Forum RPG post-apocalyptique, rock'n'roll, à prix cassé
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fugue † PV. Alice

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Jacob
Never grow up.


Messages : 1326
Date d'inscription : 25/08/2011
Age : 23

Feuille de personnage
P.U.F.: Hax-Makina
Relationship:
Cash: 20 + 15

MessageSujet: Fugue † PV. Alice   Dim 25 Oct - 13:44



    FUGUE
    BACH - PRELUDE AND FUGUE No. 10 IN E MINOR, BWV 855
    [ Le premier de la liste :p ]


    Autour de lui, les enseignes qui défilent. Une nouvelle escapade.

    Prendre l'air lui était nécessaire : il avait parfois ce besoin urgent de s'enfuir, quitter ces visages et ces voix qui faisaient son quotidien, lorsque leur Refuge se voulant chaleureux mutait soudain en un brasier trop ardent pour lui. Dans ces moments-là, il lui semblait que son corps était prêt à exploser : c'était comme si une force invisible s'emparait de lui et lui comprimait la poitrine. L'adrénaline coulait à flots dans ses membres et il lui fallait bouger.
    Ces virées surprises à l'extérieur étaient sans aucun conteste les plus dangereuses : mû par le besoin irrépressible de déguerpir, il quittait généralement les murs protecteurs du Refuge à la hâte, oubliant les règles de sécurité les plus élémentaires, tout au plus talonné par son chien, et se retrouvait baignant dans la Mer des Morts sans la moindre arme.
    Cette fois ne faisait pas exception à la règle : le sentiment de malaise l'avait pris peu après midi, alors qu'il venait d'avaler sans grand appétit un sandwich un peu trop vieux pour être agréable en bouche. De nouveau en proie à l'éternelle question du qu'allait-il faire de son après-midi ?, il avait été gagné par l'angoisse.
    Et y avait cédé, une fois de plus.

    Les choses allaient beaucoup mieux depuis qu'ils avaient aidé le Zombus à pénétrer dans le mall. Ou pour le dire de manière plus honnête, les choses allaient beaucoup mieux depuis que le Zombus qu'ils avaient aidé à pénétrer dans le mall lui avait permis, d'une manière qu'il ne comprenait tout simplement pas tant elle était incongrue, de retrouver les trois personnes à qui il tenait le plus, et dont il s'était résolu à supposer qu'elles étaient mortes depuis des mois.
    Si cela faisait un mois que les retrouvailles avaient eu lieu, la situation était toujours étrange à ses yeux, et il ne se passait pas un matin sans qu'en ouvrant les yeux, il ne s'attende à découvrir que le matelas à côté du sien — désormais occupé par Luka, et il fallait reconnaître que voir son visage juste après celui de son chien et de sa tortue, tous les matins, était à peu près aussi weird que drôle, Luka tendant à afficher des expressions un peu extrêmes dans son sommeil, visiblement rempli de rêves très prenants – avait disparu. Tout paraissait si irréel.
    C'était d'ailleurs d'autant plus appréciable que le groupe était arrivé quelques semaines après sa désintox' imposée : il était préférable que ses amis ne l'aient pas vu à l'époque où il errait désespérément dans le mall à la recherche de propofan, ou pire encore, à l'époque où il avait perdu tout espoir d'en trouver et se retrouvait tout simplement dans un état rendu par le manque similaire à celui des zombies qui infestaient le mall. Il n'était certes pas tout à fait remis et se faisait parfois violence pour ne pas bouffer le premier cachet venu, et la douleur serait à jamais là, dans sa tête. Mais leur présence lui permettait de ne pas y penser, ne serait-ce que l'espace de quelques sacro-saintes secondes.
    L'euphorie des retrouvailles effectuées, Jacob avait pu découvrir avec un émerveillement difficilement dissimulable — même pour un homme passé maître dans l'art de ne pas trahir la moindre émotion comme lui – les joies de la virée shopping en territoire infesté de zombies en la charmante compagnie de Lise et de Luka, tous deux ayant décidé de partir à la recherche de produits de beauté, l'une parce qu'elle estimait nécessaire de prendre soin d'elle maintenant qu'elle en avait l'occasion, l'autre parce qu'il cherchait de quoi se teindre de nouveau les cheveux, mû par la nouvelle lubie d'avoir le crâne couleur jaune poussin. La sortie s'était avérée fructueuse pour Lise, totalement vaine pour Luka. Il ne doutait pas que l'homme se baladerait bientôt dans le mall avec des cheveux jaune poussin, et qu'il attirerait par conséquent tous les zombies qui se trouverait dans un rayon de 15 mètres autour de lui, puisque tel était visiblement son nouvel objectif. Néanmoins, l'idée que son ami affiche pour le moment son brun véritable, orné de quelques pointes rouges totalement passées, lui plaisait plutôt bien. Il avait tendance à penser que le fameux jaune poussin était susceptible de lui filer un sacré mal de crâne, notamment au réveil, ou sous la lumière criarde de la supérette locale.
    Cette migraine-là resterait tout de même plus agréable que les autres.

    Le seul point ambigu de ce soudain retour d'entre les morts de la Dream Team résidait dans le dernier membre du quatuor. Jacob n'avait pas la moindre idée de la manière dont il devait se comporter avec elle, pour la simple et bonne raison qu'il ne savait tout simplement plus comment se comporter avec elle depuis leur rupture, qui avait maintenant eu lieu il y a une petite poignée d'années. Il n'avait pas la moindre idée de ce que pouvait en penser Alice, mais de son côté, le malaise restait persistent. Son petit côté autiste incapable de déchiffrer le comportement humain et surtout d'adopter lui-même une manière d'être qui paraisse naturelle, spontanée et ne soit pas au préalable le fruit d'un long travail de réflexion et d'introspective devait sérieusement aidée.
    Malaise qui, paradoxalement, connaissait désormais une nouvelle apogée, qu'il aurait presque jugée apte à détrôner celle ayant survenu directement après qu'ils se soient séparés. Cette fois, le contexte soyons tous cloîtrés ensemble dans des conditions très approximatives et risquons notre vie au milieu d'une armée de morts-vivants lorsqu'on ose sortir y était pour beaucoup.

    C'était peut-être pour ça, cette nouvelle échappée belle. La pression devenant graduellement trop grande, c'était bien le seul moyen qu'il avait de la faire retomber un bon coup.


    Oubliées donc, les précautions : sa pelle laissée au placard, son t-shirt et son jeans fraichement nettoyés enfilés, il s'était rapidement assuré que la tortue avait tout ce dont elle pouvait avoir besoin dans son enclos improvisé et s'était esquivé en silence, son chien le suivant comme son ombre. A présent qu'il était en meilleure forme — et qu'il s'était occupé de sérieusement raccourcir cette énorme barbe qui lui mangeait le visage, ce qui était tout de même plus confortable –, se déplacer dans le mall était bien plus facile. La pelle n'était qu'une mesure de sécurité additionnelle à ses yeux : et en plus, elle le ralentissait. Il avait juste besoin de prendre l'air, même si dans le cas présent il prenait surtout l'air saturé d'odeur de mort des galeries du deuxième étage, il ne partait après tout pas en expédition-massacre.
    Tout du moins était-ce là sa pensée lorsqu'il s'était décidé à quitter le Refuge en solitaire. A présent, il en venait un peu à regretter son choix.
    Puisqu'à trop penser, encore une fois, Jacob s'était mis dans la merde.

    Quelque chose semblait avoir attiré une quantité de goules bien plus importante que d'ordinaire dans la zone où il s'était aventuré. Et si Jacob savait, malgré sa carrure assez imposante, se faire discret et silencieux, il avait comme tout le monde ses limites.
    Limites qui furent très largement franchies lorsqu'un cadavre qui tentait de s'approcher de lui trébucha lamentablement et s'effondra à un mètre à peine de sa position, emportant dans sa chute un énorme panneau publicitaire qui s'écrasa avec fracas sur le sol, attirant au passage l'attention de toutes les goules avoisinantes.
    Jacob sentit son coeur se serrer lorsque plusieurs dizaines de visages à demi-décomposés se tournèrent à l'unisson vers lui et se mirent en marche dans sa direction. A ses pieds, Ersatz émit un léger grognement d'avertissement.
    L'étau se resserrait rapidement et il leur fallait agir.
    Sans réfléchir outre mesure, Jacob se rua en direction de la première boutique accessible et ferma la porte à la va-vite lorsque son chien fut passé, luttant quelques instants pour repousser les mains décomposées qui tentaient de forcer le passage à sa suite. On tambourina à la porte un moment, puis les coups se calmèrent.
    Ce fut à ce moment-là que Jacob constata qu'il faisait extrêmement sombre. Et lorsqu'il se retourna, ce fut pour constater qu'un rideau rouge camouflait l'accès au magasin en lui-même.
    Formidable. Il avait fallu qu'il aille se réfugier dans le Sex Shop du centre commercial. Bien joué, Champion.

    Il prit une profonde inspiration, suivi d'un long soupir. A ses côtés, le berger blanc patientait sagement, attendant que son maître s'engage.
    Les Sex Shops n'avaient jamais été le délire de Jacob : sans être non plus totalement prude, il n'éprouvait juste pas spécialement le besoin d'agrémenter son éventuelle vie sexuelle de frasques exotiques, quelles qu'elles soient. Ce n'était pas la première fois qu'il pénétrait dans une boutique du genre, cependant : la différence notable était que les deux fois précédentes, il était entré en compagnie de Luka — citations circonstancielles des expériences n°1 et n°2 : " Allez vieeeeeens meec ça va être trop drôle tu vas voir ils ont de ces trucs !! ", puis " Jaaaaake j'ai trop une bonne idée de cadeau d'anniversaire pour Lise ramène-toi vas-y !! " – et que cette fois il était seul. Accompagné d'un chien certes, mais humainement seul.
    Tout au plus l'espérait-il : croiser quelqu'un ici aurait été bien pire. Dans le genre gros malaise. Gros gros.
    Et puis la perspective de se retrouvé nez à nez avec une version zombie de La Crampe de Pulp Fiction le faisait sérieusement flipper, parce qu'il n'était pas sûr de savoir gérer ça.

    Enfin bon. Il n'allait pas non plus passer sa vie entre la porte d'entrée et le rideau d'accueil comme un gros puceau. Porte tes couilles Jacob, merde, t'as combattu un Guernica, vas pas me dire qu'un Sex Shop te terrorise.
    Choisissant finalement de laisser ses aprioris dans l'entrée, il finit par franchir le fameux voile pudique et pénétrer dans l'antre de la luxure commerciale. Au premier abord l'échoppe semblait vide, ce qui eut le mérite de le détendre un peu. Il supposait bien que Lorentz devait actuellement le voir, installé confortablement derrière ses postes de surveillance, peut-être même qu'il se tapait une bonne barre, mais qu'importe : il lui faudrait bien faire avec.
    Se remémorant l'entrain presque enfantin avec lequel Luka avait l'habitude de se ruer en courant entre les étalages de ce genre de boutique, Jacob regretta presque que son ami ne soit pas là. Le temps aurait pu paraître moins long. Ou surtout, l'ambiance générale aurait été beaucoup moins intimidante. Il ne savait pas exactement combien de temps il allait rester coincé ici, mais tant que les zombies ne l'auraient pas oublié et ne se seraient pas dispersés...
    ... eh bien il aurait de toute évidence tout le loisir d'admirer non sans perplexité les différents types de vibromasseurs ornés d'un grand panneau de promotion qui étaient exposés en face de la caisse.

    Quelle journée épanouissante.

_________________
black#eebfa3#513C52
CasierRP


Merciiiiiiii Faso !!!
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hax-makina.deviantart.com/
Mythri
Maître de la machette


Messages : 816
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 21

Feuille de personnage
P.U.F.: Faso'
Relationship:
Cash: 175 + 25

MessageSujet: Re: Fugue † PV. Alice   Dim 25 Oct - 19:07



    [MERCI de me laisser justifier le fait que Alice soit déjà dans la boutique au moment où Jacob y entre, et qu'en plus ils soient coincés... comment je fais moi pour justifier sa présence de manière crédible bon sang ? XDD
    EDIT : j'ai failé pour le dé là, je voulais trouver un truc marrant mais nop rrh >< et désolée pour la longueur, promis le prochain sera moins interminable DD:]


    C'était une journée comme toutes les autres. Alice aimait la routine. Répéter tous les jours les mêmes actions avait quelque chose de réconfortant, surtout dans un monde où 99% de la population s'est transformée en goules avides de la chair des 1% de survivants. Elle restait la plupart du temps au Refuge. En effet, elle n'avait pas d'arme digne de ce nom -si ce n'est un taser, qu'elle n'avait jamais eu l'occasion de tester sur une goule, et elle espérait ne jamais l'avoir. Après une période de léthargie les premiers jours, elle s'était reprise en main, et affichait un sourire sincère à ceux qui venaient la voir, ou aux réfugiés avec qui elle partageait désormais sa vie quotidienne. Elle tentait tant bien que mal de se rendre utile sans mettre sa vie en danger : elle apprenait pour le moment les bases du jardinage. Ca n'était pas très passionnant, et ne permettait assurément pas de faire passer une journée entière -et un mois encore moins- et Alice avait donc fait plus ample connaissance avec les membres du Refuge. Elle avait aussi passé de longues heures à parler avec Lise, ou à jouer avec elle et Luka à toute sorte de jeux improbables -leur ami était très doué pour les inventer. Elle apprivoisait les instruments qui se trouvaient au Refuge, jouait avec les animaux -Ersatz l'aimait beaucoup a priori.
    Mais parfois, elle se sentait prisonnière. Ils l'étaient un peu tous : s'ils sortaient, ils risquaient leur vie. Certains méprisaient la sécurité -Jacob était souvent dehors, et d'autres aussi, mais Alice leur portait moins d'attention.

    Jacob... elle faisait tout son possible pour ne jamais se retrouver seule avec lui. C'était en quelque sorte une règle tacite entre eux, et ce depuis des années. Ils se porteraient tous les deux beaucoup mieux en évitant tout contact prolongé et autres scènes embarrassantes. Car même plusieurs années après -ils été amis bien plus longtemps qu'amants- les souvenirs revenaient. Agréables ou non, il y en avait de toutes sortes. Certains qu'elle n'avait pas envie de voir resurgir, pour diverses raisons, et d'autres qu'elle gardait dans un coin de sa tête, précieux. Ils étaient peu nombreux, et elle s'arrangeait également pour ne jamais les solliciter. Elle l'avait un peu trop fait quand elle croyait Jacob mort, mais maintenant qu'il était en vie et qu'ils partageaient le même dortoir, la même salle de bain, la même vie, enfin, il n'était plus question de penser à cela. Déjà, parce que c'était contre-productif. Alice n'aimait pas se complaire dans le passé. Et ensuite, parce qu'elle n'aurait pas du tout aimé savoir que Jacob pensait à elle, alors elle tâchait de son côté de ne pas penser à lui. Et tout fonctionnait bien ainsi.
    Au fil des jours, puis des semaines, elle avait réussi à agir normalement lorsqu'ils étaient tous les quatre, comme avant. Cela la soulageait : elle n'avait pas envie de ternir leur amitié. C'était aussi bien comme ça; ils ne pouvaient être amis intimes, mais la présence de Lise et Luka les soudait tous les quatre, et plus encore depuis l'arrivée du Zombus et leurs retrouvailles inespérées.

    C'était une journée comme toutes les autres, mais pas tant que ça. En effet, Alice était de sortie. Elle n'avait aucune idée de l'endroit où elle voulait aller, et savait juste vaguement qu'il y avait plusieurs boutiques de vêtements au deuxième étage. Elle en avait cruellement besoin. Laver son t-shirt à l'eau tous les quatre jours -parce qu'elle faisait un peu plus attention à l'hygiène que certains membres du Refuge- et attendre pendant ce temps dans le t-shirt de quelqu'un d'autre -souvent Lise ou Luka, en l’occurrence- dans le dortoir que le tout sèche, ça n'était pas trop son truc. Un renouvellement de garde-robe était donc de mise. Elle n'avait pas suivi Jacob, Lise et Luka lorsqu'ils y étaient allés car elle était plongée dans un livre de jardinage à ce moment là. Et aussi qu'elle n'avait pas envie de sortir. C'était l'un de ses travers : lors de ses études, elle pouvait passer des jours sans voir personne, et, si elle aimait sortir avec ses amis, elle avait besoin de solitude, et surtout, d'une bonne motivation pour mettre le pied dehors. Elle ne regrettait rien par la suite, mais le simple fait de quitter le confort du domicile pour faire quelque chose n'était pas naturel chez elle. Fréquenter Luka et Lise l'avait bien aidée de ce point de vue là, mais leur simple contact ne pouvait changer sa nature. C'est ce qu'il s'était passé ce jour-là : elle avait du faire un choix, et leur avait souri en les rassurant : elle irait plus tard, pour le moment, elle préférait rester loin du danger potentiel d'une sortie, même avec eux. Luka avait bien fait semblant d'insister, mais Lise l'avait vite rabroué, et ils y étaient allés tous les trois. Elle avait passé un bon après-midi, et appris beaucoup de choses; mais sa garde-robe était toujours aussi vide. Les vêtements n'étaient pas un sujet qui la passionnait, mais ils étaient néanmoins utiles. Plusieurs t-shirts, c'était déjà un bon début. Alors elle était sortie.
    Et elle s'était perdue.
    Pas parce qu'elle ait un problème particulier avec l'orientation, n'en déplaise aux blagues multiples qu'elle avait du subir, étant née de sexe féminin et blonde, mais simplement parce que c'était beaucoup trop grand. Elle avait suivi les panneaux, sursautant à chaque bruit. Trouver son chemin tout en esquivant les goules était aussi compliqué et stressant qu'elle avait pu se l'imaginer.
    Alice s'était vite retrouvée face à un groupe de goules. Elle avait envisagé de faire demi-tour, puis s'était ravisée : elle était juste devant l'entrée d'un magasin à l'ambiance visiblement rosée. En rebroussant chemin, elle prenait le risque de tomber sur d'autres zombies, puisqu'elle en avait esquivé plusieurs d'où elle venait. Et un magasin rose, ce devait sûrement être le magasin de mode dont on lui avait parlé. Elle avait des goûts simples en matière de vêtements, mais elle trouverait sûrement quelque chose là bas. D'autant plus que l'idée de disparaître sous le nez des zombies était séduisante.
    C'est ainsi que Alice était rentrée. Elle avait réprimé un rire nerveux en voyant où elle était, puis pâlit -flirtant presque avec une agréable nuance de vert- en se souvenant de la boîte que le gars dégueulasse du camp dont elle avait déjà oublié le nom à force de vouloir l'effacer de son esprit -Larry, Barry?- avait fait amener dans leur chambre. Elle se revoyait, plongeant sa main, trouvant le taser, et une paire de menottes. Cela aurait pu paraître très drôle, mais ça ne l'était pas. C'était mortellement sérieux. Le choc de ce souvenir qui remontait d'un coin de sa tête où se trouvaient toutes les pensées qu'elle refoulait consciemment -ou pas- la pétrifia. Elle se trouvait dans un putain de magasin de sex-toys. Elle n'était jamais rentrée dedans, et ne s'était à vrai dire jamais intéressée à la question. C'était un peu comme l’acupuncture ou l’œnologie : elle savait que ça existait, mais ça ne l'intéressait pas.
    La fourrure, le kitsch et le mauvais goût étaient au rendez-vous. L'odeur de mort qui flottait dans l'endroit -moins présente néanmoins que dans le couloir- donnait à cette boutique une sale ambiance. Alice voulut faire demi-tour pour fuir ces mauvais souvenirs -et aussi parce que bon, elle n'avait rien à foutre là, sa vie sexuelle s’apparentant au néant- mais à ce moment, plusieurs goules passèrent devant l'entrée. Elle déglutit sans bruit, et s'enfonça aussi silencieusement que possible au fond du magasin, où elle espérait trouver un semblant de sécurité, en attendant de pouvoir sortir de là. Parce qu'il y avait quand même très peu de chances que qui que ce soit vienne la trouver ici pour l'aider à passer les goules. C'était à la fois embêtant -combien de temps avant que les morts-vivants ne partent rôder ailleurs?- et soulageant -elle n'avait vraiment pas envie qu'on la trouve ici.

    Aussi décida-t-elle de faire contre mauvaise fortune bon cœur, et de s'intéresser un peu à ce qui se trouvait autour d'elle, une fois qu'elle eût repris ses esprits et chassé ses démons dans le coin noir de son esprit. Après tout, cela ferait bien rire Luka quand elle le lui raconterait -mais elle n'était pas sûre de le faire tout bien réfléchi, elle n'avait pas envie d'en entendre parler jusqu'à la fin de sa vie. Elle s'avança plus avant dans le magasin, et tomba sur un objet étrange, qui ressemblait vaguement à un sapin de Noël. Elle allait le saisir pour l'examiner plus en détail quand une main visqueuse, couverte de croûtes et de sang séché lui agrippa le poignet. Ses yeux s'arrondirent, et elle dût utiliser toute la force de sa volonté -et de son instinct de survie- pour ne pas hurler. Une goule l'avait saisie à travers un rayon, alors qu'elle pensait être en sécurité, et tentait maintenant d'accéder à sa proie en avançant contre le rayon, faisant tomber les articles au sol, dans un bruit qui, sans être extravagant, était bien audible. La goule semblait faible. À travers le voile que la panique jetait sur son discernement, Alice crut comprendre que le mort -la morte- qui l'avait agrippée était auparavant une grand-mère d'un certain âge, de faible corpulence et de petite taille. Peut-être pourrait-elle briser le poignet, et trouver quelque chose pour se défendre... -où était le rayon sado-masochisme ??-

    Se débattant toujours, cherchant des yeux une solution -même une paire de menottes ferait l'affaire, pourvu qu'elle puisse accrocher la main cadavérique au rayon- sans succès, trop effrayée pour faire quoi que ce soit d'efficace, même poussée par son instinct de conservation, qui criait le martyr à l'intérieur de sa tête, certain qu'elle ne ferait pas long feu -ce qui était vrai, la goule s'excitait contre le rayon, poussant des râles rauques, avides de sang.
    C'est dans cette situation que Jacob la trouva.




Dernière édition par Mythri le Dim 25 Oct - 19:19, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Narrateur.
La Sainte Trinité.


Messages : 1031
Date d'inscription : 25/07/2011

Feuille de personnage
P.U.F.:
Relationship:
Cash: 0

MessageSujet: Re: Fugue † PV. Alice   Dim 25 Oct - 19:07

Le membre 'Mythri' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Oh my Gode !' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sun-city.forumactif.fr
Jacob
Never grow up.


Messages : 1326
Date d'inscription : 25/08/2011
Age : 23

Feuille de personnage
P.U.F.: Hax-Makina
Relationship:
Cash: 20 + 15

MessageSujet: Re: Fugue † PV. Alice   Dim 25 Oct - 20:39

    [ Hahahaha, elle aurait au pire pu faire la même connerie que lui et rentrer après x)
    Mais il est bien ce dé ! Pour une fois dans sa vie que Jackie peut se la jouer preux chevalier et pas princesse en détresse ! ]


    Tout du moins aurait-il pu s'extasier devant le stand disposé à l'entrée si un bruit croissant situé plus loin dans l'échoppe ne l'avait pas distrait.
    Relevant le nez, Jacob, qui était désormais sur ses gardes, tendit le cou dans l'espoir de voir ce qui pouvait causer un tel raffut. Il crut apercevoir furtivement une chevelure blonde qui semblait se débattre — chevelure trop familière pour être celle de Morgan, et la combinaison probabilité forte de se retrouver en compagnie de la personne qu'il évitait le plus + probabilité que la personne en détresse ne soit pas Morgan qui était théoriquement parfaitement à même de se défendre seul occasionna la formation d'un noeud désagréable dans sa gorge et un passage en apnée involontaire. Un instant figé de stupeur, se prenant à espérer qu'il s'était trompé — dans le panel des pires peurs de Jacob, se retrouver coincé avec Alice dans cette boutique exacte bataillait avec ferveur pour la première marche du podium, et cette peur stupide se manifestait peut-être en lui donnant de fausses informations et en lui faisant croire des choses déplaisantes –, il resta immobile, appréhendant la suite. Mais n'eut pas le temps de flemmarder bien longtemps : ange gardien fidèle et guide lorsque les circonstances l'imposaient, Ersatz, à ses côtés, émit l'aboiement typique de la mise en garde, avant de s'élancer dans la direction du vacarme. Cela eut pour effet de le sortir de sa torpeur, et Jacob le suivit d'un pas rapide, songeant qu'il était vraiment une fois de plus sacrément con de ne pas être venu avec sa pelle.
    Qui que soit la personne potentiellement en détresse, il se devait de lui venir en aide. Et à partir du moment où il y avait un zombie dans la boutique avec lui, s'il ne souhaitait pas sortir, il ne pouvait y couper : il lui fallait l'éliminer. Fort heureusement, à l'inverse de la jeune femme, Jacob jouissait d'une expérience non négligeable en la matière, étant lui-même super méga poissard aux dés, et une petite mémé ne lui faisait pas peur.

    Franchissant le dernier rayonnage qui lui obstruait la vue, il eut en un simple coup d'oeil la confirmation que putain de merde, c'était bien Alice — mais qu'est-ce qu'elle foutait là ? Et qu'est-ce qu'il foutait là lui aussi, tant qu'on y était ? Et pourquoi il fallait qu'ils se retrouvent là tous les deux en même temps, aussi ? –, mais ne s'arrêta pas pour autant. Avec l'assurance du mec qui avait bien malgré lui effectué ce genre de tâche un nombre conséquent de fois, il saisit l'ex petite vieille par les épaules, estimant que sa corpulence se prêtait bien à l'idée qu'il avait en tête, et la tira brusquement en arrière, forçant la goule à lâcher le poignet d'Alice au passage. La projetant violemment contre un étalage dans un formidable effondrement de boîtes de préservatifs de tous les goûts et toutes les couleurs, il ne lui laissa pas le temps de se relever et lui défonça la tête d'un coup de pied.
    S'il avait su, il aurait enfilé la paire de rangers du Deposit of US Army, et non sa traditionnelle paire de converses, qui en chiait comme pas permis depuis le début de la Fin du Monde.
    La respiration accélérée, il se recula d'un pas, prenant beaucoup plus de temps que d'ordinaire pour s'assurer que la cible était bien morte — et pour de bon. Pour être honnête, il n'avait pas vraiment envie de se retourner, et il avait dans un coin de sa tête l'idée qu'Alice non plus n'avait pas franchement envie qu'il se retourne. Ersatz, de son côté, n'en avait strictement rien à faire puisqu'il s'approchait déjà joyeusement de la jeune femme en remuant la queue, prêt à saluer cette humaine qu'effectivement, il aimait beaucoup, même s'il ne comprenait pas pourquoi son maître était aussi tendu lorsqu'il était à moins de deux mètres d'elle.

    S'armant de tout le courage que pouvait lui procurer une grande inspiration, il se détourna finalement de l'étagère, pour se retrouver face à Alice.
    Son premier réflexe fut d'aller chercher si elle avait été mordue, mais hormis quelques vilaines traces de contusions au niveau de son poignet, elle semblait intacte. Contrairement à ce à quoi il pouvait s'attendre, ce constat ne réduisit pas le moins du monde le profond malaise qui avait désormais transformé sa cage thoracique en une espèce de boîte dont les parois intérieures étaient soumises à une très forte pression.
    Ca devait bien arriver à un moment ou à un autre, songea-t-il dans l'espoir de se réconforter lui-même. Même si clairement, le lieu n'était pas vraiment celui auquel il se serait attendu. Mais ça aurait été beaucoup trop facile sinon.

    — ... ça va ? finit-il par demander d'une voix hésitante, se décidant finalement à regarder son interlocutrice dans les yeux alors qu'il s'était résolument évertué à les éviter jusque là.

    D'un coté, il fut plutôt fier de lui. Ce genre de réplique n'avait effectivement rien d'exceptionnel, même pour un mec aussi peu bavard que lui, mais c'était bien mieux que c'est pas du tout ce que tu crois, première phrase qui lui était venue à l'esprit juste avant lorsqu'il s'était de nouveau fait la remarque qu'il avait fallu qu'elle le trouve dans le foutu Sex Shop du centre commercial.
    Finalement, cette petite mémé l'avait plus ou moins sauvé. Ca lui permettait de faire une entrée assez crédible, même s'il aurait préféré faire sans. Mieux valait ça plutôt qu'elle, tombant sur lui, en train d'observer n'importe quel étalage de ce maudit magasin.
    Ca lui permettait même d'éviter de justifier sa présence ici. Même du temps où ils étaient extrêmement proches, Jacob n'avait jamais aimé se justifier auprès d'elle. Il pouvait être l'homme le plus brillant du monde lorsqu'il s'agissait d'argumenter au sujet d'une théorie complexe ou de valoriser son avis sur un problème scientifique, dès qu'il lui fallait de défendre lui-même, et surtout face à elle, il se retrouvait totalement désarmé. Rendu d'autant plus vulnérable par un fait très simple : elle était avocate, et il le savait parfaitement.
    Ca le faisait plus ou moins partir perdant à chaque fois.

_________________
black#eebfa3#513C52
CasierRP


Merciiiiiiii Faso !!!
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hax-makina.deviantart.com/
Mythri
Maître de la machette


Messages : 816
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 21

Feuille de personnage
P.U.F.: Faso'
Relationship:
Cash: 175 + 25

MessageSujet: Re: Fugue † PV. Alice   Lun 26 Oct - 15:15



    Alice n'aimait pas du tout l'idée d'être une demoiselle en détresse. Pourtant, elle eut un sursaut d'espoir en entendant le jappement, derrière elle : quelqu'un, venez vite. Il n'était pas vraiment difficile d'abandonner sa dignité lorsque l'on court le risque -immédiat- de se faire arracher un morceau de chair par un zombie. Avec toutes les conséquences que cela entraîne. Elle tourna la tête et vit Ersatz. Puis Jacob, plus immobile qu'une statue.
    Si on lui avait dit quelques minutes avant qu'elle serait heureuse de croiser Jacob dans cette boutique, elle ne l'aurait pas cru. D'ailleurs, elle ne le croyait toujours pas. Et pourtant, c'était un fait : elle était très heureuse de le voir. Cela n'avait rien à voir avec lui Jacob, mais plutôt avec lui sauveur-potentiel. Et en effet, cela ne tarda pas. Alors que l'emprise des doigts secs et glacés se resserrait sur son poignet, ce qui lui vaudrait de jolis bleus olivâtres pour les quelques jours à venir, l'allemand empoigna la vieille goule et finit par lui écraser la boîte crânienne dans une scène plus que burlesque. Mais curieusement, Alice n'avait pas très envie de rire. Le sang qui poissait sous les semelles de Jacob la confortait dans cette idée. Elle ne s'étonnait pas de le voir agir ainsi de sang froid; déjà, parce qu'elle y serait restée si elle ne l'avait pas fait, et ensuite parce qu'il n'avait pas eu la chance comme Luka, Lise et elle, d'être protégé des morts par le bus. Le gros problème de leur voyage avait surtout été les vivants. Mais toujours est-il que ça faisait un certain choc à chaque fois qu'une tête explosait. Surtout sous le pied de Jacob, qui souvent s'était entrelacé avec les siens, du temps où ils dormaient encore parfois ensemble -une éternité plus tôt. Mais pourquoi pensait-elle à ça, là, tout de suite ? Il lui épargna de répondre à cette question.

    Ça va ?

    Alice eut un petit rire nerveux, qui répondait bien plus que les paroles qu'elle composait avec soin dans sa tête en massant son poignet endolori, où s'affichaient de vilaines marques rouges à l'endroit où la chose avait serré, et des coupures en demi-lune là où les ongles s'étaient enfoncés. Oui Jake, tout va bien, heureusement que tu es arrivé sur ton fier destrier, sinon à l'heure qu'il est je me serait faite bouffer dans ce sex-shop, que j'aurais hanté jusqu'à la fin des temps.
    Donc oui, tout compte fait, elle préférait bel et bien devoir affronter de futiles problèmes de vivants, à commencer par la gêne qui se diffusait en elle chaque fois qu'elle posait ses yeux sur les étagères. Une gêne qui se mêlait à une furieuse envie de rire. Histoire d'évacuer la tension, un peu. Non ?

    ─ Aussi bien que possible compte tenu des circonstances.

    Qu'est-ce que tu fais ici ? Elle se garda de lui poser la question, ne désirant pas qu'il la lui retourne. Même si elle n'avait pas fait exprès de se retrouver là, elle n'avait pas envie de parler de ça, curieusement.

    ─ Tu ne t'es pas fait mal ?

    Et elle lui retourna la politesse en le regardant dans les yeux. Quelques secondes avant, elle avait esquivé ces yeux noirs pour essayer de ne pas lui rire au nez, chose qu'il n'aurait pas compris -et elle non plus. Il y avait bien longtemps qu'ils ne s'étaient pas retrouvés seuls, et encore plus longtemps qu'elle ne l'avait pas regardé vraiment -comme on regarde un être humain à qui l'on s'adresse quand on est un minimum poli, en fait. Mais elle préférait éviter ce regard, de peur qu'il ne voit dans ses yeux bleus ce qu'elle ne voulait pas lire dans ses yeux noirs. Aucun d'eux n'avait tout à fait oublié. Pas seulement le fait qu'ils aient été ensemble, mais aussi le fait qu'ils ne le soient plus -Alice l'avait accepté, mais elle n'en riait pas vraiment non plus. Elle trouvait cela un peu dommage. En repensant au vieux couple sans intérêt qu'ils avaient formé sur la fin, se déchirant pour tout et rien -surtout rien, ne sachant plus vraiment comment agir l'un avec l'autre, elle regrettait d'avoir gâché leur amitié et leur complicité. Bon, elle ne l'avait pas gâchée toute seule non plus. Et c'était précisément pour cela que Alice Rose évitait toujours le regard de Jacob Theissen.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob
Never grow up.


Messages : 1326
Date d'inscription : 25/08/2011
Age : 23

Feuille de personnage
P.U.F.: Hax-Makina
Relationship:
Cash: 20 + 15

MessageSujet: Re: Fugue † PV. Alice   Lun 26 Oct - 16:20

    ─ Aussi bien que possible compte tenu des circonstances.

    Réponse qui fit fleurir un discret sourire sur les lèvres de Jacob, tout décoiffé et usé qu'il était.
    Evidemment, en tant que membre du fier équipage qui avait jadis composé le Zombus, Alice n'avait pas vraiment eu l'occasion de côtoyer de près les morts-vivants au quotidien, comme cela avait été le cas pour lui. Mieux valait qu'il évite de lui parler du fameux Guernica, si cette dernière n'en avait pas encore eu vent — d'un naturel peu enclin à raconter sa vie ou à parler de lui en général, Jacob n'avait bien évidemment pas pris la peine de mentionner le gros chien rouge à ses compagnons depuis leur retour, même si une personne normale se serait vite empressée de narrer le fastidieux combat qui les avait conduits à débarrasser Sun City de l'animal. Pour une fois qu'elle mettait le nez hors de leur Refuge, il n'allait tout de même pas lui tuer sa motivation dans l'oeuf.
    Malheureusement pour elle, et ça l'embêtait bien de le penser puisqu'il se souciait malgré tout de sa sécurité, elle allait rapidement devoir apprendre à traiter avec les goules. C'était l'une des bases de la vie dans le nouveau monde moderne, et ça l'était d'autant plus entre les murs de Sun City. Il fallait néanmoins reconnaître qu'il était impressionné de voir qu'elle avait réussi à se frayer un chemin jusqu'au deuxième étage, ce dernier étant déjà plus risqué que le premier, où se trouvait l'accès au Refuge et où les débutants se cantonnaient le plus souvent.
    Il s'y était cantonné, au tout début.

    — Tu ne t'es pas fait mal ?

    Tiré de sa réflexion, il leva les yeux vers elle, manquant de tressaillir lorsqu'il croisa son regard. Il eut le réflexe un peu idiot de se regarder lui-même du bout des pieds au haut du torse — difficile de remonter plus loin sans s'auto-décapiter et le rendu n'aurait clairement pas été le même –, comme pour vérifier que tout allait bien, avant de se ressaisir et de secouer vaguement la tête, ses yeux disparaissant temporairement derrière un épais rideau de cheveux noirs.

    — C'est bon.

    Il faillit ajouter qu'on prenait vite l'habitude, mais déclarer ainsi à son ex qu'on était devenu en l'espace de quelques mois un expert en explosion de têtes de mémés à coups de talon n'était pas vraiment ce qu'il y avait de mieux côté conversation, et même lui le savait parfaitement.

    Il s'apprêtait cette fois-ci — la vie de Jacob n'était après tout qu'une éternelle succession d'opportunités manquées – à lui dire même si elle le savait sans doute parfaitement qu'il y avait de quoi nettoyer ses plaies à la Salle de Bain du Refuge quand Ersatz se dirigea vers lui, un objet en gueule.
    C'était un petit tour auquel il s'amusait parfois avec l'animal : un va chercher lancé au beau milieu d'un magasin sécurisé et la curiosité de voir ce que le berger allait bien pouvoir ramener. Il arrivait également que le chien lui en amène d'office, même si c'était plutôt rare. Il y avait parfois de belles trouvailles.
    Ce n'était malheureusement pas le meilleur lieu qui soit pour qu'Ersatz tente ce genre d'expérience et Jacob le regarda d'un air mortifié tandis qu'il lui tendait gentiment sa trouvaille. Il tendit la main avec effroi, totalement horrifié à l'idée de ce qui allait finir dans sa main — et à peu près aussi horrifié à l'idée que ça ait trainé dans la gueule de son chien sans qu'on sache à quoi ça ait pu servir avant, parce que même si fut un temps le magasin appliquait des règles d'hygiène stricte, entre temps le monde avait pris fin pour renaître sur des bases encore moins saines qu'avant –, et laissa ses doigts se refermer sur ce qui semblait être un cylindre. Blêmissant à vue d'oeil, il attrapa donc la Chose, tandis qu'Ersatz, toujours parfait dans son rôle de chien mignon et bien attentionné, le lui laissait et observait avec impatience sa réaction.
    Après avoir dégluti non sans une très grande difficulté, le brun se décida à regarder ce qu'il pouvait bien tenir, et son soulagement put se lire très clairement aussi bien sur son visage que sur la manière générale qu'eut son corps tout entier de se détendre.
    C'était un pot de vaseline, entièrement neuf.
    Certes, sa présence dans une boutique comme celle où ils étaient ne faisait pas de lui le pot de vaseline le plus attrayant du monde, mais il ne put s'empêcher de se demander si on pouvait en avoir l'utilité d'une manière ou d'une autre — de préférence une manière productive – au Refuge. Peu désireux de rester en pleine contemplation de l'objet pendant un temps interminable juste en face d'Alice, il adressa un petit sourire à son chien, et lui caressa vaguement la tête tout en reportant son attention vers la jeune femme.

    — Comment se porte la botanique ?

    Vu que cette dernière avait passé pas mal de temps scotchée à un livre traitant de ce domaine au cours des derniers jours... mieux valait tenter de se comporter naturellement. Il n'avait vraiment pas envie qu'un silence gênant leur tombe dessus. Vraiment pas du tout.

_________________
black#eebfa3#513C52
CasierRP


Merciiiiiiii Faso !!!
Spoiler:
 


Dernière édition par Jacob le Lun 26 Oct - 16:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hax-makina.deviantart.com/
Le Narrateur.
La Sainte Trinité.


Messages : 1031
Date d'inscription : 25/07/2011

Feuille de personnage
P.U.F.:
Relationship:
Cash: 0

MessageSujet: Re: Fugue † PV. Alice   Lun 26 Oct - 16:20

Le membre 'Jacob' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Oh my Gode !' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sun-city.forumactif.fr
Mythri
Maître de la machette


Messages : 816
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 21

Feuille de personnage
P.U.F.: Faso'
Relationship:
Cash: 175 + 25

MessageSujet: Re: Fugue † PV. Alice   Lun 26 Oct - 18:16


    [Je crois que ce topic me porte la poisse, Alice vient de trouver.. "des oreilles de chat... meow!" dans un magasin, à croire que c'est son lot la pauvre XDD]

    Brave chien.
    Alice voyait bien que c'était une action qu'il répétait souvent avec son maître, et il devait s'attendre à ce que l'on soit très fier de lui, et qu'on le lui fasse savoir. Ça n'était pas sa faute si l'endroit où ils se trouvaient pour le moment était si peu approprié à ce genre d'exercice. Mais fort heureusement, le cylindre que tenait Jacob dans la main n'était qu'un pot de vaseline. Alice grattouilla le chien pour dissimuler son malaise, et tenta de tirer Jacob de la situation dans laquelle il se trouvait.

    ─ Ca pourra servir au Refuge... -elle se hâta de terminer sa phrase, avant même qu'il n'ait le temps d'avoir une pensée malheureuse, du moins elle l'espérait- Tu sais, pour réparer des crevasses, des lèvres gercées, des pieds secs, des trucs comme ça.

    Elle tentait autant que possible d'avoir l'air de considérer que ce pot était une crème hydratante normale sortie d'un Sephora, et non pas de Oh my Gode! -d'ailleurs, personne au Refuge n'avait besoin de savoir où ils avaient trouvé ça, et surtout pas Luka. Elle ne le dit pas, mais pensait que c'était clair entre eux deux. Et encore, ils avaient de la chance, le pot était blanc avec une étiquette bleue, presque médical. Aucun designer fou du packaging n'était passé par là. Pas de communication sur l'utilisation non plus, Dieu soit loué. Bon, ils avaient peut-être une chance de s'en sortir.

    Peu de temps après sa remarque, alors qu'un début de silence commençait à s'installer et que Alice réfléchissait aussi vite que possible pour trouver de quoi parler -quelque chose qui puisse faire durer une conversation normale de préférence, ou du moins normale selon elle-, Jacob la tira de l'embarras en lançant une piste. Le jardinage. Oui, oui, bien sûr. Les carottes, navets, pommes de terres et autres racines n'avaient plus de secret pour Alice, et semblaient soudain un sujet passionnant.

    ─ Aussi bien que possible, sans engrais ni franc soleil... Mais je pense que ces températures douces sont plutôt favorables. On aura peut-être encore des tomates un certain temps.

    Que c'était intéressant. Non mais vraiment, Alice... rien de mieux à dire ? Sans qu'elle sache pourquoi, elle songea vaguement qu'elle trouverait peut-être des sous-vêtements ici, et abandonna vite l'idée. De un, elle n'était pas très branchée string, et de deux, elle n'avait aucune envie que sir Jacob connaisse la couleur de ses dessous. Son regard, parcourant le sol, s'arrêta une fraction de seconde sur un porte-jarretelle en dentelle noire. Ça aurait peut-être fait plaisir à quelques filles au Refuge si elle le laissait dans le carton des vêtements à donner, mais pas à elle. Pas dans ce contexte.

    ─ Et toi ? Qu'est ce que tu fais de tes journées depuis..?

    C'est vrai ça, on a pas vraiment eu l'occasion... non pardon, on a pas vraiment pris le temps de parler tranquillement autour d'une tasse de thé, alors, qu'est-ce que tu fais de beau ? Qu'est-ce que tu deviens, depuis que tu es là, après avoir vu tous ceux qui t'entouraient mourir ? Dis moi, tu fais quoi, depuis sept mois, enfermé dans ce centre commercial dans un contexte post-apocalyptique ? Moi comme tu me vois, je confonds des boutiques de fringues avec des boutiques de sex-toy. La routine quoi.
    Elle ne lui fit pas l'affront de se demander pourquoi il était là; elle le connaissait -ou du moins c'est ce qu'il lui semblait- et il n'était pas vraiment du genre vicelard qui va faire ses courses seul dans l'espoir de trouver une proie, ou juste pour s'exciter un peu au milieu des zombies. Et, qu'elle sache, il n'avait pas de petite amie au Refuge, ou du moins pas de signe d'intimité entre lui et une fille -hormis sa tortue, Lise et elle, certes- pendant le mois qu'ils venaient de passer ensemble, entre quatre murs, ou presque. Ca y est, je crois que je deviens folle.
    Une conversation d'une banalité aussi navrante dans un tel contexte ne pouvait bien évidemment pas la laisser indifférente. Elle se dit que si rien ne bougeait, elle lui proposerait que ce soit eux, qui bougent, s'ils le pouvaient. Dans la boutique ou en dehors, mais au moins qu'ils cessent de se toiser en chien de fusil, les bras ballants, Ersatz les regardant d'un air enthousiaste, se demandant sans doute pourquoi ces drôles d'humains agissaient ainsi.


Dernière édition par Mythri le Lun 26 Oct - 18:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Narrateur.
La Sainte Trinité.


Messages : 1031
Date d'inscription : 25/07/2011

Feuille de personnage
P.U.F.:
Relationship:
Cash: 0

MessageSujet: Re: Fugue † PV. Alice   Lun 26 Oct - 18:16

Le membre 'Mythri' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Oh my Gode !' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sun-city.forumactif.fr
Jacob
Never grow up.


Messages : 1326
Date d'inscription : 25/08/2011
Age : 23

Feuille de personnage
P.U.F.: Hax-Makina
Relationship:
Cash: 20 + 15

MessageSujet: Re: Fugue † PV. Alice   Lun 26 Oct - 18:34

    [ Hahaha écoute Jacob son don c'est de tomber sur des faces zombies... allez encore un dé soyons fou
    EDIT : TIEEEENS justement qu'est-ce que je disais ? XD ]


    ─ Ca pourra servir au Refuge... Bien malgré lui, Jacob arqua un sourcil interrogateur en levant les yeux vers elle, ne pouvant réprimer un sourire en coin amusé. Car évidemment, la vitesse d'articulation d'une femme ne pouvait égaler celle à laquelle les pensées avaient le don de fuser dans sa tête, quelles qu'elles soient. Tu sais, pour réparer des crevasses, des lèvres gercées, des pieds secs, des trucs comme ça, se reprit-elle rapidement, ce qui ne put qu'avoir pour effet de faire discrètement s'élargir le sourire de Jacob.

    Ne pouvant résister à l'envie de se montrer taquin — c'était certes extrêmement paradoxal, mais Alice restait bien malgré tout la personne avec laquelle il était le plus apte à se comporter de manière spontanée, voire même totalement naturelle, lorsque l'occasion se présentait en tout cas, et ça devait bien être la première fois en deux voire trois ans que ça arrivait justement –, il lui lança la boîte.

    — Tu n'auras qu'à la donner toi-même à Angela, tentation extrêmement prononcée de rajouter un smiley " :p " à la fin de cette phrase.

    Il réalisa malheureusement après coup que ce n'était pas forcément un bon plan de lui balancer comme ça une boîte de vaseline à la gueule sans crier gare, il s'était peut-être légèrement emporté, mais il avait quand même veillé à l'envoyer correctement et de manière elliptique et non pas comme un joueur de baseball accompli qui aurait tenté de déstabiliser un batteur adverse.
    Ersatz eut bien évidemment le réflexe de se tendre, comme si son maître avait lancé une balle, mais son attention fut soudain détournée par quelque chose et il s'éloigna discrètement en reniflant.

    La magie du RP permettant les ellipses temporelles, je te laisse évidemment décider de si elle l'attrape ou pas et je passe à la suite :p

    Jacob, cependant, ne remarqua pas le comportement de son chien qui aurait en temps normal dû l'alarmer puisqu'Alice répondait à sa question précédente. N'y connaissant strictement rien en plantes, il n'eut évidemment rien à répondre de constructif. Il comprenait bien l'engrais, le soleil et tout, mais du reste... il supposait juste qu'il allait être temps de planter des légumes correspondant à la saison approchant. Mais encore pour cela fallait-il aller trouver les graines, les pieds, et tout le bordel. Typiquement, Luka et lui pourraient tenter de ramener de quoi planter de nouvelles choses. Il ne pouvait s'empêcher d'imaginer Lise et Alice travaillant gaiement à planter tout ça. Lise étant biologiste, ce genre de trucs s'avérait toujours très dynamisant pour elle.
    Mais maintenant qu'il y pensait, justement...

    — En fait... j'ai un sac d'engrais, si tu veux.

    Et une pelle, aussi, mais elle j'en ai besoin.
    Il avait effectivement trouvé un sac d'engrais lors de sa dernière virée chez Mowgly avec Morgan, justement dans le but de se trouver une nouvelle pelle. Il l'avait ramené, supposant que ça pourrait être intéressant — et au pire ils pouvaient fabriquer des explosifs avec, s'il ne se trompait pas. Morgan avait également trouvé un plan de groseille si ses souvenirs étaient bons, mais impossible de se rappeler s'il l'avait pris avec lui ou s'il l'avait laissé sur place. Il n'était pas vraiment en état de faire attention à ce genre de détail à ce moment-là.

    ─ Et toi ? Qu'est ce que tu fais de tes journées depuis..?

    Question très large. Réponse très longue.
    Eh bien, j'ai trouvé des fringues, même du propofan et une petite indienne que tu dois connaître vu que c'est l'autre perso de ta joueuse m'en a dealé une boîte, et puis on est allés à l'armurerie avec Morgan et on a failli mourir, surtout quand ça a plus ou moins libéré un monstre sanguinaire sur tout le mall parce que ce monstre se planquait dans l'arrière-boutique. J'en ai gardé de sales balafres, j'ai même failli me vider de mon sang. Ensuite on a tous établi un plan pour venir à bout de ce gros monstre et on a encore tous failli mourir et c'est d'ailleurs pour ça que Lorentz a des traces de brûlures sur un bras mais on a finalement survécu. Après ça j'ai été à cours de cachets, j'ai passé plusieurs jours à en chercher en vain et j'ai fait une horrible crise de manque dont je ne suis pas sûr d'être tout à fait remis mais ça va quand même mieux. Les gens ont organisé une soirée au Refuge, à cause de la tempête. Moi j'étais encore mal mais c'était sympa. Et puis on a appris que cette tempête avait fait s'abattre le Mur que la fameuse petite indienne et un mec qui s'appelle Icare ont trouvé un jour grâce à Sam, le border collie que tu as pu voir avec Chester, le mec de la Clinique. Parce qu'en fait Chester était le maître de Sam, mais au début on ne le savait pas. Il se trouve qu'un jour en allant de l'autre côté du Mur des gens du Refuge ont rencontré sa mère et en fait...

    — Je me prom...

    Se promener résumait effectivement de la manière la plus globale qui soit sa vie ici. Il n'eut pas le temps de terminer sa phrase : un jappement bref, qu'il savait synonyme d'avertissement, le coupa net. Ersatz, alors à quelques mètres de lui, le rejoignit rapidement, le poil hérissé et les crocs dévoilés.
    Et une fois de plus dans sa vie, Jacob se sentit cruellement con.
    Il aurait dû être alerté lorsque le chien s'était éloigné de lui, un peu plus tôt. Ce n'était pas la première fois qu'il agissait de la sorte et il savait très bien ce que cela impliquait. Mais évidemment, comme un pauvre connard, il avait été plus préoccupé par l'idée de discuter avec Alice que par leur putain de sécurité.
    Car voilà que quatre goules émergeaient de l'ombre et se trainaient en gémissant vers eux.
    Et EVIDEMMENT il n'avait pas sa pelle.
    Reculant d'un pas en direction d'Alice, le dos à peine voûté comme un lutteur qui se serait apprêté à saisir son adversaire, il analysa rapidement la situation.

    L'un des zombies ne représentait pas un énorme danger : un petit vieux dont l'un des bras était à demi arraché, et dont il se demanda un instant s'il n'était pas le mari de celle dont il avait éclaté la tête un peu plus tôt.
    A ses côtés, une femme plutôt ronde et en petite tenue. La soubrette qu'elle arborait et qui peinait à contenir son énorme poitrine arborait encore un anti-vol : une cliente qui était en train d'essayer une tenue ici-même lorsqu'elle avait été mordue ? Non, sérieux ?!
    Sur leur gauche, un homme, bien bâti et l'oeil vif, qui serait certainement l'ennemi le plus difficile à abattre.
    Et enfin, un peu plus loin, une autre femme qui terminait de s'extraire de derrière la caisse.

    Eh merde ! C'était vraiment le moment.
    Jetant un coup d'oeil à Alice, toujours derrière lui, il demanda d'un ton calme :

    — Tu sais t'y prendre avec eux ?

    Qu'il sache s'il pouvait au moins lui laisser celui qui n'avait pas l'air très dangereux ou s'il devait se préparer à tous les affronter.

_________________
black#eebfa3#513C52
CasierRP


Merciiiiiiii Faso !!!
Spoiler:
 


Dernière édition par Jacob le Mar 27 Oct - 13:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hax-makina.deviantart.com/
Le Narrateur.
La Sainte Trinité.


Messages : 1031
Date d'inscription : 25/07/2011

Feuille de personnage
P.U.F.:
Relationship:
Cash: 0

MessageSujet: Re: Fugue † PV. Alice   Lun 26 Oct - 18:34

Le membre 'Jacob' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Oh my Gode !' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sun-city.forumactif.fr
Mythri
Maître de la machette


Messages : 816
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 21

Feuille de personnage
P.U.F.: Faso'
Relationship:
Cash: 175 + 25

MessageSujet: Re: Fugue † PV. Alice   Mar 27 Oct - 13:25


    [Désolée pour ce rp plus que médiocre j'imagine -je l'ai pas encore écrit mais je le sens bien comme ça- mais mon ordi est un vendu et m'a supprimé les 15 lignes que j'avais écrites en redémarrant spontanément, il est 13h13 et je suis censée partir à 25... bref pardon d'avance ><]

    Fort heureusement, Alice attrapa au vol le pot que lui lançait Jacob. Saleté d'allemand. Mais il fallait être honnête : maintenant que la menace zombie était temporairement écartée, elle commençait à se détendre et même à trouver la situation presque comique -presque.

    ─ Merci pour ce cadeau empoisonné... je lui dirais bien que ça vient de toi, mais que tu as été trop timide pour le lui donner en main propre.

    Elle lui fit un grand sourire -il y avait longtemps qu'elle n'avait pas sourit comme ça. Elle était un peu étonnée, mais aussi agréablement surprise. Finalement, ça se passait mieux que prévu.

    --

    Après l'épisode de l'engrais et un début de réponse de la part de Jacob quant à ses activités, survinrent le jappement et les grognements. La joie d'Alice fondit comme neige au soleil. Bien sûr, ça ne pouvait pas durer longtemps. Elle n'était pas pessimiste, mais dans un monde comme celui qui était maintenant le leur, le réalisme se teintait trop souvent d'un voile noir. Elle ne bougea pas, et doutait d'avoir pu faire un mouvement si elle l'avait voulu. Ils étaient quatre. Ils étaient monstrueux, mais leurs traits étaient encore bien trop humains... elle voyait les rides, les grandes oreilles -enfin, une, le bonhomme avait un trou béant sur le côté de la tête- et fit l'erreur de les plaindre. C'était la pire fin possible.
    Elle lui répondit d'une voix aigue, et crut bien que le son ne passerait pas à travers sa gorge, qui s'était rétrécie soudainement à cause du choc entre les deux situations ; il y a quelques secondes, le badinage, maintenant, la menace de mort.

    ─ Je n'ai pas d'armes... et non, je n'ai jamais eu à en affronter...

    Ah, ça, le bus avait vraiment été un bon refuge. Mais en attendant, elle était un poids mort pour Jacob. Ses yeux parcoururent furieusement les rayons, à la recherche de quelque chose qui pourrait lui servir... mais rien. À la rigueur, elle pouvait leur lancer des capotes à message humoristique sur la tête, mais ça serait aussi ridicule qu'inutile. Elle détestait être une demoiselle en détresse, et elle ne ressortirait plus jamais sans armes. Elle apprendrait à s'en servir, à se battre... au cas où. Elle se fit cette promesse, si ils retournaient jamais au refuge sains et saufs -le bruit du combat allait probablement attirer les autres morts- elle demanderait à Jacob de lui apprendre comment survivre dans une telle situation .Il avait l'air de savoir y faire...
    Alice se dit vaguement que si l'un des zombies la prenait à bras le corps pour la mordre, elle se défendrait, et aurait peut-être une chance sur mille de réussir à tuer son assaillant à mains nues... mais c'était tout. À cet instant, elle se sentit si faible que des larmes de rage et d'impuissance -les premières de toute sa vie- brouillèrent ses yeux. Elle les ravala, et attendit la suite.
    Ils se rapprochaient.
    Pardon, Jacob...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob
Never grow up.


Messages : 1326
Date d'inscription : 25/08/2011
Age : 23

Feuille de personnage
P.U.F.: Hax-Makina
Relationship:
Cash: 20 + 15

MessageSujet: Re: Fugue † PV. Alice   Mar 27 Oct - 14:36

    [ T'inquiète, il est nickel ! Y a pas grand chose à faire de toute manière. Je cracherais bien sur l'admin indigne qui a osé pourror cette situation en incorporant un jour des faces zombies aux dés de fouille mais c'est moi cet admin ._. guenon que je suis
    Bref, j'étais sur le point d'aller manger puis de partir mais c'est trop tentant \o/ je les dégage un peu à la va-vite parce qu'ils me soulent lol et bon si Alice se sent pas de participer autant que le sujet continue, j'espère que ça te gène pas ^^'

    Ah et au-dessus c'était " tentation extrêmement prononcée " et pas " tentative "... putain depuis l'Espagne je parle plus la France ]



    ─ Je n'ai pas d'armes... et non, je n'ai jamais eu à en affronter...

    C'était bien ce qu'il craignait.
    La mâchoire inférieure de Jacob saillit légèrement sous sa peau, sans doute trop masquée par la légère barbe qui la garnissait pour être repérable, tandis qu'il serrait les dents.
    Ce n'était en soi pas une situation désespérée — rien comparé au dernier épisode de TWD lalala – et il avait vu pire, et même si cette fois-ci il n'avait pas à ses côtés un autre survivant rôdé au tatanage de zombies pour le soutenir dans cette épreuve, il se savait apte à gérer la situation pour peu qu'il s'y prenne bien. En excluant donc de laisser Alice s'occuper du petit vieux toute seule. Néanmoins, la toute petite voix avec laquelle son amie lui avait répondu rendait la situation beaucoup plus stressante, et il craignait d'être beaucoup moins sûr de ses mouvements que d'ordinaire.
    Profitant des deux dernières secondes qui lui restaient avant que la situation ne nécessite réellement d'être gérée, il prit une profonde inspiration, tentant de saborder la crispation qui montait peu à peu dans ses membres.
    Heureusement pour lui, il avait un atout dans sa manche.

    Sa priorité étant de mettre Alice à l'abri — pas tant un élan chevaleresque que la stupide habitude qu'avait Jacob de veiller à la sécurité d'absolument tout le monde sauf lui, autodestructeur chevronné qu'il était –, il se préoccupa avant tout de la cible qu'il lui aurait laissé abattre si elle s'en était sentie capable. Ou en tout cas, il chercha à la mettre hors-jeu le temps de régler le reste.

    — Ersatz !! Pousse ! lança-t-il à l'adresse de son chien en désignant le zombie le plus frêle d'un signe de la main.

    S'il avait été plus que perplexe à l'idée d'avoir un chien lorsque Morgan le lui avait purement et simplement refilé sans lui demander son avis, le berger s'était avéré extrêmement utile, tant de par sa capacité à combler les lacunes de son maître — lacunes du type je suis pas très conscient du monde qui m'entoure parce que je suis en manque de médocs ou juste j'en ai rien à foutre de ce qui peut m'arriver ma vie n'a aucun sens – que par sa réactivité aux situations d'urgence et sa discipline. Pourtant, Dieu sait si Jacob était un éducateur exécrable : il avait néanmoins eu la chance de tomber sur un chien particulièrement réceptif, et ils avaient peu à peu appris à former une équipe des plus efficaces.
    Réagissant au quart de tour, Ersatz quitta les pieds de son humain pour bondir sur la goule, la faisant s'écrouler au sol dans une vaine tentative de gesticulation. Le crâne du vieux heurta violemment le sol, mais s'il en fut fragilisé, il ne se fractura pas.
    Le chien n'avait pas le droit de mordre les zombies. Néanmoins, s'il n'était pas encore adulte, il était suffisamment lourd pour mettre les plus frêles à terre, comme les enfants, les plus maigres, les estropiés ou encore les plus âgés.
    Saisissant l'occasion, Jacob se déporta rapidement vers la première cible et de la même manière qu'il l'avait fait pour sa peut-être femme, il le mit hors course d'un coup de pied avisé.
    Malheureusement, sa compagne en petite tenue s'avéra beaucoup plus rapide qu'il ne l'aurait cru et celle-ci s'agrippa frénétiquement à son poignet comme l'avait fait un peu plus tôt celle avec qui il avait trouvé Alice aux prises en arrivant. S'arrachant à son étreinte — qui le répugnait bien plus que d'ordinaire au vu de la chosequi s'accrochait à lui, pourquoi n'avait-il pas de veste, sérieux –, il la repoussa violemment : alors qu'elle trébuchait, sa tête alla heurter une étagère qui se trouvait derrière elle. Dans un craquement sonore, sa nuque se brisa, la condamnant à l'immobilité. La tête, qui pendait lamentablement sur le côté, continuait de darder des regards furieux sur lui, mais elle aurait beau claquer des mâchoires, elle ne constituerait plus un danger pour peu qu'il se tienne éloigner d'elle.

    N'en restaient donc plus que deux.
    Il coula un regard en coin à Alice pour vérifier que tout allait bien, puis se dirigea rapidement vers les deux derniers opposants.
    Son coeur s'affolait et sa respiration s'accélérait : dans sa tempe, la douleur, toujours présente, commençait à palpiter faiblement, et c'était comme si on envoyait des petites décharges derrière ce maudit oeil gauche qui lui pourrissait la vie.
    Mais qu'importe : il ne s'arrêterait pas en si bon chemin.

    La potentielle caissière était encore à une certaine distance et il aurait peut-être le temps de s'occuper du plus gros du morceau avant qu'elle ne l'atteigne. Et son compagnon à poils serait extrêmement utile pour venir à bout de celui-là.

    — Ersatz, derrière !! cria-t-il en désignant cette fois-ci l'homme imposant qui se traînait vers lui.

    Ce tour-là était un peu plus compliqué car peu répété et un peu plus abstrait que saute sur le mec. Le chien fila rapidement vers la cible, passa derrière ses jambes. Jacob le suivit de près, la différence fut qu'il lui rentra purement et simplement dedans et ne le contourna pas. L'homme, éberlué, fit un pas en arrière et trébucha sur le chien, qui s'était plus ou moins roulé en boule derrière ses pieds, et s'écroula à son tour. Un coup de pied en pleine mâchoire et il était à son tour éliminé. Ca commence à me souleeeeer
    Il commençait sérieusement à s'épuiser, à ce rythme-là. Le souffle rauque, les cheveux plus en bataille que d'ordinaire et l'épaule douloureuse — il était rentré dans le mec un peu n'importe comment mais tant pis –, il releva les yeux vers le dernier zombie, qui n'était plus bien loin. Regrettant une fois de plus de ne pas avoir sa putain de pelle, il se lança à l'attaque et loua le Hasard que ce soit le dernier ennemi à abattre, puisque la technique du je-te-pousse-et-je-t'explose était particulièrement épuisante, surtout répétée à la chaine. Lorsqu'il heurta la femme, une vive douleur traversa son épaule, le faisant grimacer. Exténué, il attrapa sur la caisse le boîtier servant d'ordinaire à taper les codes de carte-bleue lors du paiement, et l'abattit plusieurs fois sur le crâne de la caissière, jusqu'à ce que ce dernier ne ressemble plus à grand chose. Le sang brunâtre éclaboussa ses bras et certaines gouttes allèrent jusqu'à sa gorge, mais puisque je n'avais pas envie de faire claquer Jacob aussi bêtement, rien n'atteint ses yeux ou sa bouche. Lorsque ce fut fait, il resta quelques secondes accroupi, reprenant son souffle, avant de se redresser difficilement et de remettre le boîtier à sa place. Il s'adossa contre le comptoir de caisse une poignée de secondes supplémentaires, la gorge sèche et la main levée jusqu'à son épaule qui continuait de le lancer, puis après une énième grande inspiration revint en marchant dans la direction où il avait laissée Alice, évitant soigneusement de se prendre les pieds dans le gros mec qu'il avait buté juste avant.

    Il ne retourna néanmoins pas directement la voir — il était à deux doigts de cracher ses poumons et avait un affreux goût de ferraille dans la bouche et sa tempe pulsait sacrément fort – et alla se poster à côté de la femme dont la nuque avait été brisée peu avant, qui continuait de claquer des dents dans le vide. Il fit alors signe à Alice de venir le rejoindre, cherchant toujours son souffle.
    Au moins y avait moyen de rendre ça un peu productif.

_________________
black#eebfa3#513C52
CasierRP


Merciiiiiiii Faso !!!
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hax-makina.deviantart.com/
Mythri
Maître de la machette


Messages : 816
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 21

Feuille de personnage
P.U.F.: Faso'
Relationship:
Cash: 175 + 25

MessageSujet: Re: Fugue † PV. Alice   Mer 28 Oct - 17:40


    [Désolée du temps que j'ai mis à répondre du coup >< Jacob, maître en art-martiaux, à côté Jackie Chan c'est du flan u_u
    Putain j'ose plus lancer le dé maintenant j'ai trop la poisse pour ça xD
    (je bénis forumactif qui a développé depuis ces dernières années une mémoire de texte dans la boîte d'entrée, j'ai fait précédent par inadvertance, mon coeur a loupé un battement, il me manquait une ligne putain, heureusement qu'il a gardé le texte en tête, j'ai tout retrouvé en faisant "suivant" sur mon navigateur fiouu]


    Un jour, elle avait vu une fille dans un magasin. Une vingtaine d'année, un mètre soixante-dix, bien faite, un sourire à toute épreuve. Elle tenait un panneau sur lequel il était marqué "file d'attente". Sur le coup, elle avait bien rigolé -intérieurement- et remercié le ciel d'être née dans une famille qui lui avait permis, de par son éducation -et son argent un peu aussi hein- de faire des études de droit.

    Mais face à quatre zombies -tout grotesques qu'ils soient- elle était encore plus risible que la fille-poteau. Les bras ballants, les mâchoires serrées, elle regardait Jacob valser d'une goule à l'autre, ne pouvait rien faire d'autre que se tenir en retrait, et observer. Elle retenait son souffle, et pas seulement parce que les zombies en mouvements distillaient une odeur atroce de décomposition plutôt avancée. Elle crut plusieurs fois que Jacob allait y passer, et elle se tenait prête, aussi absurde que soit cette idée, à se jeter sur une goule menaçante pour la retarder. Un vilain coup sur la tempe, une nuque brisée, un bruit sourd contre le carrelage, des dents qui crissaient. Ersatz n'était pas en reste, et lui et son maître dansaient si bien ensemble que Alice prit conscience d'une partie de la réalité que tous deux avaient du affronter depuis sept mois. La jeune femme ne s'était jamais sentie aussi stupide -rien à voir, pourtant, entre la capacité de poutrer de la goule et l'intellect- et inutile. Un joli fardeau. Et s'il se faisait mordre pendant qu'elle restait là à se balancer d'un pied à l'autre, hein ?

    Heureusement, cela n'arriva pas. Le tout fut plus vite fini qu'Alice ne le pensait, bien que le combat lui parût durer une éternité -ou deux. Mais ce ne fut pas le silence. Quelques mâchoires continuaient à claquer dans le vide, et la respiration de Jacob était sifflante. Ersatz haletait, et semblait encore alerte, près à recommencer si le besoin s'en faisait sentir.

    Jacob lui fit un signe, et elle accourut, se sentait encore une fois comme une gourde dans un film Hollywoodien -alors qu'elle était la première à lever les yeux au ciel face à ce genre de personnages. Mais entre un canapé et un écran et la réalité, il y avait un gouffre -sans fond. Il était très frustrant de ne pas pouvoir se conformer à l'image que l'on s'est formé de soi-même pendant de si longues années.

    Elle ne sut pas trop quoi dire, et se contenta de poser sa main sur l'épaule de Jacob en guise de remerciement, et aussi en signe de sollicitude, une façon comme une autre de lui demander si tout allait bien. Elle n'osait pas trop. Elle ne savait pas quoi dire.

    ─ Désolée d'être un tel poids mort... tu n'as rien de cassé ?

    Elle n'était pas médecin, mais le choc que Jacob avait reçu à la tête ne lui plaisait pas trop. D'autant qu'elle était bien placée pour savoir qu'il était sujet aux maux de tête -doux euphémisme.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob
Never grow up.


Messages : 1326
Date d'inscription : 25/08/2011
Age : 23

Feuille de personnage
P.U.F.: Hax-Makina
Relationship:
Cash: 20 + 15

MessageSujet: Re: Fugue † PV. Alice   Jeu 29 Oct - 12:33

    [ T'inquiète ! Hier de toute façon j'étais aussi prise ^^
    Arts martiaux je sais pas, c'est plus du bourrinage qu'autre chose haha, vu qu'il a une carrure assez forte ça aide, si c'était un gros maigrichon je donnerais pas cher de sa peau
    Mais j'avoue j'aime pas faire ce genre de truc, cette face de dé m'a un peu pourri le truc, je me sens comme une cheateuse de 12 ans avec un super perso qui nique la gueule de tout le monde mais j'avais pas envie que des zombies viennent pourrir ce RP que j'attends depuis des années u_u
    On a réduit les faces zombies ici à une seule pour que ça déséquilibre pas tout maintenant ! ]


    A sa surprise, Alice se hâta de le rejoindre lorsqu'il lui fit signe de venir, ce qui réduisit drastiquement les quatre voire cinq secondes qu'il avait estimées nécessaires à ce qu'elle rallie la distance qui les séparait à un peu plus d'une.
    Il perdit donc trois à quatre secondes de reprise de souffle, parce que c'était bien beau de décimer du zombie comme un beau gosse mais il n'était pas Rambo et sa constitution d'apparence solide lui permettait certes de jouer du muscle dans des situations comme celle-ci, mais la contrepartie que personne ne voyait, c'était que son corps était légèrement bousillé et assez faiblard de l'intérieur et que du coup, il s'épuisait rapidement, se niquait l'épaule au passage comme il l'avait fait plutôt et maintenant il douillait en louant malgré tout le Destin de ne pas l'avoir fait asthmatique en plus de tout le reste.
    Sinon il serait très certainement en train de crever par terre en cet instant précis.

    L'infime pression de la main — dont il devinait qu'elle était froide au travers de son tshirt – le fit frissonner. C'était quoi, le premier contact physique depuis la bise qu'ils s'étaient tapés il y a un peu plus de sept mois, lorsqu'ils avaient tous faits une réunion de groupe avant qu'il ne prenne l'avion pour venir à San Diego ? Ce constat lui permit de son côté de réaliser à quelle point la situation était étrange, pour ne pas dire totalement à chier.
    Il se demanda s'il lui arriverait un jour de faire quelque chose de la bonne façon, et c'est cette question tournant en boucle dans sa tête qu'il se redressa finalement, alors qu'elle s'excusait.

    ─ Désolée d'être un tel poids mort... tu n'as rien de cassé ?

    Oh, bien sûr que non, elle n'était pas un poids mort. Si leurs relations s'étaient certes grandement dégradées, jamais il n'aurait pu se permettre de penser ça d'elle. Alice restait à ses yeux Alice, silhouette d'apparence fragile sur son piédestal de lumière, et en l'état actuel des choses, il ne voyait absolument pas une seule situation possible dans laquelle il aurait pu lui faire le moindre reproche. Loin d'être con, il se savait totalement subjectif, mais c'était ainsi : tout sentiment négatif qu'il ait pu éprouver en vers elle se faisait rembarrer avant même d'avoir pu être concrètement ressenti et à défaut de disparaître purement et simplement — il aurait parfois aimé être sociopathe, pour ne rien ressentir ou presque – se retournait systématiquement contre la cible préférée de Jacob : lui-même.
    Il était le poids mort, d'une manière ou d'une autre. La trente-sixième roue du carrosse que son groupe d'ami se coltinait, sans qu'il comprenne pourquoi.
    Il foirait systématiquement tout.
    C'était de sa faute.
    Tout au plus était-il capable de la protéger de quelques goules. Comment aurait-il pu lui en vouloir ? Elle avait eu la chance de passer au travers de tout ça, à l'abri derrière les plaques d'acier du Zombus.
    Mais il pourrait arranger ça. Il pourrait peut-être bien réussir un truc, pour une fois.
    S'il avait une forte tendance à l'auto-flagellation, il n'en était pas pour autant totalement résigné pour autant.

    — C'est bon, souffla-t-il d'une voix rauque, tentant de calmer sa respiration.

    Un rapide coup d'oeil sur sa gauche lui indiqua qu'Ersatz allait également bien. Le chien restait attentif et observait la seule goule restante, oreilles dressées et visiblement aux aguets.

    — Tu n'en as jamais tué ? demanda-t-il à Alice en désignant le zombie d'un signe de tête.

    Il se redressa définitivement et en baissa les yeux vers elle, les joues rosies par l'effort.
    Il savait certes qu'ils avaient eu affaire à des humains tout ce qu'il y avait de plus vivants particulièrement vicieux au cours de leur voyage, et c'était le point central du grand récit fait par Luka lors de leur arrivée, mais n'avait au final pas d'idée très précise de ce qui avait pu se passer le reste du temps, hormis une escale dans une supérette et un éclatage de zombie à coup de caddie par leur ami. En fait il ne savait même pas comment le petit groupe avait fait pour se retrouver lorsque l'Apocalypse avait éclaté.
    Il ne savait vraiment rien, réalisa-t-il tristement. Un mois qu'ils étaient là et il ne savait rien.

_________________
black#eebfa3#513C52
CasierRP


Merciiiiiiii Faso !!!
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hax-makina.deviantart.com/
Mythri
Maître de la machette


Messages : 816
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 21

Feuille de personnage
P.U.F.: Faso'
Relationship:
Cash: 175 + 25

MessageSujet: Re: Fugue † PV. Alice   Jeu 29 Oct - 14:09


    [Je vais quand même m'abstenir de dés pour un moment dans ce topic, j'ai tellement la poisse que la face piégée serait pour moi à coup sûr :v]

    Malgré ce qu'il affirmait, il semblait quand même bien amoché. Rien de très grave à première vue -il arrivait encore à réfléchir, et mieux, à parler, victoire. Elle se promit quand même de lui redemander d'ici quelques jours, après tout, c'était un peu à cause d'elle qu'il s'était pris tous ces coups. Elle était déjà reconnaissante qu'il ne se soit pas fait mordre à cause d'elle -ou tué de façon plus immédiate. Cette pensée lui fila des idées noires, et elle se concentra à nouveau sur le présent, où il ne s'était rien passé de catastrophique, du moins pas pour eux -pas cette fois-ci.

    Il se redressa tant bien que mal, sans gémissement ni grimace -bien.

    ─Tu n'en as jamais tué ?

    Ce fut elle qui grimaça légèrement. Non, jamais, bien sûr. On avait fait le boulot pour elle, et elle avait eu la chance singulière de tomber sur Lise et Luka avant même d'avoir pu apercevoir convenablement la réalité. Et encore plus de chance de tomber sur George et son bus, très peu de temps après. En fait, elle n'avait jamais été dehors seule -elle serait probablement morte sinon. Pas beau à dire, mais c'était vrai.

    ─ Non.

    Réponse elliptique, mais quoi de plus à dire ? Tuer était contre tous ses principes, mais elle comprenait que celui-ci était parti en fumée en même temps que la race humaine. Il en restait bien une petite part, agrippée quelque part, essayant de survivre, mais le reste ne tenait plus. Elle décida de développer un peu. De toute façon, il devait bien connaître la réponse avant même d'avoir posé la question.

    ─ De toute manière, je n'ai pas d'arme, et même si j'en avais une, je ne saurais pas m'en servir...

    Comme à peu près 75% de la population avant le virus, en fait. Le pourcentage se serait selon elle élevé à 90% dans un autre pays, mais ils étaient tout de même aux Etats-Unis, pays où chacun avait la possibilité de posséder une arme -ce qui encourageait donc à apprendre à s'en servir, pour le meilleur et surtout pour le pire.

    Elle hésita un instant, se demandant s'il fallait lui parler de Barry. Ce n'était pas elle qui l'avait tué -elle avait l'intime conviction qu'elle en aurait été incapable, moins décidée que Lise, mais n'en aurais pas mis sa main à couper- mais c'était le premier être humain sur lequel elle s'était servie d'une arme -un taser, en l’occurrence. À cette pensée, ses mains devinrent moites. Elle n'aimait pas s'en souvenir. Elle se dit tout de même que ça ne coûtait rien de lui dire, en passant sur les détails des circonstances de l'action.

    ─ J'ai tasé un vivant, pendant le voyage. Lise l'a tué. C'était la première -et jusqu'à maintenant, la dernière fois- que j'ai pointé une arme sur quelqu'un dans l'intention de lui nuire.

    Elle savait bien sûr que nuire aux morts n'était pas vraiment possible; puisqu'ils étaient, justement, morts. Mais le sang qui gicle sous l'arme que sa main abat, c'était un contexte étranger et assez répugnant. C'était cependant ce qu'il fallait, pour survivre... Et abattre ces créatures n'était-il pas un acte de pitié, en un sens ? Sauver sa vie et leur offrir le repos -elle refusait d'y penser pour le moment, pas à côté des cadavres qui remuaient encore, pour certains, à quelques dizaines de centimètres de ses pieds.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob
Never grow up.


Messages : 1326
Date d'inscription : 25/08/2011
Age : 23

Feuille de personnage
P.U.F.: Hax-Makina
Relationship:
Cash: 20 + 15

MessageSujet: Re: Fugue † PV. Alice   Jeu 29 Oct - 15:02

    [ Vazy moi je tente
    Olééé je sais pas comment un bijou pour pénis peut-être sensuel mais soit ]


    La légère grimace qu'Alice fit suite à sa question ne lui échappa pas, et quand bien même il se doutait de ce qu'elle allait lui dire, il attendit sa réponse en silence.
    Comme il pouvait s'en douter, elle n'avait jamais " tué " de goule. Il pinça légèrement les lèvres, visiblement soucieux, jusqu'à ce qu'elle argumente :

    ─ De toute manière, je n'ai pas d'arme, et même si j'en avais une, je ne saurais pas m'en servir...

    Acquiesçant en silence, il baissa les yeux vers la tête qui continuait de claquer des dents à leurs pieds, puis regarda de nouveau Alice. Il comprenait, certes, même s'il n'avait pas vraiment eu la possibilité de contourner ça dans la mesure où dans son cas, l'Apocalypse avait débuté par lui, assassinant son père adoptif à coups de lampe, alors que ce dernier n'était en fait même pas un zombie. Chose qui faisait de lui, théoriquement, un meurtrier, une variante adoptive du parricide et dont il s'était depuis lors totalement abstenu de parler à qui que ce soit. Même Luka. De manière générale, il évitait tout simplement d'y penser.
    Mais dans tous les cas, en ce qui concerne le fait de ne pas utiliser d'arme sur un humanoïde, il s'était grillé dès la première minute. Ayant embouti le crâne de celui qui l'avait élevé avec le pied d'une lampe de chevet, il n'avait donc pas pu ressentir la même réticence qu'Alice face au meurtre de mort-vivant par la suite.
    Le problème était qu'il — ou n'importe qui d'autre et de bien intentionné – ne pourrait pas être éternellement avec elle pour s'occuper des zombies à sa place. Au vu de l'état actuel de leur relation, en ce qui le concernait, c'était totalement mort, et il ne se leurrait pas non plus sur ses chances de mourir vieux et plein d'arthrose : la conjoncture actuelle ne le permettrait certainement pas. Il n'était donc pas improbable à ses yeux qu'il crève brutalement et à partir de ce moment-là Alice ne pourrait vraiment plus compter sur lui pour qu'il l'aide. Il resterait certes des gens, et il n'avait finalement pas du tout envie de mourir maintenant que ses amis étaient avec lui, mais il restait lucide. Et de ce qu'il voyait, pour le moment, ni Luka ni Lise n'étaient rodés comme lui pour abattre des zombies. Tout ça pour dire qu'il se serait senti plus tranquille si la blonde était elle-même apte à se défendre au besoin. Il s'inquiétait certainement trop pour les autres. Mais malgré lui, il se sentait responsable.

    — J'ai tasé un vivant, pendant le voyage. La déclaration prit littéralement Jacob de court, et il réprima à grand peine un sourire amusé lorsque son cerveau assimila totalement le concept de Alice lui racontant comme ça de but en blanc sans prévenir qu'elle avait tasé un mec. L'envie de rire disparut néanmoins rapidement lorsqu'il vit dans quel état cela semblait mettre son amie. Lise l'a tué. C'était la première -et jusqu'à maintenant, la dernière fois- que j'ai pointé une arme sur quelqu'un dans l'intention de lui nuire.

    Encore quelque chose qu'il ne savait pas.
    Et le fait que Lise ait tué l'homme le désarmait encore plus que tout le reste, pour être honnête.
    Il chassa néanmoins l'idée de son esprit — se promettant d'y revenir plus tard – et préféra se concentrer sur Alice. Et sur la goule qui continuait d'exister malgré tout à leurs pieds.
    Il pouvait au moins se vanter de bien connaître la jeune femme et cernait bien le problème. Malgré tout, il faudrait y remédier.
    Il hocha lentement la tête et regarda autour de lui. Tout ce qu'il parvint à voir fut une rangée de bijoux intimes — objet assez étrange de son point de vue, mais soit –, chose qui n'aiderait absolument pas dans le cas précis.
    D'une manière qui se voulait aussi calme et rassurante que possible — sa respiration s'était enfin calmée et il pouvait enfin parler sans avoir l'air d'être en stade 4 d'un terrible cancer du poumon –, il prit la parole, regardant cette fois-ci Alice dans les yeux et choisissant ses mots avec précaution :

    — Je sais que c'est pas réjouissant... Mais c'est une étape à franchir.

    Et miss défilé de lingerie à leurs pieds était bien heureusement là pour les aider.
    La désignant, il continua :

    — Il faut endommager le cerveau. C'est le seul moyen. Hormis les morsures, ce dont il faut se méfier le plus c'est les projections. Y en a pas vraiment de salive mais les projections de sang sont dangereuses : on suppose que si tu en reçois dans les yeux, la bouche ou sur une plaie ouverte, ça te contamine... et c'est fini. Il marqua une très courte pause avant de reprendre : Le mieux c'est de te trouver de quoi te protéger le visage. Si tu as des lunettes de soleil assez larges et un foulard c'est parfait. Toujours veiller à bien soigner et protéger les blessures pour limiter les risques. Il faudrait aussi que tu te trouves une arme avec laquelle tu te sentes à l'aise. Je sais pas trop ce qu'un taser peut faire à un Zombie mais le mieux reste l'arme blanche. Quelque chose de discret et d'efficace au cas où tu te retrouves encerclée. On devrait pouvoir te trouver quelque chose qui te convienne dans les boutiques du mall.

    Le on n'était bien évidemment pas innocent.
    Après un nouveau regard à Alice, il désigna de nouveau la goule à leurs pieds :

    — Essaye. A moins que tu ne lui mettes directement la main dans la bouche elle ne pourra pas te mordre. Il chercha rapidement autour de lui, mais ne trouva décidément rien qui soit susceptible de servir d'arme. Désignant la boîte de vaseline trouvée précédemment, il termina : Au pire frappe-la sur la tête avec ça. A cause de la pourriture ils ont souvent les os beaucoup moins solide que les gens normaux. Du coup ne sois pas surprise si ça cède facilement... mais attention aux projections.

    C'était peut-être un peu brutal mais c'était bien tout ce qui lui venait à l'esprit.
    Il ne put s'empêcher de penser à Luka, qui se serait certainement fait une joie d'emboutir le crâne de cette femme avec un gode en chantant I'm singing in the rain, puisque l'individu était un fan acharné d'Orange Mécanique, et que ce passage lui plaisait particulièrement.
    Il aurait très certainement beaucoup ri, s'il les avait vus en cet instant-même.

_________________
black#eebfa3#513C52
CasierRP


Merciiiiiiii Faso !!!
Spoiler:
 


Dernière édition par Jacob le Jeu 29 Oct - 15:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hax-makina.deviantart.com/
Le Narrateur.
La Sainte Trinité.


Messages : 1031
Date d'inscription : 25/07/2011

Feuille de personnage
P.U.F.:
Relationship:
Cash: 0

MessageSujet: Re: Fugue † PV. Alice   Jeu 29 Oct - 15:02

Le membre 'Jacob' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Oh my Gode !' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sun-city.forumactif.fr
Mythri
Maître de la machette


Messages : 816
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 21

Feuille de personnage
P.U.F.: Faso'
Relationship:
Cash: 175 + 25

MessageSujet: Re: Fugue † PV. Alice   Jeu 29 Oct - 18:36


    [Aucune idée... ça doit sûrement chatouiller, je sais pas XD]

    Alice, elle ne riait pas.
    Elle ne riait pas du tout.

    Son estomac protestait à grand cri, chose qui lui arrivait un peu trop souvent depuis le début de cette aventure -mais heureusement, pour le moment, ces menaces ne s'étaient jamais concrétisées.
    Le regard vide, elle fixa la goule, après s'être accroupie aux côtés de Jacob. Puis ses grands yeux, qui semblaient presque délavés en ces circonstances, le regardèrent fixement. Est-ce que tu me demandes vraiment de faire ça...?
    Elle prit d'une main tremblante le pot. Un bon demi-litre de produit là dedans, soit environ cinq cent grammes. Plus la force qu'elle pourrait y donner. Ce calcul la répugnait presque autant que les yeux morts de la femme. Le pot qui avait été source d'amusement quelques minutes plus tôt avait totalement changé de signification, et l'atmosphère de l'endroit changea aussi. Le rose se fit plus étouffant, plus agressif, comme un gigantesque organe malade. L'odeur la prit à la gorge. Elle s'y était habituée depuis qu'elle était sortie, et c'était seulement maintenant qu'elle en prenait conscience. Perception sélective. Elle s'imagina, lunettes et foulard sur le visage, smith et wesson à la main, version moderne du cow-boy américain, en train d'abattre des goules, comme Jacob, Morgan, Nathan et Sergen l'avaient fait pour les tirer du pétrin lors de leur arrivée. L'idée la dérangeait, mais... Sans eux, ils seraient morts. C'aurait aussi bien pu être elle qui aurait attaqué Jacob et Ersatz dans ce magasin... Non. Les morts n'auraient pas laissé assez de son corps pour qu'elle puisse se relever après le festin.

    Sans se laisser le temps de prendre pleinement conscience de ce qu'elle faisait, elle frappa. Elle avait passé plusieurs minutes à fixer la goule, sans les sentir s'écouler, bataillant contre elle-même. Le craquement fut pire que ce qu'elle avait imaginé : il ne vint pas. La femme remua la tête furieusement, claquant des mâchoires avec frénésie, comme si elle comprenait que la fin était proche, ou comme si l'odeur de la peur de la jeune femme l'excitait encore plus. Alice sera les dents, et recommença. Elle essayait de se dire qu'il s'agissait d'un acte de pitié, que d'achever cette chose. Mais elle n'y arrivait pas vraiment. Le craquement survint enfin, humide et dégoûtant. La goule ne bougeait plus.

    Quand ce fut fini, elle voulu prier pour l'âme de celle qui fut jadis une femme vivante, peut-être une mère -peut-être pas, et désormais plus rien, de toute façon. Les mots ne lui revinrent pas, son esprit resta vide, et elle se contenta de se relever, les yeux secs, la bouche pâteuse. Du sang maculait le bas de son pantalon. Sans trop réfléchir, elle laissa tomber le pot par terre.

    ─ Est-ce que c'est toujours pareil ?

    Ressens-t-on toujours la même chose, après une cinquantaine de victimes, ou s'y habitue-t-on ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob
Never grow up.


Messages : 1326
Date d'inscription : 25/08/2011
Age : 23

Feuille de personnage
P.U.F.: Hax-Makina
Relationship:
Cash: 20 + 15

MessageSujet: Re: Fugue † PV. Alice   Jeu 29 Oct - 19:31

    [ Sais pas. XD
    En fait le ridicule de la situation vient finalement de me frapper d'un coup, cet aspect " passage symbolique du premier fracassage de crâne de zombie (musique d'ambiance) avec l'assistance de Jacob dans un sex shop avec un putain de pot de vaseline ". XD
    ... avec ma mère qui broie les légumes pour faire de la soupe en fond ]


    A chaque minute supplémentaire qui s'achevait depuis qu'il avait fini sa longue tirade, Jacob sentait le noeud dans sa gorge qui se resserrait un peu plus.

    Et si elle refusait ?

    Il se sentirait bien con. Il n'avait pas envisagé cette éventualité tandis qu'il lui exposait les faits de la manière qui lui semblait la moins horrible possible mais à mesure que le temps passait et qu'elle n'agissait pas, il en venait à douter.
    Si elle ne le faisait pas, eh bien tant pis, il le ferait lui-même. Certes, fracasser la gueule de cette ex-femme en petite tenue avec un pot de vaseline au beau milieu d'un sex shop n'était pas forcément l'expérience la plus épanouissante qui soit, peut-être même l'était-elle encore moins dans la mesure où c'était avec lui que ça se passait, mais il espérait qu'elle soit à-même de franchir le pas. Le plus tôt serait le mieux. Il lui aurait bien conseillé de l'abattre d'un coup de pied dans le visage, ce qui était tout aussi efficace voire plus, mais dans la mesure où Alice n'avait sur elle qu'une fine paire de sandales...
    Et finalement, elle se décida à agir.
    L'expérience ne fut certes pas aussi difficile pour lui qu'elle l'était très certainement pour Alice, jeune fille de bonne famille dont la foi lui avait paru fut un temps inébranlable, mais ce serait mentir que de dire qu'il la vécut bien. Ou même dans l'indifférence.
    Il n'appréciait pas vraiment de la voir ainsi s'y reprendre à plusieurs fois avant de réussir à entamer le front de sa cible, tout comme il n'appréciait l'expression qu'il voyait s'affirmer un peu plus sur le visage d'Alice à chaque coup qu'elle donnait. Il retint son souffle tout du long, et se permit enfin d'expirer longuement lorsque la goule fut enfin abattue.

    Ce fut à son tour de poser doucement sa main sur l'épaule de la jeune femme, sans trop réfléchir, sans même savoir si ce geste serait à-même de la réconforter. Ne serait-ce qu'un peu.

    — Est-ce que c'est toujours pareil ? finit-elle par articuler.

    Il parut dubitatif. Difficile de répondre : il avait toujours vu cela comme une nécessité, l'empathie lui faisant clairement défaut lorsqu'il s'agissait des goules, et lorsqu'il avait abattu ses premiers zombies, pour lui, le malaise venait clairement plus de l'aspect peu ragoutant de la chose et de l'odeur que d'un quelconque dilemme humain — j'aurais bien voulu qu'il en soit autrement mais cette empathie me faisant totalement défaut j'arrive pas à me mettre dans la peau de quelqu'un qui en aurait, hrm. Ces zombies n'avaient à ses yeux plus rien d'humain, et il n'y avait donc aucune pitié à avoir.
    Mais c'était peut-être juste parce que depuis l'instant-même de sa naissance, Jacob avait baigné dans le sang.
    La mort était comme une deuxième ombre qui le suivait à la trace. Ce n'était là qu'un fait inévitable.
    Il ne pouvait donc savoir ce que ressentait vraiment Alice : il pouvait l'imaginer, le rationaliser comme une simple idée, mais l'émotion était absente, et c'était là quelque chose de totalement abstrait pour lui, dont il peinait même à justifier le sens. Il le devinait, il ne connaissait son amie que trop bien : cependant, impossible de se mettre à sa place.
    Chose qu'il souhaitait dissimuler, n'ayant pas envie d'apparaître comme un monstre, mais qui le mettait dans une position très difficile lorsqu'il s'agissait de fournir une réponse cohérente.

    — Avec le temps, l'esprit finit par s'habituer à l'idée que c'est nécessaire. Et puis, ça va vite, le plus souvent. Pour peu que tu aies une bonne arme. Mais je suppose que ça dépend des gens, termina-t-il, n'ayant pas envie de lui promettre qu'au bout d'un temps ça la laisserait totalement indifférente alors qu'il ne savait pas si cela arriverait jamais.

    Ersatz, qui devinait bien qu'il y avait quelque chose qui clochait, s'approcha d'Alice et posa sa tête sur ses genoux.

_________________
black#eebfa3#513C52
CasierRP


Merciiiiiiii Faso !!!
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hax-makina.deviantart.com/
Mythri
Maître de la machette


Messages : 816
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 21

Feuille de personnage
P.U.F.: Faso'
Relationship:
Cash: 175 + 25

MessageSujet: Re: Fugue † PV. Alice   Jeu 29 Oct - 21:31


    [Ca m'a frappé aussi en relisant, mais bon qu'est-ce que tu veux on fait avec les moyens du bord xD et PAS MERCI pour la musique je vais l'avoir dans la tête toute la soirée maintenant roh u_u]

    Elle effleura la main de Jacob du bout des doigts, puis se releva avec autant de dignité qu'elle le pouvait. Elle avait très envie de sortir d'ici, mais ils ne le pouvaient toujours pas -elle n'avait pas envie qu'ils se retrouvent à nouveau encerclés.

    Elle vit Jacob batailler un instant, mais elle ne fit pas de commentaire, pas même pour elle-même; elle n'avait pas à le juger, ils ne fonctionnaient pas de la même façon, et n'avaient pas vécu les mêmes choses. Elle avait été choyée et aimée toute sa vie; pas lui. Ce seul fait ne lui donnait pas vraiment d'autre droit que celui de tenter de recoller un peu les morceaux, comme elle l'avait fait pendant plus de deux ans -avant d'en casser de nouveaux, sans doute.
    Selon elle, cette différence n'était pas un problème : sans cela, ils seraient tous les deux morts. Ou morts en sursis. En s'endurcissant, elle s'offrirait une chance de survivre -pour un temps indéterminé, et non plus imparti. Et elle avait envie de vivre. C'était assez difficile à concevoir, mais pourtant vrai. Trop de gens étaient morts pour pour qu'elle se laisse tuer. Elle leur devait au moins ça, vivre alors qu'eux ne l'avaient pas pu. Elle ne les connaissait pas, mais se disait que si elle en venait tout de même à mourir, elle serait heureuse de savoir que d'autres lui survivaient. Ce raisonnement lui était sans doute propre, mais il était, chez elle, inébranlable. Il était en quelque sorte le pilier central de tout son être. Si les autres allaient bien, elle aussi. Elle avait l'extraordinaire -c'était le mot- chance d'avoir à ses côtés ses quatre meilleurs amis, et ce seul fait l'encourageait à se battre. Même si elle détestait ça.

    Elle l'écouta parler en silence, tentant de graver ses paroles dans un coin de son cerveau, se disant qu'elle aurait peut-être besoin de s'en rappeler plus tard. Elle effaça la seconde partie de la déclaration, "ça dépend des gens". Elle voulait juste se souvenir que c'était nécessaire, que ça allait vite, que c'était mieux, que ça ne serait jamais propre, mais que ça pouvait être moins sale que ça. Un vieux problème qu'elle avait trouvé plusieurs fois dans ses lectures et une fois dans un cas qu'elle avait eu à défendre : peut-on tuer avec respect ? Par empathie ? Elle n'avait pas trouvé la réponse, même après avoir plaidé pour -après tout, elle était payée pour cela, et il fallait bien quelqu'un pour défendre l'accusé -étant jeune, elle n'avait pas forcément toujours le choix.

    Elle tressaillit en sentant le berger allemand poser sa tête contre ses jambes, au niveau de ses genoux. Ce contact la fit sourire, chose qu'elle pensait impossible compte tenu des circonstances. Elle posa sa main sur la tête de Ersatz, le caressant, comme pour lui dire merci. Il était un peu ironique qu'il soit plus réconfortant que son maître, puis elle se souvint que Jacob aussi, à sa manière -sa main sur l'épaule- lui avait manifesté sa présence et son soutien -terme inapproprié compte tenu des circonstances, mais le seul à disposition pour le moment.

    Alice hocha la tête, puis formula du bout des lèvres la requête naïve mais pourtant nécessaire qui lui avait traversé l'esprit quand Jacob l'avait débarrassée de la première goule, un siècle auparavant -moins, d'après ses poignets encore endoloris.

    ─ Tu m'aideras ?

    Au moins, elle le connaissait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob
Never grow up.


Messages : 1326
Date d'inscription : 25/08/2011
Age : 23

Feuille de personnage
P.U.F.: Hax-Makina
Relationship:
Cash: 20 + 15

MessageSujet: Re: Fugue † PV. Alice   Ven 30 Oct - 20:01

    [ Berger blanc suisse !!! tssssss
    De rieeeeeen moi j'ai eu En rouge et noir du coup vu que les chansons s'enchainaient sur Youtube pendant que je rédigeais mon RP
    Sorry pour ce RP, c'était un peu le bordel aujourd'hui et là j'ai bien mal au crâne et pas bcp de temps, ça ira mieux au prochain ^^ ]



    — Tu m'aideras ?

    Il hocha la tête, ne montrant rien du soulagement que lui procurait cette requête. Bien sûr, quelle idée.
    Jacob était un paradoxe à lui tout seul : s'il tendait à ne pas éprouver la moindre once d'amour propre la plupart du temps, c'est à dire tout le temps, il ne pouvait s'empêcher de penser qu'il serait bien plus sûr qu'il soit celui qui l'aidait dans cette épreuve, et non qu'elle revienne à un autre, ami ou non. Il se savait au moins apte à faire face à des zombies — même si parfois, ça passait tout juste. Il préféra ne pas envisager l'hypothèse que ce soit là une forme de possessivité malsaine du mâle alpha de base — alpha pas forcément, mais mâle, il n'y coupait pas –, celle-là même qu'en sa qualité de loque misérable indigne d'intérêt autoproclamée, il ne parvenait à comprendre chez les autres.

    — Bien sûr.

    Prenant appui d'une main — du côté de l'épaule qui ne faisait pas mal – sur une portion d'étagère qui lu semblait globalement clean, il se remit debout, réfrénant une petite grimace lorsqu'une nouvelle vague de douleur lui traversa le torse. Au moins le mal semblait s'atténuer : un peu de glace et ça finirait bien par s'en aller.

    — Je suis pas forcément un expert, mais je serai plus tranquille si c'était moi qui t'accompagnais plutôt que Luka, ajouta-t-il. Même s'il est enthousiaste, j'ai l'impression qu'il manque un peu de pratique.

    Luka avait certes atomisé beaucoup plus de zombies que lui dans sa longue carrière de gamer averti, mais en ce qui concernait la vie réelle, il semblait bien moins à l'aise qu'une manette à la main. Cette expérience un peu particulière lui permettait au moins d'avoir toutes les connaissances théoriques sur le sujet et les réflexes à avoir. Néanmoins, entre décider de faire une chose et s'y atteler... lui-même avait eu besoin de temps pour se faire la main. Surtout dans la mesure où au même titre qu'Alice — à un taser près –, il était arrivé totalement désarmé au mall, et avait attendu un peu avant de trouver sa première pelle.
    Baissant les yeux vers elle, il continua :

    — Il te faudrait des vêtements plus adaptés, déjà. Et surtout de meilleures chaussures.

    Elles étaient certes très jolies, mais se trimballer en sandalettes en pleine Apo zombie n'était pas forcément la chose la plus avisée qui soit.
    L'arme viendrait après. La cerise sur le gâteau, en quelque sorte.

_________________
black#eebfa3#513C52
CasierRP


Merciiiiiiii Faso !!!
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hax-makina.deviantart.com/
Mythri
Maître de la machette


Messages : 816
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 21

Feuille de personnage
P.U.F.: Faso'
Relationship:
Cash: 175 + 25

MessageSujet: Re: Fugue † PV. Alice   Ven 30 Oct - 21:44


    [Oups, j'ai cédé au cliché de base comme quoi il aurait forcément un berger allemand, pardon ]

    C'était beaucoup de choses d'un coup, mais globalement, elle ne pouvait qu'approuver. Bien sûr, qu'elle avait besoin de fringues, ne serait-ce que du point de vue de l'hygiène -surtout que maintenant, son pantalon était tâché. Le sang avait aussi touché ses pieds, et ça n'était pas très ragoutant. Il suffisait qu'un zombie enfonce ses griffes dans la chair osseuse que laissaient apercevoir les sandales -non, Alice n'avait pas vraiment de jolis pieds...- et c'était la porte ouverte à toutes les contaminations, si elle en croyait Jacob. Et bien sûr, elle le croyait. Pourquoi ne l'aurait-elle pas fait..? S'il y avait bien une personne dont elle était à peu près sûre qu'il ne lui ferait jamais de mal volontairement, c'était lui -même après les mauvaises périodes, désormais révolues, qu'ils avaient traversées passé un temps.

    Le vague souvenir d'un Luka s'excitant devant un épisode de The Walking Dead lui revint, et elle sourit très vaguement -pas tout à fait remise non plus. Oui, forcément, il devait aborder les choses d'un autre angle. Peut-être un peu trop sanglant et enthousiaste à son goût, d'ailleurs.

    ─ Honnêtement, je pense que je me sentirais plus en sécurité avec toi. Il a parfois une notion du danger un peu particulière et légère. Mais je ne me fais pas de soucis pour lui... pas trop, du moins, marmonna-t-elle.

    Depuis le début, elle n'avait pas réussi à savoir si c'était une façade -sans doute un peu, puisque Luka flippait comme eux tous face à des morts, même si, comme Jacob, il les considérait plus comme des choses à achever que comme d'anciens êtres humains- mais certains incidents lui mettaient la puce à l'oreille. Le souvenir de Luka sortant le bras du bus au dessus d'une marée de mains tendues et avides, pour faire coucou à Jacob. Elle était à peu près sûre que Jacob avait plus de plomb dans la cervelle, et surtout, il était là depuis plus longtemps.

    ─ À la base, je pensais être entrée dans un magasin de vêtements et chaussures... mais ça n'est pas ici que je trouverais ça, c'est clair.

    Elle parcourut du regard les rayons. Son coeur battait à nouveau normalement, et elle commençait à émerger. La perspective de monter des projets l'apaisait un peu -surtout quand ceux-ci consistaient à la rendre moins vulnérable, surtout si c'était Jacob qui lui apprenait.
    J'ai lancé le dé et pour une fois victooooire; le regard de Alice se posa sur un objet qui, malgré ses allures de sex-toys, lui était familier, pour l'avoir vu en pharmacie plusieurs fois, sans vraiment s'y intéresser de près : une coupe menstruelle. Ce qui serait diablement utile. Depuis qu'elle était au refuge, elle n'avait eu ses règles qu'une fois -vous saurez tout- et avait du emprunter des tampons et serviettes à droite à gauche, et finir sans, ce qui n'était pas du tout commode. La grande question maintenant était de savoir comment elle pouvait se saisir de l'objet sans attirer l'attention de Jacob. Qui n'avait vraiment pas besoin d'être au courant de ces choses-là -même quand ils étaient ensemble, ils n'avaient jamais vraiment passé le cap du tabou menstruel, et elle n'avait pas vraiment envie de commencer aujourd'hui. Elle s'étonna de la vitesse à laquelle son esprit avait tourné la page une fois qu'il avait trouvé un autre objet sur lequel porter son attention. C'était soit encourageant, soit effrayant. Elle ne savait pas. Elle décida que quand ils s'en iraient, elle saisirait la petite boîte au passage sans trop se faire remarquer. Puis se dit que les zombies risquaient de rappliquer. Merde.


Dernière édition par Mythri le Ven 30 Oct - 21:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Narrateur.
La Sainte Trinité.


Messages : 1031
Date d'inscription : 25/07/2011

Feuille de personnage
P.U.F.:
Relationship:
Cash: 0

MessageSujet: Re: Fugue † PV. Alice   Ven 30 Oct - 21:44

Le membre 'Mythri' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Oh my Gode !' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sun-city.forumactif.fr
Jacob
Never grow up.


Messages : 1326
Date d'inscription : 25/08/2011
Age : 23

Feuille de personnage
P.U.F.: Hax-Makina
Relationship:
Cash: 20 + 15

MessageSujet: Re: Fugue † PV. Alice   Sam 31 Oct - 16:32

    [ Ca sera plus easy à garder en tête le jour où je ferai un dessin d'eux deux ^^ ]

    Décrire la notion que Luka paraissait avoir du danger comme étant " particulière et légère " pouvait justement s'avérer un peu léger.
    Jacob lui-même n'aurait su dire, encore moins qu'elle sans doute car même s'il était plus proche de Luka que d'Alice, il n'avait eu l'occasion de le côtoyer en période d'invasion Zombie que durant un petit mois. Sans oublier le fait que le comportement humain était pour Jacob quelque chose d'extrêmement nébuleux — s'il avait gagné en naturel et spontanéité au contact de l'énergumène dont ils étaient justement en train de parler, l'allemand restait malgré tout quelqu'un de particulièrement réfléchi dans ses gestes, mais ça c'était sûrement parce qu'il était joué par une fille et qu'en plus cette fille était également particulièrement réfléchie dans ses gestes et au final il ne faisait que retranscrire l'approche très singulière des rapports humains qu'avait sa joueuse, le pauvre, parenthèse rtl –, ce qui lui rendait la tâche d'autant plus difficile.
    Etant par nature quelqu'un de particulièrement résigné, il avait depuis longtemps renoncé à l'idée de comprendre le phénomène Luka — et les gens en général – et se contentait de prendre la vague comme elle venait. Sa vie n'en était que moins pessimiste.

    ─ À la base, je pensais être entrée dans un magasin de vêtements et chaussures... mais ça n'est pas ici que je trouverais ça, c'est clair.

    Un sourire amusé étira ses lèvres, tandis qu'un petit rire étouffé secouait ses épaules.
    S'il s'était senti extrêmement mal à l'aise en découvrant que la boutique dans laquelle il était entré pour échapper aux goules n'était autre que le Sex Shop du mall, il n'osait imaginer la tête qu'avait dû faire Alice en constatant que le magasin de chaussures qu'elle visait ne vendait que des espèces de sandales à talons aiguilles au design extravagant et à l'allure extrêmement peu confortable.

    — Tu t'es doutée de rien en voyant le rideau dans l'entrée ?

    Il ne pouvait pas vraiment parler de l'enseigne : il ne l'avait tout simplement pas vue tant il s'était engouffré ici à la va-vite. Alice ne savait peut-être tout simplement pas qu'il y avait un magasin de ce genre dans le mall : au contraire, lui si, et pour cause il était passé devant avec Ersatz un certain nombre de fois.
    Réalisant qu'il s'était peut-être plus ou moins grillé alors que sa présence ici était également tout à fait innocente, il s'empressa d'ajouter :

    — Je me suis fait acculer par les goules et je suis entré me mettre à l'abri dans la première boutique sans vraiment regarder ce que c'était.

    Il préférait se justifier. Sans tenir à ce que les autres aient une bonne image de lui, il n'avait pas forcément envie qu'il était du genre à filer ici en douce à la moindre occasion venue. Etant par ailleurs d'un naturel plutôt introverti, il ne voulait pas non plus passer pour une espèce de pervers psychopathe attardé socialement et tout juste bon à se masturber dans les cabines d'essayage du magasin.
    Ca ne lui était jamais venu à l'esprit jusqu'à maintenant d'ailleurs, mais c'était en l'état actuel des choses la représentation de lui la plus fausse et dégueulasse qui avait pu venir à l'esprit. Involontairement, il fronça légèrement le nez en y pensant, dans une mimique répugnée.

    Son regard — décidément attiré par ce genre de chose, putains de dés – se posa cette fois-ci sur une boîte de bijoux pour seins qui trônait sur l'étagère à sa droite.
    Bah. En soi ça pouvait presque être vu comme un vêtement. Une variante minimaliste du soutien gorge. Vraiment mini mini.
    Il eut soudainement très envie d'en prendre une boîte pour l'offrir à Luka, absolument persuadé qu'il adorerait ce genre de chose, mais réalisa vite que l'autre serait totalement insupportable après ça, dans la mesure où cela trahirait sa présence ici, chez Oh My Gode !, en cet instant-même.

_________________
black#eebfa3#513C52
CasierRP


Merciiiiiiii Faso !!!
Spoiler:
 


Dernière édition par Jacob le Sam 31 Oct - 16:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hax-makina.deviantart.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fugue † PV. Alice   Aujourd'hui à 17:16

Revenir en haut Aller en bas
 
Fugue † PV. Alice
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» La fugue de Tabatha...
» [C78] Alice's Emotion - RED
» Problème avec Alice !!!
» Alice in Underland
» [MULTI] Alice: Madness Returns

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*SUN CITY :: 2nd Floor. :: Oh my Gode !-
Sauter vers: