresser un regard perdu. Il ne se sentait pas vraiment coupable. Il n'avait fait que ce qu'il fallait, que ce qui avait été demandé. Mais il n'avait pas été préparé, à cet acte tout comme à une potentielle rencontre avec sa fille. Évidemment, ça l'avait marqué, ne le laissait pas indifférent. Il ne s'en voulait pas, mais il avait peur. Peur de briser le coeur de cette inconnue. Il réalisait plus que jamais pourquoi il aurait du se taire un peu plus tôt et la laisser espérer, pourquoi il aurait du ignorer ce dessin. Il réalisait qu'il allait casser une part d'elle et qu'il ne pourrait rien y faire. Il réalisait qu'au fond, malgré tout ce qu'il montrait et croyait, he cared. Il n'avait jamais eu à vivre une telle chose. Pas de ce côté-là en tout cas. Pas du côté du bourreau, de celui qui presse la détente sans savoir si oui ou non, il toucherait droit au coeur.

Jim continuait à la fixer, le regard semi dans le vague, ne sachant pas ce qu'il était censé dire, là, tout de suite. Il ne savait qu'une chose, c'est qu'elle allait le détester. Et étrangement, il ne voulait pas qu'elle, si gentille et innocente, lui porte une haine sans fin. Il était habitué à ce qu'on ne lui porte pas d'intérêt, à ce que des inconnus le méprisent sans le connaître. Pas à ça. Il fixa ses mains, serra les poings, ferma les yeux. Il était complètement perdu. Il ne savait plus ce que cela faisait, que d'être confronté à une situation inévitable et psychologiquement douloureuse. Une boule se formait dans sa gorge : il ne savait pas comment s'y prendre. Il en perdait tous ses moyens, en devenait vulnérable et c'était un sentiment qu'il détestait, qui l'énervait presque, que d'être là, les bras ballants, rien ne sortant de sa bouche, mais le coeur gros comme un ballon trop gonflé, sur le point d'exploser en mille morceaux dans un grand bruit.

« Je... »

Il ne sut pas terminer, passa ses mains sur son visage en poussant un grand soupir sensé lui donner du courage, et son sentiment d'être perdu grandi un peu plus. Tout n'était que confusion. Il n'en pouvait déjà plus, il n'était pas fait pour ça, il n'était pas habitué et personne n'avait à l'être. Jim ne pouvait tout simplement pas le garder pour lui, maintenant qu'elle se doutait que quelque chose n'allait pas, même depuis qu'il s'était trahi en lui posant cette stupide question. Elle aurait pu ne rien savoir, continuer sa vie en espérant. Il savait qu'il aurait préféré cela que d'avoir appris brutalement la mort de Maggie.

« Je suis désolé. »

Ce n'était qu'un cri presque silencieux d'abandon, un souffle brisé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kachiwho.deviantart.com
Lily-Rose
Apprenti boucher


Messages : 357
Date d'inscription : 06/05/2013

Feuille de personnage
P.U.F.: Chinkara - Meikiro
Relationship:
Cash: 0

MessageSujet: Re: Parce que Baudelaire, personne n’l’a jamais compris ! (ft. Jim)   Sam 3 Mai - 20:11


Quelque chose n’allait pas, elle ne savait pas de quoi il s’agissait, mais elle se doutait qu’elle n’allait pas tarder à le savoir. Le jeune homme semblait bouleversé, au bord de dire quelque chose. Mais il semblait chercher des mots qui de toute évidence restaient coincés dans sa gorge. Il laissa échapper un « Je suis désolé » presque inaudible. La blonde ne comprit pas. Comment aurait-elle pu ? Dans quelques secondes, son monde allait s’écrouler. La mort brutale de sa mère par l’extérieur n’avait pas suffi. Elle avait ensuite douloureusement vécue celle de Kiliann, déchiqueté par les goules affamées. Elle se souvenait encore de ses cris atroces. Mais cela ne suffisait pas. Il fallait que le jeune homme qu’elle prenait d’affection tue son père. Quand elle le découvrirait…

Mais elle restait à cet instant dans l’inconscience de ce qui allait suivre. Son cœur, sans qu’elle s’en rende toute de suite compte, battit plus vite. Quelque chose s’était passé. Sinon, il n’aurait pas réagi en lui répondant avec cet air brisé. Elle chercha une explication dans sa tête. Elle réfléchit un instant, immobile. Elle ne savait ni quoi dire, ni quoi faire. Elle était perdue. Il fallait qu’elle ait une réponse. Quand quelque chose l’intriguait, il fallait qu’elle sache de quoi il en retournait. Mais là, cette curiosité dévorante était soutenue par une once d’inquiétude et d’anxiété. Son esprit bouillonait. Que savait-il ? Qu’avait-il vu ? Que ne voulait-il pas dire ? Elle prit une profonde inspiration, prit le visage du survivant entre ses mains et planta son regard dans ses prunelles vives.

« J-Jim… Qu’est-ce qu’il se passe ? »

Elle resta ainsi, mains fraîches sur ses joues, attendant une réponse qui la changerait à jamais. Ses yeux étaient grand ouverts et sondaient le visage du jeune homme. Elle ne savait pas, et cela la tuait de ne pas savoir. Elle pouvait bien se passer de savoir certaines choses, comme la vie ou mort de son père, mais comment savoir de quoi il en retournait si les mots ne passaient pas sa gorge ? Elle regretterait bientôt les mots qu’elle venait de prononcer. Partagée entre diverses sensation, elle redemanda…

« J-Jim ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jim
Super scout


Messages : 401
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 21

Feuille de personnage
P.U.F.: Kachi'
Relationship:
Cash: 40

MessageSujet: Re: Parce que Baudelaire, personne n’l’a jamais compris ! (ft. Jim)   Sam 3 Mai - 20:25


Elle se demandait ce qu'il se passait, pourquoi il réagissait ainsi et que diable essayait-il de dire. C'était normal. Il y avait de quoi se poser des questions, il s'attendait à ce qu'elle insiste pour savoir ce qui le perturbait ainsi. Il aurait pu faire semblant, mentir, mais il était trop tard pour reculer. De plus, ça n'était même pas son genre. Il disait les choses en face, agréables ou douloureuses, que ça plaise ou non. C'était dans sa nature. Il ne gardait pas les choses qui ne lui étaient pas personnelles pour lui. Or justement, cette révélation ne concernait pas que lui : elle avait le droit de savoir.

Il manqua de sursauter lorsqu'elle pris sa tête entre ses mains, le forçant à la regarder droit dans les yeux. Il fut soudainement partagé entre son besoin naturel de fuite du contact et un sentiment de je m'en foutisme total. Il oubliait presque cette peau douce touchant son visage, en la fixant ainsi. Au fond, cette situation l'arrangeait : de cette manière, il ne pouvait tout simplement plus tourner autour du pot. Il devait le dire. Mais pas clairement. D'une façon pas trop brusque, qu'elle comprendrait en douceur. Il ne choisissait pas cette voie consciemment. Non, son subconscient ne voulait juste pas reproduire la façon dont il avait lui même pris connaissance de la mort de la personne la plus importante à ses yeux.

« J'ai juste fait ce qu'il fallait. »

Et il ne baissa pas le regard. Elle devait voir dans celui-ci que ça ne l'avait pas laissé indifférent mais qu'il ne se sentait pas coupable pour autant. Et qu'il y avait une raison à cela, loin de la cruauté d'un simple meurtre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kachiwho.deviantart.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Parce que Baudelaire, personne n’l’a jamais compris ! (ft. Jim)   Aujourd'hui à 17:18

Revenir en haut Aller en bas
 
Parce que Baudelaire, personne n’l’a jamais compris ! (ft. Jim)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le bateau qui ne part jamais d'Hurlevent
» [SOLO] Habitants jamais satisfaits des loisirs !
» Personne suspecte - Microbas
» [Sondage] Jolival 2011 - Rien ne sera jamais plus comme avant!
» Personne ne sait ce qu'est adevenu Gilneas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*SUN CITY :: L'Exterieur. :: Le Zombus.-
Sauter vers: