Forum RPG post-apocalyptique, rock'n'roll, à prix cassé
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Worn out. | Libre venez me faire des bisoux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Max
Pot d'fleur.


Messages : 68
Date d'inscription : 25/08/2011
Age : 19

Feuille de personnage
P.U.F.: Eredhys
Relationship:
Cash: 1

MessageSujet: Worn out. | Libre venez me faire des bisoux   Lun 14 Juil - 2:02

    - Torok, non !

    Le husky releva la tête du carton dans lequel il venait de remuer une bonne centaine de morceaux de polystyrène et fixa Max de ses yeux bleus et curieux. A l'air désapprobateur de son maître, Torok poussa un jappement plaintif et partit en courant dans une autre allée dévastée.
    Max soupira, hésitant entre laisser place au désespoir et laisser s'agrandir le sourire attendrit qui s'étirait malgré lui sur son visage. Décidant finalement d'oublier les bêtises de son jeune apprenti, l'homme se releva et passa la main sur les étagères poussiéreuses et poisseuses - de sang ou autre, il ne voulait pas trop le savoir. Ce magasin aux nombreuses allées regorgeait de recoins divers, mais il était actuellement assez difficile de trouver un vêtement encore portable qui recouvrait une partie acceptable de son corps. Max avait en effet, pas si longtemps que ça, réalisé qu'à part les deux nouveaux vêtements qu'il avait pu récupérer de la part des affaires de ce pauvre Filippo, il ne s'était jamais aventuré du côté habits du mall. Par conséquent, il portait en gros les mêmes habits depuis tout ce temps, et c'était pas vraiment la joie.
    Le simple T-shirt gris et blanc récupéré de Filippo était déjà une délivrance. Son précédent haut était troué de parts en parts, notamment dans la zone abdominale où Guernica s'était fait une joie de labourer son ventre il y a quelques mois de cela. Sans parler de l'odeur. Il avait beau le frotter et le laver jusqu'à s'en faire saigner les doigts, il y avait une certaine odeur de décomposition et autres synonymes peu ragoûtants qui restaient entêtement fixées aux fibres du T-shirt. Il n'avait pas regretté une seconde de le voir brûler une fois assuré que le T-shirt de Filippo lui allait.

    Max glissa une main plus profondément dans les rayons saccagés, grimaçant légèrement dès qu'il sentait quelque chose ayant une consistance davantage charnelle que textile, mais cherchant néanmoins si un quelconque vêtement aurait pu être oublié dans les profondeurs des étalages. Les derniers mois au Refuge, après Guernica, s'étaient révélés être un peu plus reposant après l'expérience quand même plutôt traumatisante du gros bestiau meurtrier. Et maintenant, ces histoires de tempête. N'auraient-ils jamais un instant de repos ? Etre coincé dans un mall avec une bande de survivants luttant pour leurs peaux et leurs cerveaux contre des goules sorties tout droit du plus grand délire de l'humanité était une chose. Ils luttaient futilement pour vivre quelques mois de plus dans l'espoir ridicule que quelque chose pourrait arrêter la zombification du monde entier - de l'Amérique, du moins. Qu'en savaient-ils des autres continents ? Ils ne devaient pas mieux se débrouiller, si personne n'était venu les aider et les récupérer - et en plus de ça, il fallait aussi qu'ils fassent avec un temps capricieux. Soupirant, Max laissa sa main retomber à son côté, traînant des pieds vers une autre zone du magasin en évitant grossièrement les plus gros obstacles sur le sol. Torok finit par débouler bruyamment d'un rayon -il finirait par attirer des hordes de goules au lieu de les repousser, celui-là- et vint trottiner à son côté, ses yeux vifs et curieux jetant des regards intéressés dans toutes les directions imaginables. Max pencha légèrement la tête en avant pour observer le jeune chien explorer l'environnement, un léger sourire toujours esquissé sur ses lèvres. Depuis qu'il avait découvert le chien par chance à l'animal, Max avait fait de l'éducation du husky son principal passe-temps. Entraîner tôt l'animal à être un puissant allié contre les goules, qui donnerait l'alerte et aiderait à s'en débarrasser sans risquer l'infection, était une bonne et utile chose, mais le jeune chien s'avérait être bien plus important que ça, finalement. Un petit ami toujours bondissant à ses côtés, complètement inconscient de l'apocalypse, juste heureux de vivre sans se soucier davantage que son environnement soit composé de goules ou non. Torok l'aidait à conserver son optimisme légendaire et à garder les idées légères quand il se demandait s'il ne serait pas mieux de se tuer maintenant au lieu d'attendre une fin plus horrible. Torok ne le jugeait jamais et ne remettait pas ses choix ou ses paroles en cause.

    Torok se contentait d'écouter, de le regarder de ses jolis yeux bleus et de le faire sourire.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Icare
Dealer de caddies


Messages : 166
Date d'inscription : 28/08/2011
Age : 19

Feuille de personnage
P.U.F.: Innuendo
Relationship:
Cash: 20

MessageSujet: Re: Worn out. | Libre venez me faire des bisoux   Lun 11 Aoû - 17:14

Icare s'était perdu.
En fait, Icare se perdait tout le temps. Le blond était capable, dans un même esprit, d'allier un sens de l'orientation plus que défaillant - et encore, c'était un euphémisme - à une capacité innée et naturelle à s'attirer les pires ennuis. Il n'avait dû jusque là son salut qu'à la magie du RP et à la chance, notamment celle qui lui permettait de rencontrer, dans des circonstances pourtant assez défavorable, des alliés humains et vivants capables de le sortir du pétrin dans lequel se fourrait constamment. Mais dans le cas présent, la situation n'était pas complètement désespérée : s'il se trouvait bel et bien dans un mall infesté de zombies, paumé et loin du refuge, aucun mort-vivant ne semblait vouloir montrer le bout de son nez en putréfaction, et il était paumé dans un magasin de vêtements. Ce qui était passablement positif dans la mesure où il portait la même chemise bleue depuis six putains de mois. Cette chemise, si elle avait été élégante et de facture correcte, était désormais tâchée de sang et déchirée à maints endroits. Et à part le t-shirt de Filippo, qu'il s'astreignait à ne porter qu'au refuge pour le préserver des assauts des goules, il n'avait qu'une veste peu épaisse.

Et donc, Dude ! représentait une sacrée aubaine pour lui.

En farfouillant gaiement - tout est relatif - dans les rayons détruits du magasin de fringues pour hommes, Icare mit la main sur un pantalon de survêtement miraculeusement intact et propre, préservé au fond d'une étagère. Il était particulièrement laid et trop grand - de toutes façon, le musicien détestait ce genre de fringues - mais il ne pouvait pas vraiment cracher dessus. Les vêtements en bon état étaient une denrée rare, et un truc pareil, si hideux soit-il, devait valoir une petite fortune au Mont-de-Piete.

Un craquement.
En fait, ça n'était pas exactement un craquement : plutôt un grincement. Ou tout du moins, un son qui se situait quelque part à mi-chemin entre les deux. Comme les griffes d'un animal, type canidé, qui se déplaçait sur le sol. Et c'était bien un chien : plutôt gros, de type chien de traineau - pour le peu qu'Icare savait sur le sujet. Un animal connu, qui plus était : le blond se souvenait l'avoir vu au refuge, collé aux basques d'un grand brun avec un banjo. C'était ce dernier détail qui avait marqué le musicien, plus que le chien lui-même. Parce qu'Icare n'aimait pas les chiens, ni les animaux en général, surtout depuis qu'il avait dû balader - ou plutôt, se faire promener par - Sam sur Sun Plaza, manquant à un cheveu de se faire dévorer par les goules. Sa cuisse le lançait encore, et sa chemise, comme précisé plus haut, n'y avait pas résisté.

Mais si ce clébard traînait dans le coin, ça signifiait certainement que l'homme au banjo n'était pas loin.
Comme pour confirmer cette déduction, le chien, après l'avoir détaillé d'un regard curieux, fit volte face et se précipita dans la direction opposée. Icare fourra donc sa trouvaille dans son sac et se lança à sa poursuite.

Au détour d'un rayon, le chien rejoignit son maître.
Le grand brun.
Il était sauvé.

    - Euh... Salut ?



Dernière édition par Icare le Lun 11 Aoû - 17:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Narrateur.
La Sainte Trinité.


Messages : 1031
Date d'inscription : 25/07/2011

Feuille de personnage
P.U.F.:
Relationship:
Cash: 0

MessageSujet: Re: Worn out. | Libre venez me faire des bisoux   Lun 11 Aoû - 17:14

Le membre 'Icare' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'FP Dude !' :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sun-city.forumactif.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Worn out. | Libre venez me faire des bisoux   Aujourd'hui à 4:01

Revenir en haut Aller en bas
 
Worn out. | Libre venez me faire des bisoux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Classement - Venez vous faire des amis en notant vos confrères
» Venez vous présenter un peu plus en détails
» Rejoinds nous ! Faire la fête
» Faire un rond point - Faire un pano
» [A faire vivre] Carnet de dessins d'Yvengel Wercer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*SUN CITY :: 2nd Floor. :: Fashion Palace. :: Dude !.-
Sauter vers: