Forum RPG post-apocalyptique, rock'n'roll, à prix cassé
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [LIBRE] La Fouille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Dealer de caddies


Messages : 166
Date d'inscription : 28/08/2011
Age : 19

Feuille de personnage
P.U.F.: Innuendo
Relationship:
Cash: 20

MessageSujet: [LIBRE] La Fouille   Dim 20 Déc - 13:45

    Ce qu'il foutait là, ça, c'était encore une histoire rocambolesque digne d'un excellent film américain. Si un jour ils trouvaient l'antidote contre l'épidémie qui semblait décomposer les gens, Icare se disait qu'il pourrait tout à fait devenir scénariste pour un studio californien renommé. Bon, ça inclurait pas mal de zombies et quelques courses-poursuite hasardeuses, mais ça semblait assez - voire, complètement - viable pour sortir un blockbuster.

    L'histoire se répétait, encore et encore : le jeune homme se retrouvait dans un endroit au pif parce qu'il s'était paumé, endroit qui s'avérait rempli de goules, donc il fuyait toujours au pif après en avoir massacré quelques unes, se planquait dans un coin, les regardait partir avant de poursuivre sa course à l'aveugle dans un autre coin du centre commercial. En ce sens, ses journées étaient presque répétitives, entre les explorations et les fuites, et ce retour quasi-miraculeux au refuge. S'il ne parvenait consciemment à se souvenir de la route qu'il prenait, Icare soupçonnait son instinct de survie d'être complètement capable de retrouver l'escalier de servie, peu importe où il se trouvait dans le mall.

    Ainsi donc, au terme d'une énième errance, Icare se tenait face à ce magasin dans lequel il n'avait, ô miracle, jamais mis les pieds. Le centre commercial était tellement immense qu'en six ou sept mois, il n'avait encore jamais réussi à en faire complètement le tour ; c'était une véritable ville dans la ville, aux immeubles cachés. En réalité, c'était le parfait endroit où se trouver en cas d'apocalypse zombie.

    Qu'il en avait, de la chance.

    Sans plus s'attarder, Icare entra dans Animal Instinct.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mythri
Maître de la machette


Messages : 816
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 21

Feuille de personnage
P.U.F.: Faso'
Relationship:
Cash: 175 + 25

MessageSujet: Re: [LIBRE] La Fouille   Lun 21 Déc - 10:21


    [Coucou, j'espère que tu n'en as pas marre de moi (a)
    EDIT : bordel de couille, j'ai vraiment la poisse avec les dés]


    Ce jour-là, Alice était de sortie. Assez rare pour que cela vaille la peine de le faire remarquer; moins exceptionnel que cela aurait pu l'être il y a quelques semaines. Le souvenir de sa première sortie -désastreuse- dans le mall était toujours gravé dans un coin de sa tête, mais Alice avait pris une résolution : elle sortirait. Elle avait peur -bien sûr- et ne savait pas se battre -ou à peine- mais elle était dehors. Son pantalon blanc avait été troqué contre un jean noir, son t-shirt gris fatigué contre un t-shirt bordeaux. Sa veste de cuir était toujours là -solide, pratique pour arrêter une agression superficielle- ainsi que ses cheveux blonds et sa bouille d'ange. Même changée, parée de couleurs sombres, Alice avait l'air décalée dans cet univers -celui des goules, celui de la pestilence, en un mot, celui du mall. Elle était plus à l'aise au refuge. Elle étudiait la botanique, et réfléchissait à un moyen d'améliorer la vie quotidienne des réfugiés. En un mois, elle n'avait pas vraiment eu le temps de faire quoi que ce soit de concret, mais cela l'aidait à s'occuper l'esprit. Elle était sortie deux fois : pour tenter d'aller chercher des vêtements -sex-shop, goule, blessure, Jacob, vaseline, goules, fuite. Échec, donc. Tout ce qu'elle avait ramené de cette sortie, c'était une coupe menstruelle -utile, très utile, une flopée de souvenirs embarrassants, une opportunité de renouer quelques liens avec Jacob... Et sa première goule tuée. Elle tâchait de ne pas trop y penser, mais ce souvenir la hantait chaque fois qu'elle sortait -ou pensait le faire, ce qui arrivait plus souvent. Seconde sortie : avec Luka, au Top Model. Elle avait trouvé pas mal de vêtements là bas, plus ou moins utiles. Et un sac; celui la même qu'elle portait au bout du bras ce jour là.
    Car -retour à la case départ après une longue digression- ce jour là, Alice était de sortie.
    Elle avait besoin de chaussures, comme le lui avait judicieusement fait remarquer Jacob : une paire de sandales ouvertes, c'était porte ouverte -justement- à diverses blessures. Et personne n'avait envie de ça -surtout pas elle.

    Sauf que, de toute évidence, elle était perdue. Elle avait voulu sortir seule, et avait emprunté le couteau qu'avait trouvé Mythri dans la semaine -elles s'échangeaient régulièrement des items, ayant bien sympathisé, ouijesaiscesonttouteslesdeuxmespersospshhtshutup. Elle ne savait pas comment s'en servir, mais toujours plus que d'une pelle ou d'un flingue. Alice avait confiance en la nature humaine, mais avait tout de même pris son taser avec elle -celui qu'elle avait trouvé cette nuit-là, au camp de la Mante. Elle ne pensait pas avoir besoin de s'en servir, mais se passer de cette précaution aurait été puéril. Elle était peut-être un peu naïve, mais pas niaise.

    Devant elle, une haute silhouette blonde. La taille de Jacob, à peu près, mais ce n'était pas lui. Non, vraiment pas. De dos, Alice reconnut l'un des réfugiés avec qui elle partageait le dortoir depuis plus d'un mois. Elle pensait qu'il s'appelait Icare, mais n'en était pas sûre. Enfin, si, elle en était sûre. Elle ne lui avait jamais parlé -il n'était pas souvent là. Aussi blond qu'elle, yeux de la même couleur, Alice savait qu'il jouait du violon -comment le savait-elle ? Mystère.
    En tous les cas, son apparition était une chance : une main tendue. Alice n'aimait pas être seule dans le mall -d'ailleurs, pourquoi n'était-elle pas sortie avec Luka, Lise ou Jacob ?- mais cette silhouette familière était une bouée qu'on lui jetait avant même qu'elle n'ait l'opportunité de se noyer. Elle suivit donc Icare à l'intérieur de l'enseigne.

    Elle avançait vers Icare pour lui signaler sa présence, quand elle trébucha sur quelque chose qui jonchait le sol. Pas très discret, comme entrée. Alice ne tomba pas, et réussit par un moulinet peu gracieux de ses longs bras à retrouver l'équilibre. Elle ne tomba pas; mais elle cria. Car ce qui venait de manquer de la faire s'étaler au sol, c'était une main. Une main froide, visqueuse -morte. Le cri avait été un réflexe idiot, elle le savait. Il n'avait pas porté loin -juste assez pour que Icare et toutes les goules qui se trouvaient à moins de cinq mètres l'entendent. Heureusement pour elle, il n'y avait que Icare dans ce périmètre -a priori. Et cette chose, qui venait de l’agripper. Alice tira sur sa jambe, espérant faire lâcher prise à la goule -qui était en fait un homme -mort- dans la fleur de l'âge. Peine perdue : les doigts étaient vissés à sa cheville, et elle sentait les ongles s'enfoncer dans sa peau. C'était la deuxième fois. La douleur lui fit monter les larmes aux yeux. À moins que ce ne fut la certitude qu'elle allait devoir tuer -achever- cet homme -ce cadavre. Il se hissait en tirant sur son bras, déséquilibrant Alice. Son couteau était attaché à sa ceinture, et passa dans sa main. Elle ne savait pas comment s'y prendre. Les mâchoires se rapprochaient, claquaient dans le vide -bientôt sur la peau blanche, fragile, chaude. Alice tira encore sur son pied, et réussit à se dégager. L'élan la fit tomber sur le sol, à moins d'un mètre de la goule. C'était le moment d'agir, elle le savait. Deux certitudes pulsaient au sein de son corps, dans ses veines, étourdissaient son cerveau : elle devait le faire, et elle ne le voulait pas.
    Son bras agit sans l'accord du poste de commande, et s'abattit sur la tempe de la chose qui rampait vers elle. Le couteau pénétra dans le crâne avec une facilité écœurante -du beurre. Le travail de sept mois de décomposition imparfaite. La goule cessa de bouger. Alice resta au sol un instant, mâchoires serrées, et se releva.
    Je n'aurais jamais dû sortir.


Dernière édition par Mythri le Lun 21 Déc - 10:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Narrateur.
La Sainte Trinité.


Messages : 1031
Date d'inscription : 25/07/2011

Feuille de personnage
P.U.F.:
Relationship:
Cash: 0

MessageSujet: Re: [LIBRE] La Fouille   Lun 21 Déc - 10:21

Le membre 'Mythri' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'FP Animal Instinct' :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sun-city.forumactif.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [LIBRE] La Fouille   Aujourd'hui à 3:57

Revenir en haut Aller en bas
 
[LIBRE] La Fouille
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ville Libre de Mévry
» [Blabla] Presse Libre - Ecrivez votre commentaire!
» OU SE TROUVE LE BOUTON LIBRE CREDIT SUR JEUTEL?
» Houston ? Nous avons un problème (pv libre)
» le québec libre!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*SUN CITY :: 2nd Floor. :: Fashion Palace. :: Animal Instinct.-
Sauter vers: