Forum RPG post-apocalyptique, rock'n'roll, à prix cassé
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Prise de hauteur [Jacob]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Mythri
Maître de la machette


Messages : 816
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 21

Feuille de personnage
P.U.F.: Faso'
Relationship:
Cash: 175 + 25

MessageSujet: Prise de hauteur [Jacob]   Lun 9 Nov - 10:30





    La nuit avait fini par tomber, engloutissant une journée qui avait été beaucoup trop longue. Alice se remettait doucement de ses émotions du jour. Jacob et elle étaient rentrés au Refuge depuis plusieurs heures déjà, et elle avait eu le temps de soigner sa blessure, de se bander maladroitement le poignet, et même de se changer. Parce qu'avec la magie du roleplay, Mythri lui a trouvé un joli t-shirt bordeaux dans un sujet parallèle, dont je considère donc qu'il s'est passé juste avant.
    Alice était donc toute propre -elle s'était même payé le luxe de se laver, décidément, on ne se refuse rien au refuge- et plutôt calme. Son humeur n'était pas, comme on pouvait s'y attendre, exactement éclatante. Les événements de la journée se bousculaient dans sa tête, notamment l'épisode "allez chérie, fracasse donc ce crâne, tiens, voilà un pot de vaseline pour t'aider" -sans commentaires. Le chemin du retour avait été éprouvant également. Elle était tentée de se dire qu'elle n'était pas prête de remettre les pieds dehors, mais elle savait que c'était faux. Elle ne voulait plus avoir peur de sortir, ou plutôt, elle ne voulait plus que cette peur l'en empêche. Elle resterait quelqu'un de globalement assez casanier, et si quiconque voulait la trouver, il avait toutes les chances de tomber sur elle dans un coin du refuge, occupée à une activité quelconque, mais elle n'avait pas envie de continuer plus longtemps à se cacher. C'était aussi pour ça qu'elle avait demandé à Jacob de l'aider à apprendre à se battre. Cette idée ne la réjouissait guère -en fait, pas du tout- mais elle voyait là une nécessité : elle n'avait pas envie de mourir alors que déjà tant de personnes étaient mortes, et que la vie recommençait à lui sourire -après tout, ils étaient tous réunis ici, et c'était bien plus qu'elle aurait pu se penser en droit d'espérer.

    Toutes ses pensées se bousculaient dans sa tête, et elle sentait bourdonner au fond de son crâne un mal de tête insidieux. Rien de grave; elle n'avait jamais été très sujette aux douleurs, contrairement au pauvre Jacob -elle s'était d'ailleurs toujours sentie horriblement impuissante face à ses crises. C'était juste une façon pour son corps de crier sa fatigue. Elle ne doutait pas qu'un peu d'air frais lui ferait du bien, et s'était donc dirigé sur le Toit. Elle y allait rarement. Le ciel l'effrayait un peu depuis le début de tout ça. Avant, elle aimait s'y perdre, mais pour le moment, elle préférait la sécurité confortable, l'ambiance chaude et rassurante du Refuge, qu'elle avait vite considéré comme un foyer. Les températures baissaient, ce qui n'était pas pour lui donner plus envie de se perdre dans les étoiles, au milieu de la nuit. Et puis, il y avait des chances qu'on ne voit même pas les étoiles.
    Mais ce soir là, elle sentait que l'air frais, -le vrai air- lui ferait du bien pour dégrossir un peu tout ça, et espérer arriver à dormir le soir même.

    Pour une fois, elle s'était trompée. On pouvait bel et bien voir les étoiles depuis le toit. Distantes, faiblardes, bien éloignées des étoiles éclatantes que l'imaginaire collectif aime à se figurer, mais tout de même présentes, brillant doucement au fond de la nuit. Elles étaient trois ou quatre à se détacher des autres, à briller assez pour qu'on puisse réellement les discerner. Mais c'était suffisant. Alice s'assit non loin du potager, des poules et de Grenadine la chèvre. Toute cette vie la rassurait un peu. Finalement, le monde continuait à tourner. Quoi qu'il advienne -plus personne pour le faire sauter, de toute façon.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob
Never grow up.


Messages : 1326
Date d'inscription : 25/08/2011
Age : 23

Feuille de personnage
P.U.F.: Hax-Makina
Relationship:
Cash: 20 + 15

MessageSujet: Re: Prise de hauteur [Jacob]   Lun 9 Nov - 20:06

    [ Iiiiiiih j'adore cette chanson ]

    Le retour au calme n'avait pas que des effets positifs : l'adrénaline retombée et son cerveau n'ayant plus de problème aussi urgent que l'approche d'une marée de zombies à traiter et donc tout à fait disposer à se focaliser sur tout et n'importe quoi, Jacob avait pu constater que son épaule était devenue nettement plus douloureuse qu'au départ. Chose qu'il avait sentie venir, très certainement du fait de son accoutumance à la malchance qui lui seyait si bien, ou sa résignation quant à la faiblesse naturelle de son corps — ou juste parce que la fatalité, ça faisait des années qu'il flirtait avec ; à force, il commençait à bien la connaître. Dans tous les cas, la douleur qui partait à peu près au niveau de sa clavicule — qui n'était pas cassée : en sentant que ça empirait, il s'était empressé de vérifier, et son problème était de toute évidence musculaire voire nerveux – s'était peu à peu étendue pour remonter jusque dans son cou et descendre dans tout son avant-bras. Parce que c'était trop facile sinon, elle était également passée de 2 à 4 sur sa propre échelle de la douleur, ce qui devait correspondre pour une personne normale et relativement épargnée par la souffrance à une transition de 4 à 7. Sans doute.
    Dans tous les cas il avait certes connu pire mais cela restait profondément agaçant, et il espérait juste que ça passe en quelques jours. Faute de quoi il finirait par aller voir Angela, chose qu'il n'avait sincèrement pas envie de faire. Non pas qu'il ait un problème avec la jeune femme, très loin de là. Juste que ce genre de chose faisait peur à Jacob. Solitaire dans l'âme, il préférait très largement, comme on avait pu le deviner, l'auto-médication.
    Il n'aimait juste pas qu'on se soucie de lui.

    Le seul problème était que la douleur était entêtante : s'il s'était au cours de ses interminables années de vie de migraineux accoutumé à sa présence plus ou moins permanente, il n'avait jamais réussi à passer outre. Impossible de l'oublier : elle restait là, et il ne pensait bien qu'à elle.
    Ou plus précisément, il pensait à ce qu'il pouvait faire contre elle.
    Et le véritable problème, en fait, au-delà du fait qu'il avait mal, c'était cette idée qui tournait encore et encore, qui bourdonnait dans son crâne : un anti-douleur et ça passerait. J'ai super faim ça m'aide grave pas à écrire.
    Cela faisait près de sept semaines qu'il n'avait rien pris. Pas un seul cachet, pas même une pastille pour la gorge : cela pouvait paraître totalement futile pour une personne aussi saine d'esprit que de corps, mais pour quelqu'un comme lui, chaque petite seconde qui s'égrenait sans qu'il n'absorbe le moindre produit pharmaceutique était une vraie petite victoire. Et il était tout simplement terrorisé à l'idée d'en reprendre un, même si pour une fois cela n'avait rien à voir avec sa tête. Cela aurait fait retomber le compteur à zéro. Et plus le compteur était bas, plus il était facile de le réinitialiser de nouveau.
    Il avait beau tenter de se rassurer en se disant que beaucoup étaient passés par là et que Johnny Cash lui-même avait un jour connu sa peine, ça n'arrangeait pas grand chose.
    Il avait également beau plaquer une poche de glace sur son épaule douloureuse, passée sous son t-shirt, l'envie était tout aussi forte. Même si la douleur, à côté, était bien moindre.
    Il n'y avait rien de pire qu'une idée, surtout une de ce genre, lorsqu'elle s'était immiscée dans votre crâne.

    Espérant s'aérer littéralement l'esprit, Jacob fit ce qu'il faisait le mieux lorsqu'un problème se présentait, hormis la prise compulsive de médicaments : il alla sur le Toit.

    Où il trouva Alice, perdue sous une mer d'étoiles.
    Pas le temps de faire preuve de discrétion, ni même d'éventuellement faire demi-tour — au vu des évènements de la journée, le tout couplé au fait qu'il s'étaient abstenus de s'adresser la parole en privé depuis un bon moment, il envisageait l'hypothèse qu'elle l'avait peut-être suffisamment vu pour aujourd'hui – : Ersatz, qui était bien évidemment monté avec lui, déboula joyeusement hors de la cage d'escaliers, visiblement ravi de respirer un peu l'air frais de la nuit, et se dirigea après quelques petits cercles d'exploration droit vers la jeune femme, la démarche souple et l'oeil vif.
    Parce qu'effectivement, Ersatz aimait bien Alice.
    Tout comme il aimait bien les deux autres humains qui étaient arrivés avec elle dans le Grand Monstre Jaune. La raison était simple : en plus d'être sympathique, ils semblaient faire que son humain à lui allait mieux.
    Et pour Ersatz, il n'y avait rien de plus important.

_________________
black#eebfa3#513C52
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Merciiiiiiii Faso !!!
Spoiler:
 


Dernière édition par Jacob le Mar 10 Nov - 12:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hax-makina.deviantart.com/
Mythri
Maître de la machette


Messages : 816
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 21

Feuille de personnage
P.U.F.: Faso'
Relationship:
Cash: 175 + 25

MessageSujet: Re: Prise de hauteur [Jacob]   Mar 10 Nov - 11:18



    Alice tourna la tête en entendant le cliquetis des griffes du chien sur le béton du mur. Elle eut à peine le temps de se préparer que Ersatz était déjà sur elle, bondissant joyeusement autour d'elle. Assise à même le sol, elle était presque à sa taille. Elle répondit à la joie du chien aussi bien qu'elle le pouvait de cette position, et évita de peu qu'il ne lui lèche le visage : pas que cela la dégoûtait plus que ça, mais avec toutes les goules qui traînaient dans le centre, on était jamais assez prudent. L'enthousiasme de Ersatz était contagieux : bientôt, Alice ne put se défaire de son sourire. Elle était toujours impressionnée de constater l'effet thérapeutique des chiens, sur elle, du moins. Elle n'en avait pas fréquenté depuis son enfance, et cela lui avait manqué, indéniablement.
    Elle tourna la tête, sachant qu'elle allait sans doute tomber sur Jacob -Ersatz ne serait pas monté seul sur le Toit, après tout. Ça ne rata pas; il était juste derrière, nettement moins joyeux que son chien. Un peu inquiète, mais ne le laissant pas paraître, Alice l'invita à les rejoindre, Ersatz et elle.

    ─ Tu veux t’asseoir ?

    Je te laisse insérer ici sa réponse et réaction, qui de toute façon ne changera pas la prochaine réplique de Alice :

    ─ Ça va, Jacob ?

    Quand Alice posait cette question, ce n'était jamais anodin. Les conventions sociales voulaient que, quand on rencontre quelqu'un, on le lui demande par habitude, sans trop se soucier de la réponse, qui serait de toute manière trop souvent positive, même quand elle n'aurait pas du l'être. Mais quand Alice la posait, c'était souvent différent : déjà, elle se souciait de la réponse de la personne et de son bien-être. Et ensuite, elle la posait vraiment; elle attendait une vraie réponse. Honnête, si possible. Même si elle voyait bien Jacob n'avait pas l'air au top de sa forme... Ce qui arrivait malheureusement plutôt souvent.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob
Never grow up.


Messages : 1326
Date d'inscription : 25/08/2011
Age : 23

Feuille de personnage
P.U.F.: Hax-Makina
Relationship:
Cash: 20 + 15

MessageSujet: Re: Prise de hauteur [Jacob]   Mar 10 Nov - 13:11

    — Tu veux t'asseoir ?

    Au moins elle ne semblait pas totalement réticente à l'idée de se retrouver de nouveau en tête-à-tête + bonus chien avec lui.
    L'Apocalypse avait du bon, il fallait croire.
    Après l'habituel micro-moment d'hésitation qu'on ne lui connaissait que trop bien lorsqu'il s'agissait d'interaction sociale, Jacob hocha la tête, et se dirigea finalement vers elle. Ou plutôt vers la grosse forme blanche d'apparence canine d'où il pouvait vaguement voir dépasser un petit bout d'Alice, en fonction du moment et de l'agitation du chien qui était visiblement très content de la voir. Chose qu'il comprenait sans mal : n'étant naturellement pas très porté sur la démonstration affective — à sa décharge, personne n'avait réellement pris la peine de lui enseigner le B-A-BA du comportement humain dans son enfance, et sa forte tendance à tout analyser ne l'aidait pas vraiment à se montrer spontané dans ses actes –, il n'avait jamais été particulièrement câlin avec son chien. Par conséquent, l'arrivée en fanfare du reste de la Dream Team avait offert à Ersatz ce qui lui avait toujours réellement manqué avec Jacob seul : la démonstration d'affection dans sa forme la plus basique. Ce qui ne pouvait qu'aider l'animal à s'épanouir.

    Après une rapide analyse de la situation, Jacob, pour qui chaque mouvement pouvait s'avérer être une épreuve, jugea que la meilleure chose à faire était de s'assoir dos au mur, à une vingtaine de centimètres d'Alice. Petite zone de non droit qu'il estimait convenable pour offrir un espace vital relativement confortable à chacun.

    — Ca va, Jacob ?

    Il ne tressaillit pas, quand bien même l'envie était grande : en sa qualité d'ex impliqué, il savait pertinemment que la question n'était pas anodine. Et en sa qualité de question pas du tout anodine, elle impliquait un certain nombre de choses, et réveillait en lui un sentiment conflictuel : il ne voulait pas inquiéter Alice mais il ne pouvait guère lui mentir puisqu'elle le saurait certainement — personne ne le connaissait aussi bien qu'elle.
    Alors, allait-il bien ?
    Hormis le fait que son épaule était douloureuse et qu'il luttait de tout son être contre l'envie terrifiante de prendre un cachet, et outre celui qu'ils vivaient en pleine Apocalypse Zombie, il avait quelques raisons de se réjouir : il n'était plus seul, et mieux encore, il estimait que ses relations avec la jeune femme s'étaient considérablement améliorées — maintenant, ils s'adressaient la parole –, donc la vie serait peut-être un peu moins compliquée. Donc, allait-il bien ?

    — Ca va, finit-il par répondre de manière très sobre. J'ai un peu mal à l'épaule mais ça finira par passer.

    Il agrémenta ses paroles d'un très léger mouvement de la main qui continuait de tenir sa poche de glace en place. Poche de glace dont il n'allait pas tarder à devoir se débarrasser puisque mine de rien, l'atmosphère se rafraîchissait, et il aurait été vraiment très stupide d'attraper froid. Sans rien pouvoir prendre comme médicaments ensuite.

    — Et toi ?

    Question également sincère de son côté, au vu des épreuves traversées par Alice au cours de cet après-midi sulfureux passé en grande partie dans un Sex Shop hanté par des goules.

_________________
black#eebfa3#513C52
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Merciiiiiiii Faso !!!
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hax-makina.deviantart.com/
Mythri
Maître de la machette


Messages : 816
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 21

Feuille de personnage
P.U.F.: Faso'
Relationship:
Cash: 175 + 25

MessageSujet: Re: Prise de hauteur [Jacob]   Mer 11 Nov - 17:29



    Ersatz finit par se calmer, et se coucha, apparemment heureux, entre les deux humains. Alice se demanda vaguement s'il comprenait ce qu'ils disaient, et se dit que c'était possible. Après tout, ses croyances rationnelles avaient été un peu mises à mal par une flopée d’événements qu'elle aurait jugé impossibles deux ans plus tôt, avant que le virus Solanum ne se déclare et ne ravage la vie sur terre.

    ─ J'ai un peu mal à l'épaule mais ça finira par passer. Et toi ?

    Un peu... Noble euphémisme, mais elle pensait avec raison qu'ils diminuait l'importance de sa douleur pour ne pas l'inquiéter. Ce qui partait d'un bon sentiment, mais n'était pas très efficace. Il avait la tête des mauvais jours -plus que d'habitude, s'entend. Elle peinait d'ailleurs à se remémorer le Jacob d'avant tout ça. Il avait toujours eu le teint plus ou moins pâle selon les douleurs qui l'assaillaient, des cernes sombres et creusés, mais ça n'était rien par rapport au visage qu'il leur présentait chaque jour depuis un mois. On aurait dit un homme revenant d'une longue maladie, durant laquelle il aurait frôlé la mort... ou failli perdre la raison. Un drogué en manque. Elle avait remarqué cela surtout les premiers jours, et, au fil des semaines, il lui avait semblé que les choses s'étaient améliorées. Elle n'aurait su dire si c'était parce qu'elle le fréquentait désormais tous les jours ou s'il allait réellement mieux. Probablement un peu des deux.

    ─ J'ai connu mieux, honnêtement... Tu devrais aller voir Angela si ça ne passe pas, ou alors on ira chercher Cat' à la Clinique -elles ont sûrement quelque chose qui peut t'aider...

    Ce qui était une façon comme une autre de ne pas lui dire : J'ai envie de me rouler en boule dans un coin, dans le noir, et de disparaître. Et je me sens mal parce que c'est une envie puérile et égoïste, donc je fais diversion en m'intéressant à toi, parce que tu es là. Merci d'être là, d'ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob
Never grow up.


Messages : 1326
Date d'inscription : 25/08/2011
Age : 23

Feuille de personnage
P.U.F.: Hax-Makina
Relationship:
Cash: 20 + 15

MessageSujet: Re: Prise de hauteur [Jacob]   Mer 11 Nov - 19:09

    ─ J'ai connu mieux, honnêtement... Tu devrais aller voir Angela si ça ne passe pas, ou alors on ira chercher Cat' à la Clinique -elles ont sûrement quelque chose qui peut t'aider...

    De manière difficilement perceptible, ses mâchoires se crispèrent lorsqu'elle prononça les derniers mots de sa phrase. Sans le vouloir, Alice avait littéralement tapé dans le mille, acte qui poussait généralement Jacob à se replier totalement sur lui-même et se planquer sous une épaisse carapace, à l'instar d'une tortue ou encore d'un coquillage. Il se voûta très légèrement, comme s'il avait tenté de reculer encore plus dans l'espoir peut-être de fusionner avec le mur et d'y disparaître, avant de secouer faiblement la tête.

    — Disons que je préfèrerais que ça passe tout seul, articula-t-il dans un souffle.

    Pas qu'il n'avait pas confiance en Angela ou en cette Cat' — dont Luka lui avait très sobrement dit qu'elle était troooop cool, ce qui lui permettait de supposer que c'était une fille très bien –, mais se retrouver en présence d'un médecin qui aurait qui plus est été susceptible d'agiter sous son nez une jolie boîte de cachetons aurait pour lui constitué un véritable supplice de Tantale personnifié à la sauce Requiem For A Dream. Chose dont il n'avait franchement pas envie : se jeter dans les goules aurait été encore plus tentant à ses yeux. Ce qui résumait plutôt bien le malêtre qu'il ressentait et plus particulièrement le mal qui le rongeait.
    Il n'y avait pas si longtemps que ça, Jacob était encore plongé dans un monde de douleur.
    Monde dont on ne pouvait ressortir sans séquelles. Monde qui vous collait au train à partir du moment où vous aviez la bonne idée d'en sortir, et se montrait par la suite toujours prêt à se jeter de nouveau sur vous pour vous engloutir tout entier.

    Il éviterait donc de trop bouger son épaule dans les jours qui viendraient. Et si ça ne passait pas, eh bien il s'abstiendrait de la bouger encore plus longtemps, jusqu'à ce que ça disparaisse enfin, ou qu'il ne disparaisse lui, plus simplement.

    Préférant changer de sujet, il constata comme à son habitude que son stock de phrases passe-partout tout juste bonnes à alimenter une conversation vide de sens était extrêmement limité, et embraya sur la première chose qui lui passait à l'esprit :

    — T'as réussi à nettoyer ton pantalon ?

    ... bien joué champion, on dirait ma mère.

    — Tu t'en es très bien sortie, d'ailleurs. Tout à l'heure.

    ... re-bien joué champion, à croire que ce sex shop t'a dézingué les idées, hors de contexte ce que tu dis n'est absolument pas sujet à la mauvaise interprétation. En fait c'est carrément mieux quand tu fermes ta gueule.

_________________
black#eebfa3#513C52
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Merciiiiiiii Faso !!!
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hax-makina.deviantart.com/
Mythri
Maître de la machette


Messages : 816
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 21

Feuille de personnage
P.U.F.: Faso'
Relationship:
Cash: 175 + 25

MessageSujet: Re: Prise de hauteur [Jacob]   Jeu 12 Nov - 14:57


    Fort heureusement pour Jacob, Alice n'avait pas l'esprit à ça pour le moment, et elle ne vit rien de mal dans cet enchaînement maladroit. Et de toute façon, même si cela lui avait traversé l'esprit -il y avait peu de chance, vu les circonstances- elle aurait fait semblant de n'avoir rien remarqué, histoire de ne pas embarrasser un peu plus le pauvre Jacob.

    Il avait vite glissé sur le sujet de sa douleur à l'épaule, et Alice crut que c'était parce qu'il n'aimait pas parler de ce qu'il ressentait -ce qui était tout à fait vrai également. Elle n'avait aucune idée du combat qu'il menait avec les médicaments, n'y ayant à vrai dire pas réfléchi : pour elle, avec une pharmacie dans le centre, Jacob en avait toujours à disposition, et en prenait sans arrière pensée quand l'envie s'en faisait ressentir. D'ailleurs, pour ce qu'elle en savait, ses maux de tête s'étaient peut-être atténués... ils n'en avaient pas parlé depuis des années -et même quand ils étaient ensemble, il n'en avait jamais vraiment parlé, elle le remarquait simplement.

    ─ Plus ou moins...

    Elle baissa les yeux vers son pantalon. On devinait l'endroit où le sang avait giclé, mais la trace était terne, et non plus rouge bordeaux. Ce qui était déjà mieux, mais pas fameux non plus : on effaçait pas ce genre de chose comme ça.

    ─ Quant à tout-à-l'heure, je ne sais pas. Maintenant que j'y pense maintenant, j'ai l'impression que ça aurait pu n'être qu'un cauchemar un peu grotesque. Après tout, ce genre de truc n'arrive que quand on dort, en principe -quand on dort mal, même.

    Alice se rendit compte que ce qu'elle venait de dire pouvait être mal interprété, et elle espérait que Jacob ne le prendrait pas mal. Sa présence à lui ne rentrait pas dans la case "cauchemar" de la chose. Même si effectivement, avec le recul, c'était risible. Un Sigmund Freud aurait eu quelques choses à dire à propos du rêve suivant : Alice, un peu désorientée dans sa nouvelle vie, confond un magasin de vêtement avec un sex-shop, où elle rencontre son ex, avec qui elle n'a pas eu de vrai discussion depuis trop longtemps, et qu'elle croyait mort moins d'un mois avant. Elle finit par enfoncer un pot de vaseline -phallique, sans doute- dans le crâne d'un mort-vivant impuissant, au sol, en habit de soubrette. Le sang gicle, c'est la première fois qu'elle fait quelque chose de ce genre.
    Joie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob
Never grow up.


Messages : 1326
Date d'inscription : 25/08/2011
Age : 23

Feuille de personnage
P.U.F.: Hax-Makina
Relationship:
Cash: 20 + 15

MessageSujet: Re: Prise de hauteur [Jacob]   Jeu 12 Nov - 18:10

    — Plus ou moins...

    En ça, il s'estimait content de se cantonner le plus souvent à des couleurs sombres, et de se promener le plus souvent avec un jean gris foncé, sur lequel les salissures étaient beaucoup moins visibles. Et puis il était un homme : selon un consensus absurde, il pouvait plus facilement se permettre de se trimballer dans des fringues dégueulasses qu'une jeune femme. C'était bien plus facilement excusable.
    Ou en tout cas ça l'était avant que le monde ne prenne fin.

    — Tu n'auras qu'à venir avec nous la prochaine fois qu'on ira chercher des vêtements. Enfin si tu veux.

    Mais puisqu'elle avait aujourd'hui effectué sa première sortie hors du Refuge, et en solitaire qui plus est, elle serait peut-être plus disposée à venir crapahuter dans le mall avec les deux L et lui.

    ─ Quant à tout-à-l'heure, je ne sais pas. Maintenant que j'y pense, j'ai l'impression que ça aurait pu n'être qu'un cauchemar un peu grotesque. Après tout, ce genre de truc n'arrive que quand on dort, en principe -quand on dort mal, même.

    Il voyait parfaitement ce qu'elle voulait dire : il en était lui-même passé par là, à une époque qui plus est où l'abus de médicaments le rendait certainement beaucoup plus susceptible de décrocher de la réalité qu'une personne normale, et au final, tout le monde avait eu à vivre ça. Ou en tout cas, tous ceux qui pouvaient se targuer d'être toujours en vie aujourd'hui. D'autant plus que le contexte de l'après-midi était assez particulier. Trop particulier, en fait, pour qu'il puisse carrément en rêver.
    Et puis, dans les rêves, on n'arrivait que très rarement à atteindre sa cible. On s'arrêtait toujours à un centimètre à peine, comme bloqué par une force invisible. Dans ses songes à lui, en tout cas.

    — Il faut du temps pour s'y faire.

    C'était sans doute d'autant plus bizarre pour Alice qu'elle était désormais dans un endroit calme où elle pouvait se poser pour y repenser. Dans son cas, l'expérience avait été plus brutale et il n'avait pas franchement eu le temps d'y réfléchir : la route avait été longue et semée d'embûche, depuis le moment où l'Apocalypse lui était tombée dessus et ce jusqu'à ce qu'il trouve enfin refuge à Sun City. Il avait dû tout encaisser en vrac et avait par conséquent très vite pris le coup de main.

_________________
black#eebfa3#513C52
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Merciiiiiiii Faso !!!
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hax-makina.deviantart.com/
Mythri
Maître de la machette


Messages : 816
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 21

Feuille de personnage
P.U.F.: Faso'
Relationship:
Cash: 175 + 25

MessageSujet: Re: Prise de hauteur [Jacob]   Mar 17 Nov - 10:18


    [Blblbl, désolée du retard ><]

    Alice acquiesça. C'était avec plaisir qu'elle acceptait cette invitation. Non pas que la perspective de se retrouver à nouveau exposée la réjouisse foncièrement; mais la présence de Lise et Luka en ces circonstances était indéniablement un gros argument. Il lui fallait des chaussures, aussi, mais pour l'instant, ce n'était pas le moment : ils étaient passé à autre chose, de plus important. Elle n'avait pas vraiment envie d'en parler, mais faisait une exception. Après tout, elle n'avait pas grand chose à cacher, pas même à Jacob.

    ─ Je ne veux pas m'y habituer...

    Sa réponse était sortie toute seule, sans qu'elle ait eu le temps de la modeler ou de la censurer. Le cri du cœur, aussi stupide soit-il en de telles circonstances. Se faire une raison, ou mourir... non ?

    ─ ... je sais pas trop comment dire ça. Je sais pas... je veux pas que ça devienne un acte banal. Je veux dire, c'est important à chaque fois. Je veux pas que ça me fasse du mal, mais je veux pas non plus le faire comme si...

    ... j'écrasais une araignée. Alice, tu n'as jamais écrasé d'araignée.

    ─ ... enfin bref, j'ai l'impression que si je le faisais sans état d'âme, systématiquement, je perdrais un morceau de mon humanité, tu comprends ? Mais je peux pourtant pas rester enfermée ici à jamais.

    Sinon, elle mourrait aussitôt qu'elle mettrait un pied hors du refuge : elle l'avait montré l'après-midi même.
    Sa main était perdue dans la fourrure blanche de Ersatz, qu'elle caressait distraitement. Sa douceur et sa chaleur lui mettaient un peu de baume au coeur. C'était déjà ça.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob
Never grow up.


Messages : 1326
Date d'inscription : 25/08/2011
Age : 23

Feuille de personnage
P.U.F.: Hax-Makina
Relationship:
Cash: 20 + 15

MessageSujet: Re: Prise de hauteur [Jacob]   Dim 22 Nov - 14:41

    — Je ne veux pas m'y habituer.

    C'était malheureusement ce que Jacob craignait qu'elle ne réponde.
    Alice avait toujours été animée par une profonde bienveillance, une espèce d'amour de son prochain qu'il avait toujours supposé indéfectible — et les circonstances tendaient à lui donner raison : fait était que cet amour était encore bel et bien là – et qui ne pouvait le rendre qu'admiratif. Malheureusement, en l'état actuel des choses, cette qualité incroyable était devenue une terrible faiblesse.

    ─ ... je sais pas trop comment dire ça. Je sais pas... je veux pas que ça devienne un acte banal. Je veux dire, c'est important à chaque fois. Je veux pas que ça me fasse du mal, mais je veux pas non plus le faire comme si...

    Il hocha la tête en silence.
    En vérité, Alice n'avait pas à se justifier, ni même à chercher une manière de formuler ses pensées comme elle tentait actuellement de le faire : aussi surprenant que cela ait pu paraître pour quelqu'un comme lui, c'est à dire un homme qui peinait à tisser des liens sociaux tangibles et pour qui l'autre était une équation insolvable, il comprenait parfaitement ce qu'Alice voulait dire. Pour la simple et bonne raison qu'il la connaissait très bien.

    ─ ... enfin bref, j'ai l'impression que si je le faisais sans état d'âme, systématiquement, je perdrais un morceau de mon humanité, tu comprends ? Mais je peux pourtant pas rester enfermée ici à jamais.

    Hochant de nouveau la tête, il poussa un profond soupir.
    Il avait beau comprendre, il ne savait quoi répondre, puisqu'il comprenait également que ce qu'Alice souhaitait était impossible.

    — Malheureusement... je...

    Sa voix se perdit dans la nuit, tandis qu'il cherchait désespérément une manière un tant soit peu douce de formuler la chose. La vérité était souvent bien trop brutale pour être annoncée ainsi de but en blanc. Surtout depuis que la Civilisation était tombée.

    — Je veux dire... Je comprends très bien ce que tu veux dire. Mais malheureusement... les choses ont changé et tu devras de nouveau faire... ça. Le nier ou le refuser serait courir droit au désastre.

    Il caressa lentement la tête d'Ersatz, qui leva le nez vers lui.

    — Et j'ai pas envie qu'il t'arrive quelque chose. Ni à personne d'ailleurs.

    Nouvelle inspiration. Il avait l'impression de plonger en apnée et de lutter pour chaque nouvelle goulée d'air.

    — C'est ton choix de refuser de t'y habituer mais ça sera plus difficile. Dans tous les cas, il faut garder en tête que si tout se passe bien, tu auras à tuer beaucoup plus de goules et malheureusement tu ne pourras pas hésiter.

    Il supposait que c'était comme exercer le métier de vétérinaire : à trop euthanasier de chiens et de chats qu'on avait pour certains suivi toute leur vie sous le regard embué de larmes de leurs propriétaires, on finissait par se blinder. On n'avait pas le choix.

_________________
black#eebfa3#513C52
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Merciiiiiiii Faso !!!
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hax-makina.deviantart.com/
Mythri
Maître de la machette


Messages : 816
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 21

Feuille de personnage
P.U.F.: Faso'
Relationship:
Cash: 175 + 25

MessageSujet: Re: Prise de hauteur [Jacob]   Mar 24 Nov - 10:10



    Alice comprenait bien sûr son raisonnement, et pour cause, la partie la plus rationnelle d'elle-même le lui soufflait à l'oreille depuis un peu trop longtemps. Ne pas avoir eu à tuer -achever- des goules ne signifiait pas qu'elle n'avait pas envisagé que cela se produirait un jour. Il avait fallu sept mois entiers, et elle savait que c'était une chance, dans la mesure où elle avait pu respecter ses convictions le plus longtemps possible. Et une malédiction car elle aurait pu s'être fait une raison depuis longtemps, et ne même pas avoir cette discussion, à ce moment même, sur ce toit, avec Jacob.
    Mais elle n'était pas fâchée de lui en parler. De toute façon, même si elle ne le disait pas, n'importe qui aurait pu le lire sur son visage, alors Jacob... Il n'avait sûrement même pas besoin de la regarder face à une goule pour savoir quel conflit se livraient sa bonté naturelle et son sens pragmatique de la survie. Pour le moment, le second gagnait, mais Alice voulait s'obstiner à les mettre en équilibre. Car ce devait bien être faisable...?

    Alice trouva la force de sourire. Et s'étonna de constater que ce n'était même pas si difficile que ça.

    ─ Je pense que je peux gérer la difficulté... c'est justement ça. Je veux pouvoir le faire, et le faire à chaque fois que c'est nécessaire, et uniquement en ces occasions... Mais en même temps, ne pas perdre la réalité de vue.

    Jamais, pour elle, il ne s'agirait d'un acte banal ou d'un jeu. Ce à quoi elle aspirait demandait une grande force mentale, mais Alice n'était pas faible. Elle pensait raisonnablement y arriver. Tuer ne la rendrait jamais indifférente. Mais elle le ferait chaque fois que ce serait nécessaire. Tentant d'oublier que sa vie ne valait pas mieux que celle qu'avaient perdu ces êtres. Si elle voulait se trouver des excuses, elle pouvait toujours se dire que c'était justement faire honneur à leur mort, à la fin de leur vie humaine, que de conserver la sienne en les libérant de cette coquille affamée, ultime souvenir d'eux sur ce monde. Mais même ainsi, tout le monde les avait oubliés. Plus moyen de savoir qui ils étaient : monstre anonyme dans la horde, menace sans nom -mais avec des mâchoires trop puissantes et avides pour être ignoré.

    ─ D'ailleurs, je ne sais même plus à quoi ressemble la réalité. J'ai un peu l'impression d'être dans un film, sauf que je suis l'actrice. Et j'ai pas envie d'être la blonde qui va mourir parce qu'elle est trop gentille... Comme j'ai pas envie que tu sois le héros torturé qui doit veiller sur cette gourde de blonde parce qu'elle est incapable de se protéger elle-même.

    C'était pourtant exactement ce qu'il était, pour le moment. Mais Alice ne voulait pas que les choses restent ainsi.
    Elle se redressa légèrement, et se tut. On ne voyait plus vraiment les étoiles, mais ça ne changeait pas grand chose.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob
Never grow up.


Messages : 1326
Date d'inscription : 25/08/2011
Age : 23

Feuille de personnage
P.U.F.: Hax-Makina
Relationship:
Cash: 20 + 15

MessageSujet: Re: Prise de hauteur [Jacob]   Mar 24 Nov - 20:47

    ─ Je pense que je peux gérer la difficulté... c'est justement ça. Je veux pouvoir le faire, et le faire à chaque fois que c'est nécessaire, et uniquement en ces occasions... Mais en même temps, ne pas perdre la réalité de vue.

    Le regard vague, Jacob restait songeur. Ce genre de conviction ne le surprenait pas venant d'Alice, mais ç'aurait été mentir que de dire qu'il n'avait pas secrètement espéré qu'elle se contente de tuer les goules au besoin sans qu'il n'y ait la moindre réflexion ou émotion derrière, hormis l'aspiration à rester en vie et en bonne santé le plus longtemps possible. Ca lui aurait très largement facilité les choses, et par prolongement, ça lui aurait facilité les choses à lui, Jacob, puisqu'il n'aurait pas eu à s'en faire à la seule idée qu'elle se retrouve confrontée à un mort-vivant. L'empathie, certainement : celle-la même qu'il peinait tant à ressentir pour ceux qui n'étaient pas véritablement proches de lui, et qui n'avait pas la moindre raison d'exister vis-à-vis de ces cadavres anonymes qui déambulaient dans les couloirs et tentaient de lui mordiller le poignet, parfois.

    — Tant que tu fais ce qui doit être fait...

    ... alors ça me va, enfin, à peu près.
    Il avait le sentiment qu'il n'aurait pas dû se soucier à ce point d'elle : à ses yeux, c'en était presque intrusif. L'époque à laquelle ils partageaient tout ou presque était bien loin et il n'était plus le Jacob de cette époque. Il n'était désormais plus qu'un mec qui se demandait si les gens normaux — ou plutôt, les gens qui n'étaient pas lui – adopteraient spontanément la même démarche que lui en cet instant précis. S'ils se soucieraient autant d'Alice à sa place. Ou si inconsciemment, il s'accrochait bêtement à la seule bouée de sauvetage qui ait jamais eu la gentillesse de s'avancer vers lui pour l'aider à garder la tête hors de l'eau.
    Oh, bien sûr, Lise et Luka étaient eux aussi de sacrées bouées. Mais c'était un peu différent.

    — D'ailleurs, je ne sais même plus à quoi ressemble la réalité. J'ai un peu l'impression d'être dans un film, sauf que je suis l'actrice. Et j'ai pas envie d'être la blonde qui va mourir parce qu'elle est trop gentille... Comme j'ai pas envie que tu sois le héros torturé qui doit veiller sur cette gourde de blonde parce qu'elle est incapable de se protéger elle-même.

    Ses derniers mots le firent sourire.

    — Si Luka réussit à se teindre les cheveux en jaune, tu risques d'avoir de la concurrence...

    Nul doute que leur ami ferait sans le moindre doute une gourde blonde de qualité. Il serait même capable d'aimer ça.
    Néanmoins, un fait notable était qu'assez souvent, c'était plutôt Jacob qui jouait le rôle de la demoiselle en détresse qu'on devait venir sauver parce qu'elle était trop déchirée et peu soucieuse de son devenir pour prendre sa pelle destructrice avec elle.

    — Ca aurait au moins le mérite de me changer un peu. En temps normal c'est moi qui joue la demoiselle en danger.

    Sa main alla machinalement grattouiller Ersatz derrière les oreilles. Chien qui lui avait déjà sauvé la vie plusieurs fois, et continuerait certainement à l'avenir.

_________________
black#eebfa3#513C52
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Merciiiiiiii Faso !!!
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hax-makina.deviantart.com/
Mythri
Maître de la machette


Messages : 816
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 21

Feuille de personnage
P.U.F.: Faso'
Relationship:
Cash: 175 + 25

MessageSujet: Re: Prise de hauteur [Jacob]   Mer 25 Nov - 10:00



    Une image absurde apparut spontanément dans l'esprit d'Alice : Jacob, son mètre quatre vingt sept -elle s'en souvenait, oui-, sa barbe et une robe de princesse en danger. Magistral. Alice rit, et crut pendant un instant qu'elle n'arriverait pas à s'arrêter. Les nerfs, comprenez. Mais fort heureusement, elle parvint à contenir cette petite crise de nerf, qui aurait été horriblement gênante pour Jacob. Luka en mini-short de jean vint s'ajouter à côté de la princesse Jacob, pour ne rien gâcher. Alice était plutôt contente qu'ils aient changé de sujet. Elle n'était pas mal à l'aise avec ses propres émotions, et les exprimer ne la dérangeait pas : elle n'avait jamais vraiment été quelqu'un de renfermé. Mais pour l'instant, elle préférait éviter, si possible, de trop penser à tout ça. Car après tout, ils étaient en sécurité, pour le moment. Sur le toit, qui leur procurait une agréable sensation de liberté. Éphémère et un peu factice, certes, mais agréable.

    ─ Sacré carrure, la demoiselle. On pourra toujours se secourir mutuellement, si tu veux, le jour où je serai devenue un véritable super-héros sans peur.

    Pas demain la veille, donc.
    Alice prit une petite impulsion sur ses talons et se redressa, se retrouvant accroupie, puis debout. Elle s'étira un instant. Elle ne le faisait pas assez souvent, et pour le moment, elle avait juste l'impression que son corps entier avait été passé au rouleau compresseur. Elle ne savait pas exactement pourquoi, puisqu'elle n'avait pas fourni d'effort physique intense, mais supposa que le stress n'aidait pas. Elle ne s'était pas vraiment rendu compte qu'elle était tendue jusqu'à présent.
    La blonde sourit à Jacob.

    ─ Je vais marcher un peu, tu viens ? J'ai jamais exploré le toit.

    Et c'était vrai : en un mois, elle n'était jamais allée plus loin que le petit coin des animaux, puis des plantes. Le toit était vaste, et il restait sûrement pas mal de choses qu'elle n'avait pas vues. Comme il faisait nuit, impossible d'avoir une vue sur la ville -plus d'électricité. Mais ce n'était peut-être pas plus mal : voir tous ces bâtiments abandonnés, gris comme la pluie, n'était pas exactement ce qu'il fallait pour lui remonter le moral. Alice n'avait jamais été très proche de la nature, mais ce genre de paysage -friche industrielle ou urbaine- la déprimait un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob
Never grow up.


Messages : 1326
Date d'inscription : 25/08/2011
Age : 23

Feuille de personnage
P.U.F.: Hax-Makina
Relationship:
Cash: 20 + 15

MessageSujet: Re: Prise de hauteur [Jacob]   Jeu 26 Nov - 21:10

    A la surprise de Jacob, ses dernières mots eurent pour effet de faire rire la blonde, chose à laquelle il ne s'attendait sincèrement pas, ou en tout cas pas dans une telle mesure. Bien entendu, ne pouvant accéder comme il l'aurait en cet instant précis souhaité aux pensées de son amie, il n'eut pas le loisir de s'observer lui-même accoutré comme une princesse, quelques poils de torse dépassant allègrement de son col tendu à craquer sur une encolure bien trop large pour lui et sa petite cape translucide flottant au gré d'une brise imaginaire. Tout comme il ne vit pas ce fier chevalier Luka resplendissant de grâce dans son mini-short bien trop mini le rejoindre. Il resta donc simplement interloqué, ses vieilles angoisses menaçant à tout moment de ressurgir, la mâchoire inférieure prête à frémir — de par son caractère renfermé, Jacob n'avait jamais été bien populaire à l'école, mais cette impopularité s'était toujours contentée de le rendre invisible aux yeux des autres... jusqu'à ce qu'une épaisse balafre ne vienne lui barrer le nez et fasse de lui une cible facile, phénomène de foire à la merci de tout ce qui avait le degré de maturité d'un lycéen.
    En sa qualité d'être sensible, Jacob avait longuement pâti des moqueries qu'on lui adressait, et si Luka et sa manie de l'appeler Scarface en lui répétant encore et toujours que sa cicatrice était trop cool, mec — le tout dit de manière sincère, ce qui était le plus surprenant – lui avaient permis d'être plus décomplexé vis-à-vis de cette cicatrice qui lui coupait presque le visage en deux, la partie immergée de l'iceberg, elle, restait bel et bien là et le conduisait à systématiquement se méfier des rires, ou en tout cas de ceux dont il était à l'origine. Certains vieux démons s'accrochaient bien plus que d'autres.
    Et l'idée qu'Alice puisse se moquer de lui était particulièrement douloureuse.

    Heureusement pour tout le monde et surtout pour le petit gamin meurtri qui cherchait désespérément à se cacher du monde derrière les traits d'un homme à la carrure respectable et à la barbe drue — quoi que bien raccourcir à présent –, Alice se calma rapidement.
    Sa réponse le fit sourire, et il se rasséréna un peu. La suivant du regard tandis qu'elle se relevait, au même titre qu'Ersatz, il acquiesça à sa proposition et se mit à son tour sur pieds, réprimant une petite grimace tandis que son épaule continuait de le tirailler.

    — Espérons que Nathan n'ait pas fraichement repeint les SOS du sol, fit-il en allant se poster à ses côtés.

    De tous les membres de leur groupe, Nathan était en effet celui qui prenait le plus à coeur la tâche de renouveler les inscriptions disposées de part et d'autres du Toit, que ce soient celles peintes directement sur le sol ou celles qui ornaient les banderoles suspendues dans le vide. Mais si ces dernières étaient encore utiles dans la mesure où elles pouvaient attirer de nouveaux survivants, celles tournées vers le ciel, et appelant désespérément à l'aide, n'avaient très certainement plus la moindre utilité. Maintenant qu'il y pensait, elles étaient presque entièrement effacées, à présent.
    L'absence de lumière artificielle avait au moins un avantage : à présent que le monde était plongé dans le noir, la Voie Lactée se dévoilait aux yeux des marcheurs nocturnes dans toute sa splendeur. C'était un spectacle qui n'avait tout simplement pas d'égal.
    Ce Toit semblait si paisible, la nuit. Et pourtant, à bien y regarder, des vestiges du combat contre Guernica demeuraient. Comme cette vieille marque de sang séché, comme coincée entre le sol et le muret, que personne n'avait jamais pu faire partir.
    Il eut envie de frissonner en se remémorant la bataille.

_________________
black#eebfa3#513C52
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Merciiiiiiii Faso !!!
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hax-makina.deviantart.com/
Mythri
Maître de la machette


Messages : 816
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 21

Feuille de personnage
P.U.F.: Faso'
Relationship:
Cash: 175 + 25

MessageSujet: Re: Prise de hauteur [Jacob]   Ven 27 Nov - 10:18



    Marcher la soulageait. Son esprit devenait un peu plus clair, et elle arrivait à s'en servir de manière à peu près cohérente. Ce qui était assez agréable. Jacob la rejoint vite, ainsi que Ersatz, qui bondit vivement, sans doute fâché à l'idée que ses compagnons ne partent sans lui.

    ─ Espérons que Nathan n'ait pas fraîchement repeint les SOS du sol.

    Alice le regarda, intriguée. En effet, elle n'avait jamais remarqué les grandes lettres. Il faut dire qu'elle ne s'était jamais vraiment aventurée de cette partie du toit, et que, vu de là où ils étaient, les lettres gigantesques n'avaient pas beaucoup de sens : quelques lignes abstraites, tout au plus. Après tout, pour être visibles du ciel, il fallait qu'elles occupent beaucoup de place. Mais est-ce que quelqu'un viendrait un jour du ciel..?

    ─ Je ne savais pas qu'il y avait un signe sur le toit. On a vu les banderoles en arrivant, mais c'est tout.

    Elle se tut, pour réfléchir un instant. Croyait-elle elle-même à l'arrivée providentielle de potentiels secours ? Après tout ce temps ? Elle ne le savait pas. Elle l'espérait, c'était sûr, mais n'arrivait pas tout à fait à le croire. En cela, elle admirait la ténacité de la foi de Nathan. Et qui sait, peut-être qu'un jour, ces trois lettres rouges sur le toit les sauveraient.

    Tu penses qu'un jour quelqu'un les lira ?

    Elle pensait connaître la réponse de Jacob, malheureusement. Il ne croyait pas -n'avait jamais cru- aux miracles, à peine aux coups de chance favorisés par le hasard. Jacob n'était globalement pas quelqu'un de très optimiste. Mais ce n'était pas grave : elle pouvait l'être pour deux. Avant, du moins. Poser la question ne ferait que la conforter dans ce qu'elle pensait, et elle n'était pas sûre d'en avoir envie, pas sûre d'avoir envie d'entendre que personne ne viendrait. Elle se contenta donc de changer de sujet comme elle put, gardant tout de même cette question dans un coin de sa tête.

    ─ Il s'est passé quelque chose, sur ce toit, non ? Personne n'en parle trop, mais j'ai vu plusieurs tâches de sang, vers les murs. Ils sont montés jusqu'ici...?

    Cette pensée était assez effrayante. Elle lui rappelait que le refuge n'était pas si sûr qu'ils pouvaient le penser pour se rassurer, et qu'il était toujours possible que les goules trouvent le moyen de rentrer. Massacre en perspective... Jacob leur avait -très- brièvement raconté comment il s'était retrouvé dans le mall, mais jamais Alice n'avait entendu parler clairement de Guernica. Ils avaient probablement perdus plusieurs membres du refuge à cause du monstre -tous ceux qui étaient partis un matin sans jamais rentrer le soir- et Alice n'avait jamais posé de questions dessus, puisqu'elle ignorait relativement cet épisode de l'histoire du refuge de Sun City, où l'on aimait pas trop s'attarder sur le passé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob
Never grow up.


Messages : 1326
Date d'inscription : 25/08/2011
Age : 23

Feuille de personnage
P.U.F.: Hax-Makina
Relationship:
Cash: 20 + 15

MessageSujet: Re: Prise de hauteur [Jacob]   Sam 28 Nov - 14:37

    — C'est plus ou moins la première chose qu'on a fait en arrivant. On espérait que des secours viendraient peut-être.

    Espoir auquel il s'était comme tout le monde accroché malgré la faible probabilité qu'il se concrétise, parce que ç'avait été à cette époque-là la seule chose qui pouvait les aider à tenir.
    Au final personne n'était jamais venu et si on avait régulièrement entretenu les peintures dans les premiers temps, elles avaient peu à peu été oubliées à mesure que s'imposait la certitude que l'aide espérée ne viendrait jamais. On s'était alors résigné à l'idée que le monde d'avant ne reviendrait pas et on s'était plutôt concentré sur l'entretien des banderoles qui proposaient un refuge à qui le voulait bien. Bonne initiative, sachant que grâce à elles, le Zombus avait atterri ici.
    Ce qui intriguait le plus Jacob, c'était la vitesse à laquelle tout avait été chamboulé : l'Apocalypse était littéralement arrivée du jour au lendemain, de manière brutale et inattendue. Il s'était couché un soir, tout était normal. A son réveil le lendemain matin, son père adoptif avait tué sa femme, devenue monstre, et les rues grouillaient de ces goules survenues de nulle part. Certes, il était alors en pleine conférence et par conséquent pas vraiment porté sur l'actualité mondiale — de manière générale, Jacob n'était carrément pas intéressé par ce qui se passait de par le monde, bien trop perdu dans son propre univers sans doute, et n'étant abreuvé en informations de ce qui pouvait survenir par delà l'horizon que grâce aux discussions que menaient ses amis ou aux paroles grappillées involontairement lorsqu'il était dans la rue, ou encore dans le métro. Il l'avait longtemps regretté, se disant que s'il s'était un tant soit peu intéressé au Monde dans sa globalité et non à ce qui l'intéressait lui et n'intéressait pas franchement la masse — les avancées scientifiques le branchaient, les people et le football en revanche... –, il aurait peut-être aperçu des indices, quelque chose qui aurait pu lui faire envisager de ne pas partir pour San Diego. Il serait resté à Boston, avec eux, et l'Apocalypse aurait été bien plus vivable dès le début.
    Seule source de réconfort : s'il y avait eu le moindre évènement où que ce soit sur Terre et un tant soit peu relayé par les informations présageant l'arrivée imminente d'une armée de zombies, Luka l'aurait su et n'aurait pas manqué de le lui signaler avec enthousiasme. Ca avait allégé sa peine à l'époque. A présent, seule la curiosité demeurait : et pour cause, sa famille de coeur était avec lui, et non pas à l'autre bout des States.
    Dans tous les cas, fait était que tout avait éclaté d'un coup, et visiblement dans tout le pays. Peut-être même sur tout le continent. Impossible de savoir d'où c'était parti, ni même s'il restait des endroits sur Terre où tout continuait de fonctionner normalement. Ils baignaient dans le doute, l'incertitude et surtout l'incompréhension, et ça, son esprit résolument tourné vers la Science avait bien du mal à le supporter.

    ─ Il s'est passé quelque chose, sur ce toit, non ? Personne n'en parle trop, mais j'ai vu plusieurs tâches de sang, vers les murs. Ils sont montés jusqu'ici...?

    Baissant les yeux vers elle, il entrouvrit la bouche comme pour répondre mais se renfrogna tandis que de part et d'autres de son dos et de son torse, un léger chatouillis lui rappelait ce qui avait été il y avait peu de temps la brûlure cuisante de terribles griffures infligées par Guernica. Monstre qu'il avait lui-même découvert avec Morgan lors de la seule expédition à l'Armurerie qui avait été menée à ce jour, et dont tout le monde se rappelait parfaitement aujourd'hui encore, quand bien même on n'en parlait jamais.
    Il s'était lui-même abstenu d'entrer dans les détails, n'ayant pas franchement envie de les terroriser en leur expliquant qu'il y avait visiblement des créatures un peu plus effrayantes encore que les zombies lambda qui pullulaient déjà dans le mall.
    Mais il n'avait jamais été confronté directement à ce sujet. Il avait d'ailleurs loué un Ciel en lequel il ne croyait pas lorsqu'il avait vu que Luka ne se montrait pas particulièrement curieux sur le sujet.
    N'ayant malgré tout pas envie de mentir à Alice, et n'en voyant pas l'utilité — au moins comme ça, elle serait sur ses gardes –, il choisit donc de dire la vérité. Il éviterait juste de dire que c'était lui qui avait découvert la bestiole avec un pote et qu'il avait failli crever ce jour-là.

    — Il y a environ deux mois, quelque chose a réussi à s'introduire dans le mall. Impossible de dire ce que c'était exactement, mais ça attaquait sans distinction animaux, zombies et humains. On ne pouvait plus sortir sans craindre d'être attaqués alors on a établi un plan pour s'en débarrasser. On l'a attiré sur le Toit pour l'isoler et on a fini par s'en débarrasser, même si des zombies en ont profité pour monter également.

    Il sembla réfléchir un petit moment, ne sachant trop s'il devait se montrer plus précis au sujet de la Bête ou non, mais puisqu'il ne préférait malgré tout pas l'effrayer alors qu'elle s'était enfin décidée à s'aventurer dans le mall, il s'abstint :

    — Si tu entends quelqu'un parler de Guernica, c'est de ça qu'il s'agit, on l'avait appelé comme ça. Mais en général on n'aime pas trop en parler. On a perdu des gens ce jour-là.

    Et c'était d'ailleurs en raison de ça que Lorentz abordait désormais des marques de brûlures sur l'un de ses bras et que lui tapait d'énormes cicatrices notamment dans le dos. Accessoirement, il avait perdu sa chemise et pire, sa pelle. Et avait dû s'en trouver une autre.
    Baissant de nouveau les yeux vers elle, il agrémenta ses paroles d'un léger haussement d'épaules, comme s'il avait espéré que cela puisse de quelque manière que ce soit dédramatiser un peu la situation.

_________________
black#eebfa3#513C52
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Merciiiiiiii Faso !!!
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hax-makina.deviantart.com/
Mythri
Maître de la machette


Messages : 816
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 21

Feuille de personnage
P.U.F.: Faso'
Relationship:
Cash: 175 + 25

MessageSujet: Re: Prise de hauteur [Jacob]   Sam 28 Nov - 15:17



    Alice pâlit. Heureusement, la luminosité n'était pas assez forte pour que Jacob le remarque : ils s'étaient éloignés de la seule source de lumière sur le toit, qui se trouvait près des animaux et de la porte d'accès aux escaliers. Alice s'était d'ailleurs demandé, dans un premier temps, pourquoi le mall avait toujours de l'électricité, et avait fini par déduire qu'il était autonome de ce point de vue là. Elle se demandait simplement combien de temps allait s'écouler encore avant qu'ils ne soient réellement en rade d'énergie. Lorentz était très strict du côté des dépenses d'énergie, et ce qui restait servait à alimenter ses écrans et allumer le refuge à des heures bien précises. La journée, tout était éteint, et la nuit, il fallait avoir une bonne raison pour allumer après vingt-deux-heures. Si je me trompe et qu'en fait, le mall n'a pas l'électricité malgré la soirée au refuge & les écrans de Lorentz, ignorer ce paragraphe, et passer au suivant.

    L'idée d'une bestiole -Jacob était resté évasif sur sa taille, la taille de ses griffes et son degré de voracité, mais Alice avait sa petite idée- énorme et sanguinaire se baladant dans le mall était presque aussi désastreuse que celle d'une horde de zombies l'empêchant de sortir d'un sex shop où elle serait rentrée par hasard. Elle admira néanmoins le trait d'esprit celui qui avait eu l'idée de l'appeler Guernica. Elle y voyait une sorte d'humour noir, qui permettait sûrement de rendre l'existence de la chose et la menace qu'elle représentait plus palpable. Elle n'osa pas demander à Jacob s'il avait été blessé pendant le combat : après tout, cela ne la regardait pas, et n'avait pas tant d'importance que ça, puisque maintenant, il allait bien, et était vivant. La seule ombre au tableau, c'était cette blessure à l'épaule qu'il s'était faite -par sa faute à elle, elle en était bien consciente et s'en voulait beaucoup.

    ─ Espérons que Guernica soit le seul de son genre... Je me demande toujours où est-ce que ça a foiré pour qu'on se retrouve dans cette situation.

    Elle prit conscience que ses propos n'étaient pas tout à fait clair, et entreprit de les expliquer.

    ─ Je veux dire, des morts qui marchent, des monstres qui détruisent tout sur leur passage... Est-ce que c'est notre faute, ou bien une sorte de punition ? J'ai du mal à croire que ce soit juste un hasard...

    Le nombre de choses prétendument impossibles, ou au moins fortement improbables, dans la situation actuelle du monde, rendait moins plausible la théorie du hasard. Ce ne pouvaient simplement pas être une série d’événements aléatoires qui se seraient enchaînés, jusqu'à arriver à ... ça. Alice était relativement rationnelle, mais ne savait pas quoi penser concernant l'épidémie. Ou plutôt, elle n'était pas satisfaite de ce qu'elle pensait.
    Elle regarda Ersatz qui marchait à côté d'eux, sa silhouette pâle se détachant dans la nuit, réfléchissant légèrement la faible lumière de la lune. Le voir ainsi lui fit également se demander pourquoi les goules ne semblaient pas s'intéresser aux animaux. Comment croire à un hasard, quand ils semblaient être les seuls êtres mis directement en danger par cette menace..?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob
Never grow up.


Messages : 1326
Date d'inscription : 25/08/2011
Age : 23

Feuille de personnage
P.U.F.: Hax-Makina
Relationship:
Cash: 20 + 15

MessageSujet: Re: Prise de hauteur [Jacob]   Sam 28 Nov - 21:10

    [ Y a bien un peu d'électricité mais pour combien de temps, seul le Staff le sait... : D ]

    L'atmosphère se rafraîchissait et il finit par retirer la poche de glace qu'il collait contre son épaule, qui rendait l'air beaucoup plus froid qu'il ne l'était en réalité — en gros il commençait à se les geler grave. Ne pouvant contenir un frisson, il se contenta donc de tenir le sac dont les glaçons étaient désormais partiellement liquéfiés dans sa main "valide", n'ayant pas vraiment d'endroit où la poser sous la main.

    ─ Espérons que Guernica soit le seul de son genre... Je me demande toujours où est-ce que ça a foiré pour qu'on se retrouve dans cette situation.

    Ca, ils l'espéraient tous, mais quand bien même il espérait de tout son être que ce soit effectivement le cas, il avait en lui la certitude qu'il n'en était rien. La seule présence des goules quelques mètres sous leurs pieds suffisait à décrédibiliser totalement la conception qu'ils s'étaient toujours fait de la réalité, du possible et de l'impossible. Guernica en avait rajouté une couche. La nature était trop imaginative pour ne se limiter qu'à quelques morts-vivants ainsi qu'une unique frasque à mi-chemin entre le doberman de Resident Evil et le taureau. Mais le pire dans tout ça était que comme tout le monde sans doute, il ne pouvait s'empêcher de se demander si le mal ne venait pas de l'Homme lui-même.
    On savait déjà que des scientifiques avaient par le passé réussi à créer une cellule dite "zombie", soit capable de fonctionner même dans des conditions qui supposaient qu'elle ne vivait plus.
    On savait qu'il y avait bien des rumeurs comme quoi les virus étaient lancés par les labos pharmaceutiques eux-même.
    On savait qu'il existait un lieu où l'Homme stockait tous les virus connus.
    On savait que la guerre biologique impliquait la conception de nouvelles armes. Biologiques.
    Au final tout cela n'était peut-être que le résultat d'une guerre qu'ils n'avaient pas vu venir. Et ils n'avaient aucun moyen de le savoir.

    ─ Je veux dire, des morts qui marchent, des monstres qui détruisent tout sur leur passage... Est-ce que c'est notre faute, ou bien une sorte de punition ? J'ai du mal à croire que ce soit juste un hasard...

    Il contempla un espace indistinct qui paraissait bien loin devant lui pendant quelques instants, jaugeant la question de la jeune femme, avant de reporter son regard sur elle.

    — Qu'en dit la Bible ?

    Ce n'était pas de l'ironie — il n'en était pas vraiment adepte –, et sans être croyant, il savait que les livres Saints faisaient également état de la fin du monde. Il les avait lus étant jeune, élevé par une femme profondément catholique, mais n'en avait retenu que l'Histoire en elle-même, sans rentrer réellement dans les détails. Sa lecture avait donc été dépourvue de toute analyse. Il voyait juste les Saintes Ecritures comme un moyen pour l'être humain de se persuader que sa vie avait un sens, et une manière d'établir des règles de vie communes qui ne relevaient parfois pas vraiment du bon sens pour réguler la vie en société. Son approche était froide et logique.
    Contrairement, et il le supposait, à celle d'Alice, qui était tout de même un peu plus investie que lui dans la religion.
    Sa propre question lui paraissait absurde : en temps ordinaire, il ne se serait jamais tourné vers de vieux grimoires. Mais on n'était plus en temps ordinaire, depuis bien des mois déjà.
    D'autant plus qu'il était curieux.

_________________
black#eebfa3#513C52
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Merciiiiiiii Faso !!!
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hax-makina.deviantart.com/
Mythri
Maître de la machette


Messages : 816
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 21

Feuille de personnage
P.U.F.: Faso'
Relationship:
Cash: 175 + 25

MessageSujet: Re: Prise de hauteur [Jacob]   Jeu 3 Déc - 14:18


    [Et c'est après la coupure de courant définitive qu'on va bien s'amuser...]

    Alice le regarda en silence prendre la poche de glace dans sa main. L'eau devait être gelée. Il ne faisait pas encore très froid, mais assez pour que Alice soit heureuse d'avoir sa veste, et de ne pas avoir plusieurs glaçons collés à même la peau. C'était d'ailleurs sans doute pour cette raison que Jacob n'avait pas laissé la glace sur son épaule. Le froid anesthésiait, mais encore fallait-il le supporter. Et appliqué trop longtemps, il finissait par brûler. Paradoxe peut-être, mais Alice n'en était plus à ça près quant aux incohérences de la réalité. Des morts vivants, pour commencer. Oxymore qui marche, et qui mange.

    Jacob garda le silence un moment, puis la regarda d'un air sérieux.

    ─ Qu'en dit la Bible ?

    Alice ouvrit la bouche, prête à protester, se disant qu'il se moquait d'elle, puis se souvint qu'elle s'adressait à Jacob. Ce n'était pas que Jacob n'avait aucun humour, loin de là... mais simplement, il ne s'en servait pas contre les autres. Il n'était pas grinçant. Et ça, c'était une facette de sa personnalité qu'elle appréciait, et dont elle venait tout juste de se souvenir. Alice redécouvrait peu à peu cet ancien amant, cet ami qu'elle avait oublié au fil des jours, des semaines, des mois. Alice avait du mal avec le sarcasme et l'humour noir. Elle fut donc contente de se rendre compte qu'il était sérieux.
    Elle réfléchit un instant. Les quatre cavaliers de l'apocalypse, le jour du jugement dernier, tous les épisodes reliés à la fin du monde lui venaient en tête. Au début, elle avait presque crut que le jugement dernier était arrivé, quand tout avait commencé. Et puis, ils avaient tous survécu. Et elle avait cessé d'y croire. Elle avait ensuite comparé leur situation à celle des plaies d'Egypte, puis du Déluge. L'idée de punition était la même, celle de balayer l'espèce humaine était également présente, dans l'épisode du Déluge du moins. Mais elle n'arrivait pas à accepter le parallèle entre l'eau, purificatrice, qui lave les péchés humains, et la mort sanglante, putréfiée, qui marchait dans les villes, dans les rues, dans les allées du centre commercial.
    Une seule phrase, courte, et sûrement incorrecte, lui revint.

    "Et les morts furent jugés selon leurs œuvres, d'après ce qui était écrit. " Le jour du jugement dernier.

    Alice marqua une seconde de silence.

    ─ Sauf que personne ne les juge, eux. En théorie, le réveil des morts est un préalable de l'apocalypse. Mais que je sache, ces morts ont tous été tués par l'épidémie. D'où ma question sur la punition divine... Car les morts auxquels font référence les textes sont ceux de tous les âges. Pas juste ceux d'un début de vingt-et-unième siècle trop arrogant.

    Parler de ce genre de chose dans le noir n'était pas très rassurant, et Alice était assez troublée. Elle ne savait que penser. Elle avait souvent amené ces question sur le tapis, lors de ces longues heures au coeur de la nuit, quand tout le monde dort, ou fait au moins semblant de dormir. Elle avait regardé le paysage défiler depuis le bus, se demandant si Dieu les avait abandonné, ou s'il les punissait. S'Il voulait qu'elle ait survécu. S'Il avait un dessein pour eux. Elle ne pouvait le savoir. Les voies du Seigneur sont impénétrables, elle l'avait entendu assez souvent.

    Ses yeux tombèrent à nouveau sur la poche de glace que tenait Jacob, et elle fit un petit signe pour la montrer.

    ─ Tu veux que je te la prenne un moment ? Tu dois te geler les mains ?

    Elle le lui avait proposé dans la foulée, juste après avoir répondu à sa question théologique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob
Never grow up.


Messages : 1326
Date d'inscription : 25/08/2011
Age : 23

Feuille de personnage
P.U.F.: Hax-Makina
Relationship:
Cash: 20 + 15

MessageSujet: Re: Prise de hauteur [Jacob]   Jeu 3 Déc - 18:10

    [ Trop, Lorentz donnera un cour magistral d'allumage de feu avec deux bouts de bois sur le Toit (et gardera son briquet pour allumer ses clopes) ]

    Et les morts furent jugés selon leurs œuvres, d'après ce qui était écrit.
    Hah. Ils étaient pas dans la merde. Matricide dès ses premières heures sur Terre et plus récemment adopto-parricide, drogué paumé aux pulsions auto-destructrices et suicidaires — le suicide n'était, s'il ne s'abusait, pas vraiment apprécié du côté catholique de la Force – de son état, il était bien parti pour rôtir un bon petit moment six mille pieds sous Terre, à ce rythme-là.

    Il écoutait d'une oreille attentive les propos d'Alice, tiraillé entre le désir d'entrer dans son jeu et d'en discuter honnêtement en prenant le parti que tout était vrai et son habituelle rationalité implacable — la petite voix acerbe de l'homme de science et son cynisme glaçant chez certains, un simple " mais c'est incohérent " pour lui.
    Pour être tout à fait honnête, le rapport qu'entretenait Jacob avec la religion était un peu plus complexe que le simple rejet pur et simple qu'il laissait entrevoir. Une part très importante de lui voulait croire en quelque chose, quelle qu'elle soit en vérité : Hasard ou Providence, Entité Supérieure, Dieu, peut-être. Dans sa recherche perpétuelle de signification — et par prolongation de cohérence –, il tendait à penser que c'était sa manière à lui d'essayer de minorer aussi bien la vanité que la vacuité de son existence : orgueilleux ou non, on avait toujours du mal à admettre que l'on était là et que rien ni personne n'en avait dans le fond quoi que ce soit à foutre, en somme, que l'on était encore moins qu'un grain de sable perdu dans le désert, puisque le grain de sable avait au moins le mérite de ne pas apparaître et disparaître de la surface de la Terre dans un laps de temps ridiculement court à l'échelle de son existence à elle. Incapable de trouver de lui-même un sens à sa vie, et horrifié à l'idée qu'elle n'ait effectivement aucune finalité en soi, cette part très importante de lui, donc, souhaitait qu'il y ait quelque chose sur Terre qui l'ait placé là dans un but précis.
    Et puis il y avait tout, excepté cette part importante. Tout le reste.
    Tout le reste qui préférait le calcul au concept. Tout le reste qui gardait à l'esprit que ce mal qui le rongeait n'était que le fruit d'un malencontreux hasard, parce que l'équation qui définissait sa vie n'était pas franchement bonne, parce que sinon ça aurait certainement voulu dire que la Chose Supérieure lui en voulait énormément pour l'avoir ainsi plongé sans égards dans la merde alors qu'il n'avait même pas avalé sa première goulée d'air. Tout le reste qui lui rappelait qu'il ne voyait aucune raison logique. Tout le reste qui prenait en compte, eh bien... tout le reste.
    L'éclampsie. Sa mère morte. Lui né bien trop tôt. Sa santé détruite dès sa naissance. Son père mort. L'attente. La douleur. L'orphelinat. La solitude. La douleur. L'attente.
    La douleur.
    La douleur.

    ... la douleur.


    ─ Tu veux que je te la prenne un moment ? Tu dois te geler les mains ?

    Arraché à ses pensées, il papillonna des yeux un instant, avant de réaliser qu'elle se référait à la poche de glace. La proposition était gentille, mais Jacob... était Jacob.
    Un macho nacho arrogant aurait certainement refusé pour ne pas passer pour une lavette.
    Lui était plus du genre à faire preuve d'un sens logique récurrent et très certainement irrécupérable.
    Il se gelait effectivement la main, en tout cas celle qui tenait la poche. Il fit donc ce qui lui apparaissait comme étant le plus cohérent et qui n'impliquait pas qu'Alice se gèle les mains pour lui : il fit passer la poche d'une main dans l'autre. Fin de l'histoire.

    — Suffit d'alterner, se contenta-t-il de répondre avec un petit sourire. Mais merci.

    N'appréciant malgré tout que très moyennement que le sujet de la conversation dévie vers lui et ce ne serait-ce qu'un tout petit peu, il soupira en se passant lentement sa paume désormais libre dans le cou — et réalisa au passage que c'était débile parce que ladite paume était putain de froide –, il regarda vaguement devant lui avant de hasarder :

    — On est peut-être déjà au Purgatoire, au final. Puis, réalisant que ce qu'il disait n'était pas vraiment cohérent — le mot du jour –, il arqua un sourcil circonspect en baissant les yeux vers elle : Même si je sais pas trop ce que tu viendrais y faire.

    Mais bon. On en revenait aux fameuses voies du Seigneur impénétrables.
    Néanmoins, une chose l'intriguait dans ce qu'elle lui avait dit.

    — Tu y crois vraiment, toi ? A ces histoires d'Apocalypse avec ses cavaliers, ses trompettes, ses anges, son faux prophète et son Grand Dragon Rouge ?

    Entre autres, s'il se souvenait bien ?
    Croire à l'Apocalypse était désormais indéniable : ils trempaient dedans depuis des mois. Mais leur version à eux était bien moins tonitruante que celle annoncée par les Livres Saints.

_________________
black#eebfa3#513C52
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Merciiiiiiii Faso !!!
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hax-makina.deviantart.com/
Mythri
Maître de la machette


Messages : 816
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 21

Feuille de personnage
P.U.F.: Faso'
Relationship:
Cash: 175 + 25

MessageSujet: Re: Prise de hauteur [Jacob]   Ven 4 Déc - 22:11



    Alice acquiesça simplement quand Jacob la remercia du bout des lèvres. Sa proposition avait été bien vite balayée, mais sans rancune. Si Jacob jugeait qu'il n'était pas nécessaire qu'elle lui libère les mains, alors elle lui faisait confiance. Ce qui fermait cette petite parenthèse d'une manière simple -Alice aimait les choses quand elles étaient simples. Cette simplicité laissait plus de place à ce dont ils étaient en train de parler.

    ─ On est peut-être déjà au Purgatoire au final. Même si je sais pas trop ce que tu viendrais y faire.

    Te tenir compagnie, pardi.
    Alice eut un sourire. Il avait une image d'elle qui l'amusait assez : à l'entendre, elle passait presque pour un ange. Bien sûr, Alice n'était pas un démon, et si vie après la mort il y avait, et que cette vie impliquait pour de bon "que chacun serait jugé selon ses oeuvres", elle avait effectivement peu de chance de finir dans la marmite de l'enfer. Purgatoire, éventuellement, pour une histoire de fautes non confessées, sûrement. Mais sinon, Alice n'avait pas grand chose sur la conscience. Elle n'était pas irréprochable, mais tâchait toujours d'agir pour le mieux. La façon dont elle considérait les goules en était d'ailleurs une illustration. Elle laissa néanmoins Jacob continuer, consciente du fait qu'il était assez malpoli de couper la parole à quelqu'un.

    ─ Tu y crois vraiment, toi ? A ces histoires d'Apocalypse avec ses cavaliers, ses trompettes, ses anges, son faux prophète et son Grand Dragon Rouge ?

    Alice eut une pensée coupable en s'apercevant que le grand Dragon Rouge lui avait d'abord évoqué Smaug du conte Bilbo le Hobbit plus que le dragon des Écritures. Mais finalement, c'était quelque chose qui pouvait assez bien résumer la réponse de Alice à cette question : elle était un fruit de deux cultures, de deux façons de voir le monde. Chacune avait sa valeur, et, plutôt que de les faire s'opposer au sein de son être, elle préférait piocher à droite à gauche dans chacune d'elles. Pas à la manière d'un oiseau volant des miettes, en prenant juste ce qui l'arrangeait, mais plutôt en faisant se mêler toutes ces références, toutes ces idées, dans sa tête. Alice croyait en Dieu -du moins, aux dernières nouvelles- mais savait qu'Il n'avait pas créé le Monde en six jours. Elle avait certains avis bien arrêtés sur certaines questions morales, qui lui auraient sûrement valu des débats houleux en cours de philosophie, mais s'abstenait néanmoins de juger ceux qui ne correspondaient pas à l'idée qu'elle se faisait d'une vie exemplaire.

    ─ Je les vois plutôt comme des allégories. Dans le même genre que les histoires qu'on raconte aux enfants pour leur faire comprendre le monde, et essayer de les pousser à être meilleurs. Ca a un nom d'ailleurs, dans le jargon on appelle ça des paraboles.

    Elle cherchait ses mots. Le terme de science-fiction lui vint à l'esprit, mais elle le repoussa vite.

    ─ Je ne pense pas voir un jour Jésus redescendre sur terre pour nous annoncer que le jour du Jugement Dernier est arrivé. D'ailleurs, j'ai même un peu de mal à concevoir le fait qu'il soit réellement revenu d'entre les morts. Mais je n'ai aucun doute sur le fait qu'il ait existé, et qu'il soit mort en martyr par amour des hommes.

    Les avait-ils sauvés de leurs pêchés, cela restait à voir.

    ─ De même pour les cavaliers, et le Jugement. Les cavaliers représentent chacun quelque chose. Trois d'entre eux représentent respectivement la guerre, la famine, et la mort par maladie -je crois, excuse mes vieux souvenirs. Je doute de voir jamais des cavaliers apporter la fin du monde en fauchant tous les pêcheurs. Mais la guerre, la famine et la maladie, je peux le concevoir. Elle eut un sourire un peu amer, chose qui ne lui ressemblait pas. Surtout la maladie.

    Alice frissonna. Il faisait plus froid qu'elle ne pensait.
    Elle hésita avant de poursuivre.

    ─ La religion sert -servait- surtout à donner un but à la vie de millions de gens. Moi y compris -mais ça, tu le sais déjà. Des histoires pour inciter les gens à être meilleurs. À leur donner l'espoir d'une vie meilleure que la leur après la mort s'ils sont bons, ou les effrayer s'ils font le mal en toute connaissance de cause. Je ne pense pas qu'on croisera des cavaliers, des dragons, ou un sauveur envoyé par Dieu. Mais s'il y a bien encore quelque chose à laquelle je m'accroche, c'est l'idée d'une vie après la mort. Alice fut un peu mal à l'aise en disant cela. Il le savait déjà, bien sûr, mais elle avait toujours un peu peur d'être jugée par son esprit scientifique en affirmant ce genre de convictions. La vraie mort, je veux dire. Celle dont on ne se réveille jamais.

    Alice se tut, la bouche pâteuse. Énoncer ses croyances à voix haute la faisait se sentir stupide. Il y a dix ans, elle aurait été capable de dire fièrement, dans la cour du collège ou du lycée, que oui, elle croyait en Dieu. Oui, elle allait à la messe tous les dimanches, oui, elle avait lu des fragments des deux Testaments. Et elle n'en avait pas honte. Fière de croire.
    Mais dans ce monde-ci...? Comment pouvait-on vraiment croire à une vie meilleure après la mort ? Comment avoir Foi en un dieu qui laisse de telles choses se passer ? Elle connaissait l'histoire de Job. Il perd tout, sauf la foi, et Dieu le récompense à la fin. Mais maintenant que c'était elle, Job; elle, Luka, Lise, Jacob, et plus encore qu'eux -après tout, ils avaient encore leurs amis- Lorentz, Malik, Mythri, Cat; comment approuver un jeu si cruel ? L'être humain est un cafard qui se révolte, à l'échelle divine. Mais c'était cette échelle qui révoltait Alice, à présent. Ils n'étaient pas des cafards, et ils avaient le droit de vivre heureux. On leur avait enlevé, et ils tentaient tout de même de se reconstruire. À présent, plus qu'en Dieu, Alice avait foi en l'Homme. Le séjour au camp de la Mante l'avait ébranlée, mais l'arrivée au refuge avait planté les racines de cette foi encore plus profondément : l'homme, l'homme-cafard, l'homme-grouillant, l'homme-rampant pouvait tout de même faire de grandes choses. Pas une tour d'un kilomètre de hauteur; mais un abri pour quelques chiens, quelques poules, sur le toit d'un mall. Pas une énième centrale nucléaire plus puissante; mais une soirée ensemble, à parler, s'occuper, se rapprocher, pour ne pas sentir à quel point on est seul.

    Jacob, si un matin tu entends des trompettes, tu sauras que je me suis trompée, et j'irai bel et bien te rejoindre au Purgatoire.


    [Pardon, je crois que je me suis un peu emportée niveau longueur de rp, d'autant plus qu'il est tard, c'est sûrement pas cohérent mais j'ai fait de mon mieux >< -surtout vu la faible épaisseur de mes connaissances théologiques haha]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob
Never grow up.


Messages : 1326
Date d'inscription : 25/08/2011
Age : 23

Feuille de personnage
P.U.F.: Hax-Makina
Relationship:
Cash: 20 + 15

MessageSujet: Re: Prise de hauteur [Jacob]   Sam 5 Déc - 14:18

    [ T'inquiète, j'aime beaucoup ! ]

    Les propos d'Alice le rassurèrent, d'une certaine manière.

    Même à l'époque où ils étaient un couple, l'allemand avait toujours soigneusement évité d'aborder le sujet de la religion, sachant pertinemment qu'il s'agissait pour eux d'un véritable problème en suspens. Plaçant en Alice une confiance aveugle, il s'était toujours conforté dans l'idée qu'elle était intelligente et que par conséquent, quand bien même sa famille était profondément catholique, elle ne pataugeait pas dans les affres de la religion bornée et dogmatique, celle-la même qui refusait de toute évidence de croire en l'existence d'un second degré d'interprétation et appliquait tout à la lettre.
    Celle qui poussait certaines écoles de leur pays à enseigner le Créationnisme à leurs élèves, qui condamnait ouvertement l'homosexualité, l'avortement et de manière plus générale la liberté de l'individu dans son ensemble, et de manière générale enfonçait de bons gros balais dans le cul de ses adeptes.
    Malgré cela, le doute avait toujours subsisté — le doute était un spectre qui de toute manière hantait et hanterait à jamais l'existence de Jacob –, et bien trop effrayé à l'idée que la réponse ne lui plaise pas et démystifie totalement à ces yeux celle dont il avait vaguement cru — espéré – un jour qu'elle pourrait partager sa vie jusqu'à la mort, il s'était muré dans le silence. Avait repoussé le problème, se mentant à lui-même en se persuadant qu'il pourrait éternellement remettre le potentiel débat au lendemain.
    Le terme potentiel était ici crucial : puisqu'au final, le débat n'avait pas lieu d'être.
    Et Jacob de ne pouvoir retenir un grand sourire satisfait étirer ses lèvres.

    — Ca se tient, souffla-t-il d'une voix tout juste audible.

    La vie de Jacob n'avait été jusque là qu'une interminable succession de déceptions. Cela l'avait peu à peu poussé à toujours envisager le pire, pour y être un minimum préparé. Sachant pertinemment qu'il ne pourrait jamais prétendre à un véritable bonheur, il avait opté pour la voie du moindre malheur, s'efforçant du mieux qu'il pouvait de limiter les dégâts. Il était donc normal que le doute ait subsisté. Il était même vraiment surprenant qu'Alice s'avère ne pas être une version blonde de Christine Boutin, un bon paquet d'années en moins. Sans l'avoir jamais crue capable d'un tel blasphème, ça aurait été dans la continuité logique des choses.

    Alors certes, lui, le concept de la vie après la mort il n'y croyait absolument pas — ou alors il avait été un sacré gros connard dans sa vie antérieure... et même toutes les autres, peut-être –, mais ce n'était pas un problème en soi. Ses épaules se soulevèrent tandis qu'il avalait une grande goulée d'air frais.

    — Sincèrement, je ne pense pas avoir très envie de renaître une fois mort. Surtout quand on voit ce qu'est devenu le monde.

    Après, elle se référait peut-être à une vie ailleurs. Dans une dimension parallèle peut-être. Sans zombies.
    Mais de toute manière le taux de natalité actuel du pays devait être bien trop faible pour pouvoir finir à tous les nouveaux macchabées d'être recyclés en d'adorables petits poupons, qui faisaient plus figure d'apéritifs pour zombies que de futurs survivants.
    Ersatz, désormais, avait abandonné — temporairement – l'idée de les suivre et décrivait de grands cercles autour d'eux, le nez rivé au sol, menant à bien une petite exploration réglementaire.

_________________
black#eebfa3#513C52
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Merciiiiiiii Faso !!!
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hax-makina.deviantart.com/
Mythri
Maître de la machette


Messages : 816
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 21

Feuille de personnage
P.U.F.: Faso'
Relationship:
Cash: 175 + 25

MessageSujet: Re: Prise de hauteur [Jacob]   Lun 7 Déc - 15:14



    Alice s'abstint de lui dire qu'une potentielle renaissance n'impliquait pas une réincarnation dite "païenne", mais la renaissance de l'esprit -le même, toujours Jacob- au ciel, ou en Enfer. Le même être, pas un nouveau, et certainement pas au milieu de morts-vivants assoiffés de sang. Mais elle jugea qu'il était plus sage de ne pas entrer dans le type de précisions qui impliquaient des nuages cotonneux, des anges avec des auréoles dorées au dessus de la tête, un grand portail d'or massif dans les nuages précédemment nommés ─pour faire court et kitsch. Jacob n'était pas exactement la personne avec qui elle avait le plus envie de parler de ce genre de trucs un peu étranges; il était trop rationnel et, même si elle même n'étais pas sûre, pour l'angelot à l'auréole -c'est même le moins que l'on puisse dire- elle préférait simplement couper court à un potentiel débat avant même que celui-ci ne naisse. Alice était cependant reconnaissante à Jacob de lui avoir posé la question. Cela lui donnait l'impression qu'il s'intéressait à elle, et c'était réconfortant. L'être humain aime que l'on s'intéresse à lui ─encore quelque chose qu'un dieu quelconque n'aurait pas aimé, tiens.
    Alice se contenta donc d'une réponse plutôt sobre.

    ─ De toute façon, tu ne seras pas là pour le voir, si le cas se présente. Et j'ose espérer qu'il ne se présentera pas...

    Pas avant plusieurs bonnes dizaines d'années, au moins. Un Jacob avec des cheveux blancs, et un début de bedaine. Au moins.
    Alice crut deviner ce qu'il allait dire, et partit sur la défensive, faisant semblant de plaisanter, mais au fond, très sérieuse :

    ─ Bah quoi ? Bien sûr que si c'est possible. Ça coûte rien d'espérer que tout se passera bien..

    Quelques larmes, quelques rêves brisés, tout au plus. Alice regretta ce qu'elle avait dit. Elle même n'était pas d'accord avec ça; et pour cause, elle avait déjà assez souffert en espérant pour rien -des nouvelles de ses parents, par exemple. Mais d'autres espoirs n'avaient pas été déçus. Alors, pourquoi pas ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob
Never grow up.


Messages : 1326
Date d'inscription : 25/08/2011
Age : 23

Feuille de personnage
P.U.F.: Hax-Makina
Relationship:
Cash: 20 + 15

MessageSujet: Re: Prise de hauteur [Jacob]   Lun 7 Déc - 18:58


    ─ De toute façon, tu ne seras pas là pour le voir, si le cas se présente. Et j'ose espérer qu'il ne se présentera pas...

    Encore heureux ! Son égo déjà pas mal atrophié aurait essuyé une sacrée claque si les quelques choses qu'il considérait comme des bases stables dans sa vie — les anges qui jouent de la trompette, ce genre de chose – se retrouvaient balayées d'une traite.

    ─ Bah quoi ? Bien sûr que si c'est possible. Ça coûte rien d'espérer que tout se passera bien..

    Levant les yeux vers elle, il la scruta attentivement, laissant derrière lui toute forme de politesse pour répondre au seul appel de cet instinct étrange et irrationnel qui lui soufflait que sa réplique n'était pas aussi désinvolte qu'elle ne souhaitait lui faire croire. Il n'y comprenait décidément rien, aux relations humaines. Un sentiment abstrait qui germait ainsi en lui sur une base inexistante. Et son esprit si peu habitué à sortir d'un cadre strictement intellectuel qui se débattait désespérément pour tenter d'appréhender le tout.
    Du conscient et du subconscient, Jacob ne sut qui croire.
    Sans qu'il ne s'en rende compte, néanmoins, il avait vaguement commencé à lever les mains, paumes à plats — à une poche de glace près – dirigées vers elle, en signe d'apaisement. Bien heureusement pour lui, il arrivait que le fameux subconscient kicke un bon coup son comparse et prenne les choses en main. Faute de quoi il aurait certainement été un putain de robot.

    Ca coûte rien d'espérer que tout se passera bien.

    Un mince sourire étira le coin de ses lèvres, flanquant son visage d'une moue amusée.

    — Ton optimisme éclatant contre mon pessimisme à toute épreuve. Retour d'une vieille rengaine.

    Ca avait au moins, en la circonstance actuelle, le mérite de le faire sourire. A une époque, ça l'en avait littéralement rendu malade, puisqu'il était clair que cette opposition constante entre leurs deux manières radicalement différentes d'appréhender les choses jouait un rôle considérable dans...
    ... ce qu'il était advenu d'eux.
    Il lui arrivait parfois — maintenant, par exemple – de se demander comment Diable il avait un jour pu penser que ça pourrait coller de manière durable entre eux. En y rependant maintenant, il se sentait une fois de plus foutrement con.
    Mais Dieu qu'il y avait cru.
    Dieu qu'il avait été con.
    Dieu qu'il aurait encore aimé y croire comme il l'avait fait à l'époque.

    Il lui aurait bien répliqué que l'Existence Terrestre avait déjà connu son lot d'Extinctions de Masse et qu'ils pataugeaient en plein dans la sixième, mais cela ne lui aurait servi à rien, à part à se comporter comme un sinistre et cynique connard. Il aurait été totalement égoïste de laisser son absence totale de foi nécroser l'espoir qui l'animait.
    Et puis, bon. La vie s'était toujours relevée de sous les décombres ensuite. Ils ne serait juste plus là pour la voir émerger de nouveau.
    Ils mourraient dans la Purge, comme toute la race humaine, se relèveraient peut-être après la mort, mais redeviendraient poussière, au bout du compte.

_________________
black#eebfa3#513C52
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Merciiiiiiii Faso !!!
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hax-makina.deviantart.com/
Mythri
Maître de la machette


Messages : 816
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 21

Feuille de personnage
P.U.F.: Faso'
Relationship:
Cash: 175 + 25

MessageSujet: Re: Prise de hauteur [Jacob]   Mar 8 Déc - 19:40


    — Ton optimisme éclatant contre mon pessimisme à toute épreuve. Retour d'une vieille rengaine.

    Alice planta ses yeux dans ceux de Jacob. Du moins, fit du mieux qu'elle put dans l'obscurité qui les enveloppait tous les trois -Jacob, Ersatz et elle. Et la poche de glace, bien sûr. Elle ne savait pas vraiment comment interpréter sa dernière remarque. Une partie d'elle le prenait assez mal, très loin, au fond d'elle, et prenait la mouche, tandis que l'autre partie, celle qui avait la majorité, celle qui gagnait toujours, lui soufflait qu'il était ridicule de se sentir visée. Après tout, ce n'était qu'un constat. Comme elle se l'était déjà dit dans la soirée, Jacob n'était pas un cynique. Il constatait, simplement, de la même façon que les choses lui apparaissaient à lui. C'était sans doute pour cela qu'il pouvait sembler que Jacob était grinçant. Mais Alice savait que non : c'était simplement qu'il voyait tout à travers une grille noire. Ainsi donc, au lieu de s'emporter, ce qui aurait été ridicule et injustifié, Alice esquissa un fin sourire.
    C'est une façon de voir la vie. Blanc, brillant, ou noir, sans espoir.
    Elle ne lui dit pas, bien sûr. Elle savait que Jacob n'avait pas eu de chance. Pas un retour de karma quelconque, juste... pas de chance. Elle s'estimait heureuse d'être en vie; lui devait sans doute regretter de ne pas être mort. C'était ainsi, et personne n'y pouvait rien -il paraît. Mais ça, Alice avait du mal à l'avouer. C'était d'ailleurs une des causes de leur rupture : Alice aimait s'imaginer en Sauveuse. Arrogant, sans doute, mais cela partait d'un bon sentiment. Ce qui était gênant, c'est que Jacob ne voulait pas être sauvé. Du moins, c'est ce qu'elle avait fini par se dire.

    ─ Puisqu'on était au rayon philosophie de la bibliothèque; on peut parler du Yin et du Yang.

    Elle, blonde presque platine; lui, tignasse brune. Il s'habillait souvent en noir; elle portait souvent des couleurs claires. Ils ne l'avaient pas fait exprès, mais c'était ainsi. Dans les faits, ils n'étaient pas vraiment mal assortis. Mais certains petits détails pouvaient titiller l’œil de l'observateur attentif, et l'amuser.

    ─ En théorie, ça fonctionne.

    En théorie.
    Alice fourra ses mains plus profondément dans les poches de sa veste, espérant ainsi les réchauffer.

    ─ On a du louper un truc dans l'équation.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Prise de hauteur [Jacob]   Aujourd'hui à 3:55

Revenir en haut Aller en bas
 
Prise de hauteur [Jacob]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [RP]Prise de Joinville
» [CR] EPT Prise d'otages à Loyada
» prise de control et mal d'invocation
» [Récit-RP] Prise de Montauban.
» doc prise de son multi canl

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*SUN CITY :: Le Refuge. :: Le Toit.-
Sauter vers: