Forum RPG post-apocalyptique, rock'n'roll, à prix cassé
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 JF bien sous tout rapport recherche un peu de confort - Jacob

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mythri
Maître de la machette
avatar

Messages : 821
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 21

Feuille de personnage
P.U.F.: Faso'
Relationship:
Cash: 175 + 25

MessageSujet: JF bien sous tout rapport recherche un peu de confort - Jacob   Sam 10 Juin - 13:36



    https://www.youtube.com/watch?v=FIs-QiED5Yw

    Une fin d'après-midi du mois de Juin, somme toute classique.

    Alice avait passé la journée à faire des plantations et ramasser celles qui avaient porté leurs fruits -et légumes. Elle avait le dos en compote, de la terre sous les ongles, et un coup de soleil sur le nez, mais elle se sentait plutôt bien. Après quelques heures passées au refuge quand il avait commencé à faire trop chaud -sur le coup de 16h, elle avait décidé qu'il fallait vraiment faire quelque chose pour son matelas. Depuis qu'elle était arrivée au refuge, il y a environ un mois, elle partageait un petit morceau de sol avec Lise, coincée entre le mur et les autres survivants de part et d'autre de ses pieds et sa tête. Son matelas était un matelas de camping tout défoncé, et on ne pouvait pas vraiment dire qu'elle passait de super nuits. Non pas que ses nuits soient très longues, mais tout de même, elle sentait que son mauvais sommeil commençait à avoir des conséquences sur son humeur -en l'occurrence, Alice était plus vite agacée par un certain nombre de choses... Et Alice n'était pas du genre à être agacée. Elle se mettait franchement en colère en de rares occasions, quand il le fallait ou qu'on manquait de respect à un de ses proches -ou à elle-, et le reste du temps elle restait stoïque. Mais là, Alice se sentait de plus en plus comme une pauvre fille au bord de l'hystérie à chaque petit tracas du quotidien qui l'aurait en temps normal trouvée aussi impassible qu'un roc au milieu d'un océan de choses qui ne se passent pas comme prévu. Cela ne se répercutait pas sur son comportement, car Alice était maîtresse d'elle-même, mais c'était tout de même pesant. Ne serait-ce que pour son moral et son optimisme, qui en prenaient un coup. Alors Alice avait décidé de changer un peu les choses, et de trouver un matelas. Un vrai, confortable. Pourquoi pas un 140, pour le partager, lui en son confort, avec Lise, si elles trouvaient la place de le faire rentrer sur leur petit espace. Elle avait voulu y aller avec elle, mais elle ne l'avait pas trouvée, ni Lise ni Luka. Probablement fourrés ensemble à un endroit où un autre du mall -pour ce qu'elle en savait, peut être un salon de coiffure, connaissant Luka.

    Elle s'était donc résignée à aller faire un premier tour de reconnaissance seule -elle ne pensait pas rencontrer de nuisibles sur la route, mais avait tout de même emprunté son couteau à Mythri, sa voisine de casier. Elle espérait ne pas avoir à s'en servir, mais doutait qu'il soit nécessaire, pas grand monde à la literie, d'après ceux à qui elle avait demandé. Simple précaution.

    Ce n'était que sur le chemin que Alice s'était sentie très stupide d'y être allée toute seule : elle avait oublié de demander à Jacob. Pas plus mal, peut-être. Elle n'avait pas envie qu'il pense qu'elle le prenait pour un garde du corps. Et puis, ça aurait peut-être été un peu gênant.

    Alice entra donc -presque- sans regrets dans la boutique de literie.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob
Never grow up.
avatar

Messages : 1328
Date d'inscription : 25/08/2011
Age : 24

Feuille de personnage
P.U.F.: Hax-Makina
Relationship:
Cash: 20 + 15

MessageSujet: Re: JF bien sous tout rapport recherche un peu de confort - Jacob   Lun 12 Juin - 20:31

    Premières lueurs du matin : cinq heures. Les yeux fixant un plafond gris qu'il ne connaît que trop, Jacob s'interroge.
    Cette vague gêne qui frémit derrière son oeil, comme un nerf qui se tord sans raison, serait-elle le prémisse d'une journée bien trop longue ?
    L'angoisse le saisit. Dans le doute il se redresse, un peu trop vite sans doute ; car voilà que la gêne se mue en pression et que l'orbite semble tout à coup devenir trop étroite.
    Ne pas y penser.
    Jacob serre les dents. Plus facile à dire qu'à faire.
    Cela fait deux jours qu'il n'a rien pris, et alors qu'il se sentait presque pousser des ailes, voilà que la réalité le rappelle à l'ordre.

    Premiers néons qui crépitent : cinq heures dix. L'eau froide ruisselle sur son corps et ça l'aide à ne pas trop y penser. A peine a-t-il reposé le pommeau de douche que la pression revient. Jacob inspire, une fois, deux fois. Ca peut s'arranger. Il ne faut juste pas y penser.

    Soleil radieux : onze heures. Posé dans le kiosque de Sun Plaza, massant lentement sa tempe du bout des doigts, Jacob songe que si ce mall est bien grand, dans le fond, il n'est bien qu'une cage dorée. Il se prend à rêver de grands espaces, du chant des vagues et des feuilles qui bruissent. Un endroit où l'air sent bon le sel, ou la terre, peut-être. Peut-être que là, il pourrait vraiment oublier. En attendant la seule odeur qui parvient à ses narines, en dehors de celle de l'herbe désormais sèche qui borde la place, c'est le parfum de la mort. Non loin, Ersatz pousse un aboiement bref. Des goules l'ont repéré et font marche vers lui. Un brin dépité, il se décide à bouger. De Sun City, on ne s'échappe jamais vraiment.

    Break brûlant : treize heures. Il se sent un peu nauséeux mais ne peut s'abaisser à ne rien prendre. Juché sur le Toit, il mord sans grand appétit dans la tomate fraichement récoltée qu'il a récupéré en cuisine. Elle est sucrée, rafraichissante. La sensation du jus qui coule dans sa gorge — et ses tentatives pour ne pas en foutre plein son tshirt – lui changent les idées, sans même qu'il ne s'en rende compte.

    Le temps se fige : seize heures trente. Il est sans doute un peu pâlot mais ça va relativement bien. Pas le meilleur jour de sa vie, ni le pire, juste une journée de plus à tenter de se dire qu'il va bien. Ersatz et lui passent devant l'animalerie, désormais ravagée par le passage de Guernica. Il envisage vaguement d'aller à la recherche de croquettes, mais ne se sent pas la motivation d'avoir à se charrier de gros sacs jusqu'au Toit. Un effort et du stress pourraient lui déclencher une crise, cette crise-même qu'il tente d'esquiver depuis le matin. Aujourd'hui, c'est décidé : Jacob se la coule douce. Il fait un tour avec son chien, et ira sans doute laisser sa tortue gambader dans le potager lorsqu'il rentrera. Dans une dizaine de minutes sans doute. Elle n'attend certainement que ça.

    C'était en tout cas le plan initial. Celui qu'il aurait mis à exécution si tout à coup Ersatz n'avait poussé un bref jappement et fait route vers l'enseigne de la literie alors qu'ils allaient la contourner. Brisés, les rêves de farniente.

    ***


    Se raidissant légèrement, il suivit du regard l'animal qui allait se poster devant l'entrée de l'échoppe et plantait son regard sur lui, l'air inquisiteur. Il arrivait fréquemment à Jacob de se demander si ce chien n'était pas franchement plus intelligent que lui. Franchement plus intelligent que ce qu'on aurait pu attendre d'un chien. S'il s'agissait d'un chien franchement normal, ou si ce monde qui ne tournait clairement plus rond depuis que les morts s'extirpaient de leurs tombes pour venir boulotter les vivants n'avait pas choisi de placer sur son chemin une bizarrerie de plus. Il serait probablement mort depuis longtemps si Ersatz n'avait veillé sur lui. Et le pire, c'est qu'Ersatz semblait en être parfaitement conscient, mais n'en avait pas grand chose à faire. Comme si cela avait été on ne peut plus naturel. Peut-être parce qu'Ersatz serait probablement mort sans lui, seul dans cette animalerie. Ils se rendaient la pareille. Entre gens un peu handicapés sur le plan social, mais qui faisaient pourtant de leur mieux pour s'intégrer à la masse.
    Ersatz n'était pas le plus joueur des chiens. Il semblait certes apprécier la compagnie de ses congénères et s'adonnait à de nombreuses joutes en leur compagnie, mais gardait toujours Jacob à l'oeil et revenait systématiquement vers lui lorsqu'il faisait le moindre geste pouvant suggérer qu'il risquait de se mettre en marche. Ou lorsque quelqu'un s'approchait. Comme pour vérifier que tout allait bien se passer. Qu'il n'y avait pas de problème. Ersatz semblait aussi sensible à sa douleur. Son comportement changeait lorsque Jacob avait mal. Le pire était qu'il changeait même avant que la migraine n'arrive, comme s'il la sentait venir. Comme s'il voulait le prévenir.
    Dans tous les cas, ils étaient bien dépendants l'un de l'autre. Il supposait que c'était parce que le chiot n'avait pas été correctement sevré. Qu'il avait eu une enfance un peu merdique. Exactement comme lui, en fait.
    Ils s'étaient bien trouvés.

    Résigné au fait que si le chien lui signifiait clairement qu'il fallait entrer dans cette literie, c'était parce qu'il y avait quelque chose qu'il estimait intéressant à l'intérieur, l'humain tira la porte à lui, veillant soigneusement à ne pas attirer l'attention des zombies, et s'engouffra à l'intérieur à la suite du chien. Qui, de son pas trottinant, se dépêcha de filer entre les matelas, avec de toute évidence une destination précise en tête. Se laissant porter par la vague, Jacob ne mit qu'une dizaine de secondes avant de retrouver le berger. Fièrement assis aux pieds d'Alice, la queue remuante et l'oeil brillant de malice. Putain de prévisible.
    Sentant qu'un malaise allait très vite s'installer s'il ne prenait pas les choses en main et ne brisait pas la glace, et Dieu merci suffisamment en confiance avec elle pour se permettre ce genre de frasque qu'on ne lui connaissait guère, Jacob eut l'audace de dire la première connerie qui lui passa par la tête, et de ne pas s'enfermer dans le mutisme dont on le savait coutumier :

    — Promis, je ne te stalke pas.

    Il désigna le chien d'un petit signe de menton.

    — Mais visiblement, lui, si.

    L'accusation ne sembla pas échauffer Ersatz, qui se contenta de lever les yeux vers Alice, la gratifiant de ce grand sourire à la langue pendante dont seuls les chiens avaient le secret, lorsqu'il faisait suffisamment chaud en tout cas.

_________________
black#eebfa3#513C52
CasierRP


Merciiiiiiii Faso !!!
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hax-makina.deviantart.com/
Mythri
Maître de la machette
avatar

Messages : 821
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 21

Feuille de personnage
P.U.F.: Faso'
Relationship:
Cash: 175 + 25

MessageSujet: Re: JF bien sous tout rapport recherche un peu de confort - Jacob   Jeu 15 Juin - 22:32



    Le bruit des griffes qui cliquetant contre le sol fit se retourner Alice. Ce n'était pas le bruit d'une goule, mais son mouvement fut tout de même un peu trop vif pour le bien de sa nuque, qui lui fit savoir par une crampe douloureuse qu'elle n'était pas satisfaite de ce changement de direction soudain. C'est avec un soulagement teinté de douleur, et de la promesse d'un torticolis pendant quelques heures qu'Alice observa Ersatz s’asseoir à ses pieds, continuant à remuer la queue de droite à gauche, balayant le sol avec une joie non dissimulée.

    - Salut, toi. T'as perdu ton maître ? fit-elle, en se penchant pour grattouiller le berger suisse derrière les oreilles -là où sa fourrure blanche était toute douce et duveteuse.

    Le bruit des pas du maître en question fit se redresser Alice, qui s'attendait de toute façon à le voir apparaître : elle aurait été plutôt (très) inquiète si Ersatz se promenait tout seul dans le centre commercial.

    Tandis que Jacob tentait de détendre l'atmosphère, Alice continuait de caresser la tête d'Ersatz, qui semblait apprécier le traitement. Les commissures de ses lèvres se redressèrent en un sourire amusé à la dernière remarque de Jacob.

    - Je crois bien que tu as raison. On a un bon feeling, lui et moi. Enfin je crois. T'es d'accord ?

    La question était adressée à Ersatz.

    - Tu as besoin d'un matelas, ou bien Monsieur t'as fait faire un détour ?

    Alice ne se souvenait pas de ce sur quoi dormait Jacob, mais elle était prête à parier que son lit était plus confortable que le sien. Et le pire, c'est qu'il ne l'occupait pas vraiment, ce lit en question. Il passait souvent l'essentiel de sa nuit -parfois jusqu'aux premiers frissons de l'aube- sur le toit. Il n'avait jamais beaucoup dormi. Mais Alice n'allait pas pour autant lui voler son lit, sous prétexte qu'il ne l'occupait pas. C'était lui qui risquerait de prendre peur, sinon.

    - Le deuxième, je parie.

    Alice sourit à nouveau, puis se redressa pour de bon, et montra les rayons devant eux d'un vaste geste de la main -un peu vague, ne sachant sur quoi s'arrêter.

    - Ça te dérange de me servir de seconde paire de bras, alors ? J'étais venue prospecter en prévision de la réalisation de mon projet du moment, qui consiste à nous offrir, à Lise et moi, un matelas décent.

    Elle ajouta, se sentant d'humeur communicative :

    - Mais ne lui dis pas, cela dit. Ca lui fera la surprise.

    Alice ne savait pas trop ce qui lui prenait, mais elle se sentait bien -du genre de "bien" qui arrive la plupart du temps après quelques verres de cidre. Elle ne savait pas s'il fallait le mettre sur le compte de la fatigue ou sur la joie de voir un autre réfugié alors qu'elle pensait être seule -d'autant plus que le réfugié en question était Jacob, dont elle apprenait peu à peu à apprécier la compagnie sans trop de malaise. Comme quoi, la proximité forcée -eux, plus une quinzaine de personnes-, ça rapproche. Elle était néanmoins reconnaissante que ce rapprochement se fasse dans le bon sens, et pas dans un sens gêné, bizarre, ou pire encore.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob
Never grow up.
avatar

Messages : 1328
Date d'inscription : 25/08/2011
Age : 24

Feuille de personnage
P.U.F.: Hax-Makina
Relationship:
Cash: 20 + 15

MessageSujet: Re: JF bien sous tout rapport recherche un peu de confort - Jacob   Sam 17 Juin - 13:24

    Il acquiesçait en silence, observant tour à tour la jeune femme puis le chien qui semblait ravi de la situation.
    Il était vrai que le courant passait très bien entre eux. Si Jacob n'avait aucun doute quant au pouvoir d'attraction d'Alice — auquel il avait après tout déjà succombé quelques années plus tôt –, il y avait surement un peu plus que ça. Comme tout chien qui se respectait, Ersatz comprenait certainement bien mieux les humains que les humains eux-mêmes.
    Il n'y avait qu'à voir l'attitude bien plus relaxée et avenante qu'arborait l'animal lorsqu'il se trouvait en compagnie de Luka, de Lise ou d'elle. Il avait dès le début perçu les liens plus étroits qui le liaient à ses vieux amis, te les avait immédiatement adoptés. Il ne se comportait pas avec d'eux de la même façon qu'il pouvait le faire avec les autres membres du refuge, quand bien même ils pouvaient être des figures amicales voire complices comme ce pouvait par exemple être le cas pour Morgan. Et pour être honnête, Jacob avait l'impression que parfois, comme c'était le cas en ce moment précis, que le chien le poussait à les rejoindre lorsqu'il se murait un peu trop dans la solitude. Les rôles étaient un peu inversés et c'était le chien qui socialisait l'humain, non l'inverse.
    S'il lui était resté ne serait-ce qu'un soupçon d'orgueil, il se serait sans doute senti un peu nul à cette idée. Mais Jacob s'était résigné à son statut d'animal un peu bizarre, un peu raté depuis son plus jeune âge, et au lieu de ça il trouvait juste que la situation prêtait à sourire.
    Il se demandait ainsi, en observant le chien, si sa perception des liens qui le liaient aux autres membres du petit groupe d'amis était suffisamment fine pour qu'il puisse discerner qu'entre Alice et lui, il n'y avait pas eu que de l'amitié. Et il n'y avait toujours pas. C'était juste que l'accent romantique avait désormais fait place à une sorte de malaise. Qui, s'il semblait s'atténuer lentement, restait tout de même bien présent. Ne disparaîtrait probablement jamais. Mais cette idée-là venait peut-être de son pessimisme naturel.

    Les dernières paroles d'Alice lui firent réaliser que son amie et elle n'avaient effectivement pas de lit à proprement parler. Information qui devait être déjà stockée dans un recoin de son crâne mais qui demeurait latente, ensevelie sous un amas d'autres tracas, et qui se frayait désormais un chemin jusqu'à sa conscience. Il aurait probablement dû leur proposer de les aider à se dégotter quelque chose. Mais il avait été un peu plus paumé que d'habitude lorsqu'il les avait vues débarquer du Zombus, quelques semaines plus tôt. Puis il avait oublié.
    Luka n'avait pas de lit non plus. Mais ça ne semblait pas lui poser de véritable problème. En fait, il lui arrivait parfois de trouver son ami affalé sur son propre lit lorsqu'il passait dans le Dortoir. Il faudrait probablement lui en trouver un à lui aussi.

    — Tu as une idée de ce que tu veux ? fit-il en s'approchant du matelas le plus proche, un King Size qui devait facilement peser au moins autant que la jeune femme, et qui, s'il pouvait s'avérer très pratique pour barricader les portes en cas d'attaque de Dieu-seul-savait-quoi, serait probablement impossible à transporter jusqu'au Refuge, ou en tout cas pour un pauvre mec à la santé défaillante comme lui, même avec son aide, et ce quand bien même il y mettrait toute la bonne volonté du monde.

    Mais il devait bien y avoir des matelas plus faciles à déplacer dans le coin. La literie n'avait pas encore été vidée. Ca aurait peut-être été le cas si la Clinique avait décidé de venir s'y fournir, mais pour l'instant cette idée ne semblait pas leur avoir effleuré l'esprit. L'animosité qui régnait entre leurs deux leaders y était probablement pour beaucoup. Outre le fait qu'on trouvait déjà des lits dans les hôpitaux.

_________________
black#eebfa3#513C52
CasierRP


Merciiiiiiii Faso !!!
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hax-makina.deviantart.com/
Mythri
Maître de la machette
avatar

Messages : 821
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 21

Feuille de personnage
P.U.F.: Faso'
Relationship:
Cash: 175 + 25

MessageSujet: Re: JF bien sous tout rapport recherche un peu de confort - Jacob   Mar 20 Juin - 19:56



    Et en lui demandant ce qu'elle voulait, il effleurait presque par inadvertance un lit King Size, américain de format : plus épais qu'elle, ou plutôt qu'eux deux -plus Ersatz- réunis, ou du moins c'est ainsi qu'elle aimait s'imaginer ce lit -délice de confort potentiel- dont elle ne voyait que la face avant, sans perspective. Alice ne prit même pas la peine de faire le tour du matelas, ou d'y réfléchir : elle était assez réaliste -ou pas assez optimiste?- pour (sa)voir que ce lit resterait un doux fantasme, à jamais inaccessible. Petit un, ils ne pourraient pas le transporter; petit deux, le matelas était bien trop imposant pour le dortoir du refuge. Il n'était certes pas encore tout à fait plein à craquer, mais il faisait assez chaud en ce début d'été pour que la chaleur humaine lui fasse regretter, la nuit, de ne pas avoir de ventilateur. Un indice parlant, donc, sur l'impossibilité indécente d'occuper autant d'espace à elle toute seule - à elles deux, si elle comptait Lise dans la partie.

    C'est donc avec un soupir que Alice détourna les yeux du lit.

    - J'aimerais bien rêver, et ça me semble être l'endroit approprié pour ça mais... je pense que je vais partir sur quelque chose de plus classique. Genre, un matelas de 120. 140, max, rectifia-t-elle après une courte réflexion. Bref quelque chose qu'on puisse ramener, compte tenu de mes bras mous.

    Mou n'était pas exactement le terme ; ils se définissaient plutôt par l'absence de tout muscle convainquant. Ce qui n'était guère mieux.

    - Bref, je propose de changer de rayon, et tenter notre chance du côté des premiers prix. Matelas pas trop épais, de préférence roulé et comprimé dans du plastique, facile à transporter.

    Finalement, peut-être n'était-elle pas si réaliste que ça, se fit-elle remarquer. Facile à transporter et matelas dans la même phrase, dans un tel contexte, étaient le début d'une douce utopie. Au mieux, ils s'en tireraient avec un gros stress tout le long du trajet, et de muettes prières pour ne croiser "personne".

    Alice changea donc de rayon, partant au hasard à gauche pour tenter de trouver quelque chose de convenable.

    [EDIT : Bon ok je ne fais pas de commentaire RP sur ce dé fourbe et ironique, kss on y était presque]


Dernière édition par Mythri le Mar 20 Juin - 19:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Narrateur.
La Sainte Trinité.
avatar

Messages : 1032
Date d'inscription : 25/07/2011

Feuille de personnage
P.U.F.:
Relationship:
Cash: 0

MessageSujet: Re: JF bien sous tout rapport recherche un peu de confort - Jacob   Mar 20 Juin - 19:56

Le membre 'Mythri' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Sweet Dreams' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sun-city.forumactif.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: JF bien sous tout rapport recherche un peu de confort - Jacob   

Revenir en haut Aller en bas
 
JF bien sous tout rapport recherche un peu de confort - Jacob
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comment bien traiter son animal de compagnie -By Cookie-
» Vente Armée de Comte Vampire ! 30% de réduc !
» les Démonologues, les démonistes les plus fréquentables?
» Tout le bien et tout le mal que je pense de Yu-Gi-Oh
» Cities XL 2011 n'a pas le multicoeurs et ça ce n'est pas bien du tout

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*SUN CITY :: 3rd Floor. :: Sweet Dreams.-
Sauter vers: