Forum RPG post-apocalyptique, rock'n'roll, à prix cassé
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Event] Reunion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Narrateur.
La Sainte Trinité.


Messages : 1031
Date d'inscription : 25/07/2011

Feuille de personnage
P.U.F.:
Relationship:
Cash: 0

MessageSujet: [Event] Reunion    Lun 19 Oct - 16:43


    Le bus franchit les quelques mètres qui le séparait encore de l'autre groupe de survivants qui leur était venu en aide. Ces derniers s'écartèrent pour le laisser passer, y jetant parfois quelques regards entre deux coups assenées à une goule. Il pénétra dans le hall par le rideau de fer levé pour l'occasion.
    Sa vitesse descellera, jusqu'à ce qu'il s'arrête totalement dans un crissement de pneu.
    Alors que les survivants du Refuge fermèrent les portes, continuant à défendre le mall en éliminant tout zombies désireux de s'y introduire, un groupe de réfugié mené par Chester vint alors les épauler dans leur tâche, décuplant le nombre de morts zombies sous la force de leurs armes.
    Le chauffeur, George, appuya alors sur le bouton commandant l'ouverture des portes. Eux non plus ne resteraient pas plus longtemps inactifs, et prirent leurs défenses pour leur renvoyer l'ascenseur.

    Bientôt, le nombre de zombies fut presque réduit à néant. Ne restait que quelques âmes en peines, trainant loin d'eux en claudiquant.
    Maintenant, il était temps d'entamer la discussion.
    Ainsi que les retrouvailles...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sun-city.forumactif.fr
Lei
Gourou du baseball


Messages : 223
Date d'inscription : 11/07/2012
Localisation : Quelque part.

Feuille de personnage
P.U.F.: Lei
Relationship:
Cash: 15 + 10

MessageSujet: Re: [Event] Reunion    Lun 19 Oct - 18:30

    Faute de pouvoir être utile à ses camarades au vu de son jeune âge, Ezra s'était assis à coté des autres gosses du bus et s'était tu tout le long de la bataille qui opposait vivants et cadavres.
    Il ne comprenait pas non plus tout à fait ce qu'il était en train de se passer. Enfin si, il savait que les adultes du bus et du refuge étaient en train d'éliminer, on ne pouvait pas dire tuer puisqu'ils étaient déjà morts- les zombies qui entravaient le passage jusqu'au mall et qui, accessoirement, avaient pour projet de les boulotter. Ramassé sur lui même, il écoutait les adultes d'une oreille distraite et serrait sa peluche contre lui même comme si sa vie en dépendait. Ça avait beau faire des mois qu'ils avançaient des cet monde désormais hostile, personne ne semblait s'être vraiment habituée à la présence des goules pour la prendre comme une banalité. Lui non plus. Si il avait pour réflexe d'effleurer son arme de ses doigts lorsqu'il s'en trouvait quelques unes dans les parages, il abandonnait tout espoir de victoire lorsque ces quelques cas isolés devenaient un ras-de-marée putréfié et gémissant.
    Et, surtout, il ne voulait déranger personne.

    Lorsque le but s'arrêta définitivement, le gamin leva enfin les yeux.
    Il y avait du monde, ceux qui les avaient aidés et de nouveaux, aussi venus pour leur prêter main forte. Leurs visages lui étaient totalement inconnu, sauf celui d'un homme. Grand, blond et qui ressemblait beaucoup trop à papa pour ne pas être lui.
    Ezra se leva brusquement et observa l'individu de façon plus approfondie. Un grand sourire se dessina sur ses lèvres lorsqu'il reconnut bel et bien son paternel et, oubliant sa terreur passée, il attrapa sa peluche et se rua vers la porte du bus, slalomant entre les passagers qui, eux aussi, s'étaient levés pour regagner la sortie et attendant avec une impatience marquée lorsqu'il se trouvait incapable d'avancer plus vite qu'il le voulait à cause d'un bouchon dans l'allée.
    Mais enfin, au bout d'interminables secondes, il put sortir du bus. Ses prunelles claires se promenèrent rapidement sur chaque visage, à la recherche de celui de son père qu'il avait perdu de vue dans l'attente. Ses doigts se serrèrent autour de sa peluche. Il n'avait pourtant pas rêvé, c'était bien son paternel qu'il avait aperçu, quelques instants auparavant. Le doute n'était pas permis, ce n'était pas un individu lui ressemblant mais vraiment lui. Peu décidé à en rester là, il contourna les personnes placées sur sa route. Jusqu'à ce qu'il aperçoive de nouveau son père.
    Il le savait, que ce n'était pas un rêve.

    ▬ PAPAAAAAA !

    Avait il braillé de toutes ses forces en agitant l'une de ses mains.
    Une fois sa position plus ou moins signalée -il y avait peut-être d'autres papas dans l'assemblée- il reprit sa course folle pour rejoindre son père.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mythri
Maître de la machette


Messages : 816
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 21

Feuille de personnage
P.U.F.: Faso'
Relationship:
Cash: 175 + 25

MessageSujet: Re: [Event] Reunion    Lun 19 Oct - 19:19



    Le petit Ezra la bouscula. Elle n'y voyait pas vraiment d'inconvénient; il avait du avoir la frousse, lui aussi. Bel euphémisme, mais tout paraissait tellement surréaliste que c'était le seul qualificatif qui lui semblait approprié. Si ça c'était la frousse, elle souhaitait ne jamais connaître la terreur pure. Elle pensait l'avoir déjà rencontrée ces dernières semaines -au camp de la Mante notamment- et n'avait pas tellement apprécié -étonnant, me direz-vous.
    Elle attendit que Lise se lève pour sortir à sa suite, aux côtés de Luka.

    L'épidémie avait bien pu ficher le monde entier en l'air, mais pas leur petit groupe -pas leur trio du moins.
    Avec un pincement au cœur, cette réflexion lui rappela l'homme brun qu'elle avait entre-aperçu depuis le bus, celui que Luka avait confondu avec Jacob. Le cœur lourd, elle ne pouvait s'empêcher de comprendre la méprise de son ami; quand on aime, on s'accroche à n'importe quel espoir, si fluet, si translucide soit-il.
    Elle ne pouvait pas nier qu'elle était curieuse de voir de plus près l'inconnu. Depuis le bus, elle avait vu un grand gars à chemise noire, le visage mangé par une barbe que Jacob ne pourrait certainement pas arborer. Depuis la catastrophe, elle avait souvent pensé à lui, s'en était souvent empêchée aussi, pour ne pas pleurer, mais plus elle y pensait, moins elle arrivait à se le représenter dans sa tête. Pourtant, elle avait passé beaucoup de temps avec lui, et encore plus de temps à le dévisager -quand personne ne pouvait le voir bien sûr, pour ne pas passer pour une sociopathe.

    Alice se leva, chancelante, tandis que Ezra criait "papa". Elle espéra de toute son âme que pour lui, ce ne soit pas une erreur. Il était déjà assez horrible qu'un enfant se retrouve séparé de ses parents dans un contexte pareil, nul besoin de briser ses espoirs. Elle ne pouvait savoir si Ezra avait vu juste, mais elle était de tout cœur avec lui -petit bonhomme.

    Lentement, les uns à la suite des autres, ils sortirent du bus. Certains avaient perdu l'habitude de marcher sur la terre ferme -la terre qui ne roulait pas- et Alice en faisait partie. Elle ne se sentait pas très à l'aise, et avait l'impression que le monde tournait autour d'elle, que le sol allait se renverser. Il faut dire qu'elle avait l'estomac vide; impossible même de se souvenir de son dernier repas. Les événements qui s'étaient succédé lui avaient coupé l'appétit plus sûrement qu'une maladie.

    Le sol semblait se stabiliser, béton gris sous ses pieds qui gagnaient rapidement en sûreté. Elle se décida enfin à lever les yeux, après quelques secondes où elle ne savait pas tellement si elle allait passer de l'autre côté, s'évanouir, ou rester ici, parmi eux -les siens, et les étrangers.

    Elle entreprit de les détailler. Ezra était blotti contre un homme à la barbe blonde fournie et aux cheveux longs. Alice suspectait un grand bonheur, et elle fut heureuse pour eux. Elle n'aurait pas pensé qu'il pût être si facile d'être heureux pour un inconnu, mais ça l'était.
    Et puis, à côté, un peu en retrait, le type à la chemise noire. Alice crut un moment qu'elle allait vomir -encore. Mais cette fois, cela n'avait rien à voir avec les haut-le-cœur provoqués par les goules et le bus. Il s'agissait plutôt de la surprise. Car à côté du père d'Ezra se trouvait le gars qui ressemblait à Jacob. Un peu plus grand, plus barbu, les cheveux plus longs que son voisin. Des cernes plus noirs que jamais, le teint grisâtre, quelques rides en plus autour des yeux, entre les sourcils. Mais indéniablement, elle ne pouvait plus croire que Luka s'était trompé. Elle se sentit idiote de ne pas lui avoir fait confiance pour reconnaître son meilleur ami. Alice porta machinalement la main à son pendentif, reconsidérant le fait de remercier quelqu'un, là-haut, dans un ciel qui lui apparaissait un peu plus vide chaque jour.
    Elle ne dit rien, sachant que Luka le ferait pour elle. Elle n'était pas très démonstrative, et surtout, elle n'avait rien à dire. Elle ne saurait pas quoi dire, et risquait sûrement de fondre en larmes. Elle n'avait pas envie de pleurer. Surtout au milieu de tant d'inconnus, ce serait ridicule.
    Elle se sentait mal, mais avait l'impression d'évoluer dans un rêve improbable. La réalité n'avait pas encore frappé son cerveau, et si elle avait été seule, elle se serait recroquevillée dans un coin, pliée sur elle-même, les poings contre ses paupières closes, attendant de remettre les choses à leur place.

    L'épidémie avait bien pu ficher le monde entier en l'air, mais pas leur petit groupe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob
Never grow up.


Messages : 1326
Date d'inscription : 25/08/2011
Age : 23

Feuille de personnage
P.U.F.: Hax-Makina
Relationship:
Cash: 20 + 15

MessageSujet: Re: [Event] Reunion    Lun 19 Oct - 21:47

    [ Je joue trois persos en même temps, weeeeeeee ]

    A ses pieds, les cadavres s'étaient amassés, leur tête le plus souvent sectionnée par un coup de pelle avisé. Il avait fini par prendre le rythme, sans vraiment s'en apercevoir : abattre les goules à la chaine avait de toute évidence un côté suffisamment hypnotique pour envoyer un mec comme lui planer sur la stratosphère — au moins. Au rythme d'une mélodie que seul son corps paraissait connaître, il avait vaillamment repoussé les cadavres tandis que le bus terminait de pénétrer le hangar, et il avait fallu un nouvel aboiement d'Ersatz pour le tirer de son état de semi-conscience lorsque le moment de refermer les portes était venu. Il en avait profité pour constater que les coups de feu qu'il avait entendus pendant le massacre, comme un écho lointain qui peinait à parvenir à ses oreilles, était le fait d'un petit groupe mené par le chef de l'autre faction du mall, celle de la Clinique.
    La petite portion ironique de sa personnalité souligna que Lorentz ne l'avait pas abattu quand bien même il en avait très largement eu l'occasion, et il s'engouffra à la suite des autres à l'intérieur du parking, assénant un ultime coup de pelle au passage, histoire de faciliter la fermeture des portes.
    Le bus crachota, tressaillit, et soudain, s'endormit.
    Accompagnées par le bruit typique des pneumatiques qui s'actionnent, les portes qui en gardaient l'entrée s'ouvrirent lentement, et il vit la carlingue qui frissonnait tandis qu'à l'intérieur, du monde s'activait.

    Bien évidemment, Jacob se tenait à l'écart, fidèle à son poste d'homme en éternel retrait — ce qui le rendait néanmoins très doué pour assurer les arrières des autres, il fallait le reconnaître. A ses pieds, le berger belge, fidèle, observait la scène attention. Sans le savoir, tous deux se demandaient exactement la même chose : fallait-il toujours rester sur ses gardes, même si les autres ne semblaient pour le moment pas animés de mauvaises intentions ?

    La réponse vint rapidement, de manière tout à fait inattendue : un cri d'enfant s'éleva au-dessus des chuchotis et une petite tête blonde qui venait de s'extirper hors du bus sembla courir dans sa direction, chose qu'il aurait fini par trouver étrange — aux dernières nouvelles... bref – si elle ne s'était pas rapidement détournée de lui pour se jeter... dans les bras de Morgan.
    Derrière les verres de ses lunettes de soleil, Jacob observa la scène, incrédule. Pas vraiment à-même d'en conclure quoi que ce soit hormis que c'était putain d'incongru, il se passa machinalement la main sur le visage, essuyant au passage le mouchetage couleur hémoglobine putréfiée qui l'avait éclaboussé lors de son matraquage de morts-vivants, un peu avant.

    Un faible gémissement en provenance de son pied attira son attention : Ersatz fixait quelqu'un, qui le fixait, lui — ce chien aurait fait un formidable auxiliaire de vie pour aveugles.
    Un fantôme du passé, accroché comme il le faisait si souvent au petit pendentif à son cou.
    Mauvais jour, songea Jacob. Lui qui pensait que les hallucinations dues à son sevrage étaient de l'histoire ancienne se retrouvait face à la pire d'entre toutes : celle qui le mettait systématiquement particulièrement mal à l'aise.
    Il déporta légèrement son poids d'une jambe sur l'autre, allant chercher à pincer un bout de son jean comme un gamin irait plonger les mains dans les cheveux de sa mère en quête de réconfort. Elle lui était apparue quelques fois, exactement dans la même position : plantée là à le regarder fixement, tripotant machinalement son pendentif, immobile et muette. Cette fois-là, elle était plus réelle que jamais. Moins immaculée, le visage un peu émacié et les cheveux moins bien coiffés que d'ordinaire, comme si elle avait travaillé de dures épreuves, un peu comme lui. L'illusion était saisissante de réalité. Il sentit une sueur froide monter le long de son dos mais se promit de rester de marbre. Ce n'était pas le moment de taper une crise de démence : Morgan venait de retrouvait son gosse. Et en plus, Morgan avait un gosse.
    Etrange qu'Ersatz semble aussi la voir...

    — TOI !!!!!!!!!!!!!!!!!

    Les bourdonnements qui habitaient ses oreilles se turent en un instant.
    Derrière le fantôme, une autre image du passé surgissait, le désignant de l'indexe et le fusillant plus ou moins du regard.
    La différence était que pour la première fois, la voix de l'une de ses hallucinations ne sembla pas entendue que de lui : deux têtes intriguées se tournèrent vers le jeune homme qui se dirigeait désormais vers lui à très grands pas.
    Le coeur de Jacob cessa de battre.

    — MAIS PUTAIN MEC C'EST QUOI CETTE BARBE ?! fit un Luka horrifié, campé face à lui.

    L'homme tressaillit, sa mâchoire grelotta et s'entrouvrit. Il n'eut cependant rien le temps de dire que l'autre se remettait déjà en mouvement et se suspendait à son cou, le gratifiant d'une tape dans le dos :

    — Merde, Jake, on avait dit qu'on se la laisserait pousser ensemble, tu m'as même pas attendu, putain... La voix de Luka s'éteignit tandis qu'un spasme agitait son corps, et qu'il peinait visiblement à réprimer un puissant sanglot.
    — On sait tous les deux que t'as pas assez de barbe pour ça... souffla-t-il, le regard fixe, sous l'impulsion d'un simple réflexe : son esprit ne réalisait toujours pas. Luka réprima un petit rire.
    — Hah... Ta gueule, le bonobo...

    Son ami, après quelques secondes, finit par le lâcher, et le contempla de haut en bas, un fin sourire sur les lèvres et les yeux rougis par l'émotion.

    — Je savais que t'étais pas mort... Putain, je l'savais... marmonna-t-il lorsqu'une troisième tête connue les rejoignait en trottinant. Hin hin ! J'avais raison !! J'avais dit que c'était lui !!! fit-il à Lise alors qu'elle les rejoignait enfin.
    — Pauvre con... souffla la jeune femme en se jetant à son tour au cou de son ami et en enfouissant son visage dans son cou — et l'imposante masse de cheveux qui le garnissait.
    — Vous comptez tous m'insulter ou... ? répliqua-t-il en lui rendant son étreinte.

    Il ne savait pas exactement si le " pauvre con " lui était adressé ou était plutôt destiné à Luka, et personne ne le saurait jamais.
    Peut-être que ce n'était qu'un rêve. Un rêve sacrément crédible. Un rêve auquel il avait vraiment très envie de croire.
    Peut-être étaient-ils juste morts. Comme le pensait justement Luka en ce moment-même — ça non plus, il ne le saurait pas –, ça faisait un peu fin de Lost, tout ça. C'aurait été l'hypothèse la plus probable : lui-même était convaincu que la probabilité pour qu'il soit effectivement toujours en vie aujourd'hui était minime.
    Lorsque Lise le laissa et se recula à son tour pour aller se poster aux côtés de Luka, elle avait elle aussi les larmes aux yeux et son teint était plus pâle que jamais.

    — On te croyait mort, Jacob...

    Il tressaillit de nouveau.
    Il eut envie de leur dire qu'il avait depuis longtemps tiré un trait sur l'idée de les revoir un jour, de son vivant tout du moins, mais dès qu'il s'agissait de parler franchement, les mots disparaissaient avant même d'avoir eu le temps de monter dans sa gorge.
    Il fut simplement assez conscient pour lever la main et attraper sa paire de lunettes, qu'il replia sommairement et suspendit à son col. Ses deux yeux noirs les regardèrent tour à tour.
    Et voilà que lui aussi il avait envie de chialer.
    Etant néanmoins bien plus apte à dissimuler ses émotions qu'eux, il n'en montra rien. Il resta planté là, bêtement, accroché à sa pelle pleine de sang, son chien à ses côtés. Il les contempla sans un mot, savourant ce moment. Puis son regard fuit pour retourner vers l'arrière, où il avait délaissé le premier fantôme.
    Jacob regretta sincèrement d'avoir enlevé ses lunettes de soleil. Il aurait tant aimé être toujours à l'abri de ces grands verres teintés qui semblait faire rempart entre le reste du monde et lui.

    Lorsqu'il en revint à la blonde, toujours un peu plus loin, bien entendu, son coeur se serra de nouveau.
    Et il ne sut trop s'il voulut se réveiller ou non, et tirer un trait sur ce songe des plus étranges.

_________________
black#eebfa3#513C52
CasierRP


Merciiiiiiii Faso !!!
Spoiler:
 


Dernière édition par Jacob le Lun 19 Oct - 22:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hax-makina.deviantart.com/
Morgan
Increvable


Messages : 1474
Date d'inscription : 28/08/2011
Age : 21
Localisation : Errant dans les couloirs // Au milieu du Zombus

Feuille de personnage
P.U.F.: Levialhem.
Relationship:
Cash: 30 + 17

MessageSujet: Re: [Event] Reunion    Lun 19 Oct - 22:28




    Un à un, les zombies tombaient sur le sol souillé du parking. Le bus termina de franchir les derniers mètres qui les séparaient de la sécurité, avant de s'arrêter derrière eux.
    Des bruits de pas dans les escaliers, et un nouveau groupe de survivants vint les épauler, sans aucun doute ceux qui étaient sous la joug de Chester. Ils venaient un peu tard, mais leur aide n'était cependant pas de refus. Ainsi parvinrent-ils à éliminer un maximum de goules, jusqu'à ce qu'ils puissent considérer qu'aucun d'entre eux n'étaient menacés par un quelconque danger.
    Les portes du bus glissèrent alors sur le flanc de l'engin, et un homme de forte corpulence en sortie, un fusil de chasse dans le dos.
    Mais il ne lui prêta guère d'importance. Ce n'était toute façon pas à lui de discuter avec ce qui semblait être le chef du véhicule, mais plutôt l'un des chefs associés aux groupes de survivants du mall.
    De toute façon, lui était concentré sur une toute autre personne.
    Une personne qui dépassait à peine la moitié de la taille de certains survivants, les cheveux en bataille, la peau légèrement basanée.

    Ezra.

    A l'évocation de ce nom, quelque chose ce brisa en lui.
    Un nœud se forma dans sa gorge, et Morgan resta un moment immobile, un voile sur les yeux et les doigts tellement serrés autour de sa crosse que les ongles de ses doigts menaçaient de rentrer dans sa paume.
    Il douta un vague instant. Était-ce vrai ? N'était-il pas piégé dans un rêve ? Après tout, c'était tellement invraisemblable, de parvenir à sauver un bus scolaire jaune venu de l'autre bout de l'Amérique au vu des indications de sa plaque d'immatriculation en faisant exploser une bombe, de survivre un bref instant à toute une horde de zombies, de ne perdre aucun membre de leur petite troupe, mais en plus de connaître quelqu’un parmi ces passagers ! Et le pire, c'est qu'il n'était même pas le seul dans ce cas ! Cette putain de probabilité ne devait même pas atteindre les un pourcent !
    Si faible que cela ne pouvait être vrai. Et pourtant...
    Pourtant, il était bien là, éveillé et vivant. Il sentait bel et bien la fatigue, la douleur de ses muscles trop sollicités, la pression trop forte de ses ongles contre sa peau.
    Aussi chimérique que cela puisse être, tout cela était vrai.

    Son fils était bel et bien vivant.
    Il n'avait jamais réussi grand chose dans sa vie, si ce n'est être un bon père. Mauvais fils, mauvais élève, mauvaise personne fut un temps, jamais il n'aurait pu concevoir s'attacher autant à une personne au point de voir son caractère se refaçonner autour d'elle sans qu'il ne cherche réellement à se changer. Il avait finit par muter en quelqu'un de bien, au final, sous l'influence d'Ezra, mais aussi de Carmen. Et dire qu'il n'avait même pas été capable de protéger cette dernière, qu'il avait été contraint d'abréger ses souffrances, qu'il...
    Morgan ferma les yeux une seule seconde, pour chasser ce brouillard qui envahissait ses pensées. Cet acte fut regrettable, mais il savait qu'il n'avait pourtant pas eut le choix. Elle ne le lui avait pas laissé, de toute façon. Il était temps de laisser de côté ce moment de sa vie, d'oublier partiellement le passé pour ne se concentrer que sur l'instant présent. Profiter de ces retrouvailles, de cette chance qu'on lui laissait de rattraper ses erreurs passées.
    Six mois qu'il ne l'avait pas revu, après tout.
    Il lui paraissait presque étranger, tellement qu'il s'était métamorphosé. Mais pourtant, il restait le même, celui qu'il saurait reconnaitre entre mille. Et il s'en voulu, terriblement, d'avoir considéré que jamais plus il ne pourrait le serrer contre lui, le caler sur ses épaules, croiser son regard du même gris que les yeux de sa mère. Car tout comme elle, il l'avait considéré mort. Et c'était efforcé intérieurement de penser que c'était mieux ainsi, qu'un tel monde n'était pas fait pour eux, que si le Paradis existait vraiment il était meilleur d'y être. Que les enfants ne pouvaient s'adapter à un monde apocalyptique, bon qu'à briser leurs rêves et à les faire devenir trop tôt des adultes capables de tuer.
    Mais il avait eut tort, oh si tort, de penser ainsi...
    Alors, quand Ezra se mouva vers lui après avoir agité sa main et que pour la première fois depuis six mois, il l'appela papa, Morgan laissa tomber la crosse de hockey abimé sur le sol. Il fit un pas en avant, fléchissant les genoux pour alors attraper son fils et le serrer contre lui.
    Il ne s'était jamais senti aussi bien, oubliant la fatigue, oubliant tous les évènements tortueux des mois précédents pour ne se concentrer sur rien d'autre que cette étreinte.
    Et souhaiter que jamais cela ne s'arrête, que s'il s'agisse d'un rêve il ne se réveille pas, que rien ne vienne ne le séparer de son fils.
    Car désormais, il avait une raison de se battre pour quelqu'un, une raison de vivre, ou plutôt de survivre.

_________________


      ← Morgan Davis+ Fiche+ Casier+ SuiviAkilah "Cat" Coffey →+ Fiche+ Compartiment+ SuiviRépertoire de persos.© Levialhem


MERCI INNU ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://levialhem.deviantart.com/
Lei
Gourou du baseball


Messages : 223
Date d'inscription : 11/07/2012
Localisation : Quelque part.

Feuille de personnage
P.U.F.: Lei
Relationship:
Cash: 15 + 10

MessageSujet: Re: [Event] Reunion    Mar 20 Oct - 12:21

    Le temps s'était arrêté.
    Il ne percevait rien d'autre qu'un brouhaha, des paroles et des cris dont il ne saisissait pas le sens, focalisé qu'il était sur l'homme en face de lui. Homme qui avait par ailleurs laissé tomber sa crosse sur le sol et avait fait quelques pas vers lui. L'enfant accéléra encore, progressant au milieu de silhouettes floues sur lesquelles il ne s'attardait plus et termina sa course dans les bras que son père lui tendait et les siens se refermèrent autour du cou de Morgan dans une étreinte.

    ▬ Tu m'as manqué papa.

    Il avait cessé de compter les jours, perdant ainsi la notion du temps qui le séparait de la dernière fois qu'il avait vu son père. Tout allait si bien, à l'époque. Ils étaient encore à la maison, tous ensemble, avec maman. Son cœur se serra à cette pensée. Il n'était cependant pas assez naïf pour croire que tout rentrerait dans l'ordre maintenant. Il avait beau, à son grand bonheur, avoir retrouvé papa, les zombies continueraient de déambuler dans les rues et de vouloir les manger. Jamais plus, peut-être, ils ne pourraient rentrer à la maison. Et jamais plus, et là c'était une certitude, ils ne reverraient maman. C'était son oncle qui le lui avait dit. Elle était désormais bien loin d'eux, si loin qu'ils ne pourraient pas la rejoindre en remontant dans ce bus et en avalant les kilomètres comme lui même venait de le faire. Mais paradoxalement, il suffirait qu'ils décident de se faire mordre par l'une des goules traînantes dans les environs pour, après quelques heures de souffrance, être envoyés directement à ses cotés.

    Sauf que, aussi pourri et dangereux soit ce monde, Ezra n'avait pas envie de le quitter. Ou, plus précisément, il n'avait pas envie de succomber sous les dents des zombies. Ces derniers l'effrayaient, le dégoutaient. Il ne pouvait poser les yeux sur leurs visages, sur leurs orbites vides et suintantes et sur leur corps pourrissants sans se sentir envahi par un sentiment d'horreur. Enfin, le plus dur était passé. Avec papa à ses côtés, et cette fois ci il ne le quitterait plus jamais, il se sentait bien plus rassuré. En plus, son père était trop fort, il avait réussi à faire partir les zombies qui empêchait le bus d'avancer avec ses copains. Il était donc certain qu'il ne risquait plus grand chose en étant avec lui. Par ce que le goules ne mangeraient jamais papa. Un nouveau sourire se dessina sur ses lèvres et il contempla son père pendant quelques secondes. Bien qu'il l'ai reconnu peu de temps après l'avoir aperçu, il fallait bien avouer que l'homme avait changé. Ses cheveux et sa barbe avaient poussés et il semblait plus fatigué que la première fois. En soit, ça ne l'étonnait pas, beaucoup de passagers du bus avaient arboré la même mine au cours du voyage. Il était difficile de se reposer et de prendre soin de soi en pleine apocalypse zombie. Lui même se sentait épuisé à force d'insomnies. Peut-être que ça irait mieux, désormais.
    C'était même certain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeva
Apprenti boucher


Messages : 345
Date d'inscription : 03/09/2011
Age : 22
Localisation : Partout pour Sergen · En train de fouiller pour Agape~

Feuille de personnage
P.U.F.: Aeva/Susu
Relationship:
Cash: 340

MessageSujet: Re: [Event] Reunion    Jeu 22 Oct - 19:11

{Personnages: Allayna & Sergen. Point de vue de Sergen cependant.}

Satisfaction.
Les longues minutes de guerre contre les nombreuses goules n'avaient pas été vaines. La bombe avait eu un effet miraculeux sur l'armée de morts qui barraient la route au bus. Sergen n'avait su dire à quel point les voir voler en éclats l'avait amusé, mais sans doutes le spectacle de voir le grand véhicule jaune avait été encore plus sympathique. Tout le monde avait fournis des efforts gigantesques pour permettre aux survivants dans ce monstre de métal de venir les rejoindre en sûreté. Tout s'était passé avec une simplicité presque étonnante. Sergen s'était apaisé quand enfin le plan s'était déroulé et terminé sans aucun heurt. Il avait juste vu enfin le titan poussin se garer dans le parking et la porte se fermer derrière lui, tant mieux, ainsi tout le monde serait enfin en sécurité, surtout les gosses ! Tout était enfin finit.
Enfin, finit. C'était un bien grand mot.

Les portes s'étaient ouverte dans ce petit pshii caractéristique, lui s'était un peu reculé de la masse avec dans l'esprit la sensation du travail bien accomplit. Il n'était à l'aise avec les tumultes joyeux de toutes façons. Socialement handicapé, accueillir tout le monde n'était pas son fort, lui qui était effrayant en plus de base. Il n'avait jamais été quelqu'un de très chaleureux et sa tronche n'aidait pas, sa cicatrice était bien moche, à vrai dire. Il resta donc posé tranquillement en retrait pour admirer le spectacle puis-ce que visiblement les probabilités étaient de leur côté. De la famille ou des amis étaient renfermés dans ce paquet surprise -dans tous les sens du terme- qui venait de débarquer. Surprenamment, les chances que cela arrive étaient extrêmement faibles mais... cela n'avait pas empêcher que cela se produise. Surpris et amusé, Sergan observa un groupe d'amis sauter au cou de Jacob, le monsieur poilu de la bande. Insultes et câlins étaient au rendez-vous dans une joie palpable. C'était à faire verser une petit larme de joie, à vrai dire. C'était vraiment très mignon.
Mais ce qui l'ému le plus fut de voir une petite tête sortir de tout ce paquet de gens, pour sortir enfin et crier de toutes ses forces. PAPA ! Sur ses frêles jambes, le gamin avaient enchainés les pas à une vitesse mirobolante pour enfin rejoindre les bras de celui qu'il désignait par ce nom. Au vu de ses cheveux flamboyants, il n'y avait pas de doutes possibles. Sergen ne fut pas surpris de voir le petit rejoindre avec précipitation les bras de Morgan. Un sourire sincère se ficha sur les lèvres du géant qui observa le tout de loin. Une vague de chaleur s'empara de lui à la vu de cette réunion et de l'expression soulagée qu'affichait le visage de son meilleur ami. Quelque chose de bien arrivait enfin dans ce monde qui ne tournait plus bien rond, et voir qu'enfin Dieu avait écouté les prières de son ami et lui avait rendu ce qui lui manquait dans sa vie. Il était vraiment heureux pour lui.
Une petite pointe de tristesse le saisit tout de même quand on parlait de fils, forcément. Mais il s'était habitué à cette sensation et la balaya en fermant les yeux. D'autres gens s'étaient retrouvés et s'enlaçaient avec des sensations nouvelles et toutes retrouvées. Les minutes s'alignaient désormais et presque tout le monde était descendu de bus, soit seul soit complètement transportés de retrouver des figures connues. Ces épanchements insoupçonnés continuèrent de faire sourire tendrement le géant.
Il cligna des yeux très lentement pour finalement commencer à se mouvoir, il fallait bien que quelqu'un retourne sur le toit pour dire que tout s'était bien passé. Bien que Lorentz avec sa lunette puisse presque tout voir et qu'ils avaient sans doutes juger que tout s'était déroulé pour le mieux dans le meilleur des mondes. Ou presque si on comptait les goules mais bon ! Il commença donc sa route.

Quand une main le retint.
Une petit voix brisée dans son dos fit décoller son cœur.

Sergen ?

Il s'était figé, complètement incrédule. Comment imaginer que c'était possible ? Cette voix, il n'arrivait à se l'imaginer que difficilement dans les souvenirs éparses qu'il avait réussit à retrouver auprès de son psy, à l'époque. Sa respiration se coupa, son palpitant battait d'autant plus rapidement que le stress bouffa littéralement tout de lui. La surprise, le choc. Comment y croire ? Il s'était persuadé au fil des minutes qu'il n'y avait personne pour lui dans ce lot de personnes... Le destin était un dieu bien mesquin. Vraiment. Sans compter que le ton de cette même parties de l'être qui l'appelait avait suffisamment transmis son émotion pour qu'il se retourne. Plein d'appréhension, il s’exécuta.
Sous ses yeux se dévoila le visage dont il avait eu tant de mal à redécouvrir. Un nom qu'on lui avait donné à son réveil et un nom qu'il avait recherché dans son crâne bien laborieusement pendant très, très longtemps. Pendant des mois entiers il avait voulu retrouver ce qui avait été enfouit au fond de lui. Sous lui, ces cheveux abondants, ces traits hypnotisants, ces yeux miroitants. Elle était surprise, choquée, elle aussi. Le visage de la femme se décomposa rapidement pour se torde. Très vite et cela déchira Sergen, il vit les larmes monter aux yeux pourtant si uniques de sa défunte compagne. Elle avait ces petits tressauts dans le visage qui montraient toute l'émotion qui passait dans son crâne alors que lui restait encore pour le moment bloqué dans le déni. Elle agrippa à lui, déposant ses poings sur son pull pour le saisir et le serrer avec une force qu'elle-même ne se serait pas donnée. Elle était plus petite que lui, bien sûr, bien qu'encore grande pour une femme. Elle essaya encore de ne pas craquer, de ne pas verser trop de larmes chaudes et trop salées. La voir ainsi l'acheva. Dans un soupir, il lui répondit.

Allayna...

Il posa sa main sur son poignet droit.
Son propre cœur palpitait, mais il pu sentir celui d'Allayna tant le sien battait fort. Il voyait même la veine du cou de celle-ci pulser avec furie. Il ne voyait plus qu'elle, le monde s'était effacé doucement. Il ne réalisait pas encore, alors il l'enserra plus, amenant son bras gauche autour d'elle sans encore seulement se rendre compte. Il devait sentir, il devait ressentir d'abord. Il voulu la toucher encore plus pour bien se dire que tout n'était pas une illusion, un shoot d'adrénaline qu'il se prenait et qui l'aurait fait halluciner. N'était-il en train de convulser sur le sol ? Inconsciemment, son visage se fourra dans les cheveux épais ébènes de la femme de son âge, pour respirer son odeur de shampoing peu présente, puis-ce qu'ils n'avaient pas le luxe de se laver tous les jours... Mais c'était tout de même présent.
Il eu le flash, l'odeur du parfum qu'elle portait avant tout cela.
Le fait de se souvenir, enfin, activa doucement tout ce qui se tramait en lui.
Il inspira avec férocité, son cœur produisant un nouveau sursaut dans sa cage thoracique. Il se pris la décharge, 'électrochoc qu'il attendait avec impatience tout en l'ayant enserré sans réelle conviction. La violence des sentiments. Tout s'abattit sur lui avec frénésie, quelque chose de totalement qu'il n'avait jamais eu le luxe de redécouvrir le saisit enfin: le sentiment d'être dans le présent, relié à quelque chose et au monde réel. Il n'était plus fantôme passif dans cet univers qui observait et passait ses journées comme il pouvait. Il s'était reconnecté avec une vitesse fulgurante à lui et à ce qu'il était, ce qu'il avait toujours été. Il saisit Allayna par les épaules, et la recula pour mieux la regarder. L'incrédulité l'avait quitté, lui qui n'avait même pas chercher à se poser la question du pourquoi, ni du comment! Il la dévora du regard. La dévisageant avec avidité, car l'envie de la contempler était bien réelle et faisait bouillonner sa tête. C'était vrai, elle était là ! En chaire et en os, sous ses doigts. Il sentait la chaleur de sa peau, les larmes mouillées sur son T-shirt et voyait enfin ses traits comme vrai et comme il les avaient toujours vu avant. Elle était là, ils étaient réunis.
Elle n'était pas morte !
Mais. Comment ? C'était bien la question, dans sa tête tournait encore la phrase de son supérieur, lui annonçant qu'elle était morte d'un cancer. Pourquoi aurait-il dit ça si pourtant elle se tenait ici belle et bien portante si avait périt de maladie ? Elle n'était pas un zombi, certainement pas. Ce fut elle cependant qui évoqua ce soucis en premier ; elle parla, ne parvenant toujours pas à se convaincre qu'il était bien en face d'elle.

Je... te pensais mort, tu sais. C'est ce qu'on m'avait dit, après ton incident.

Il prit une pause, le temps de la regarder. On lui avait dit qu'il était mort aussi ?
Il se questionna profondément, tournant la tête et son visage se couvrant de réflexion. Il perdit son regard sur le sol tout en essayant de comprendre pourquoi tous les deux avaient reçus cette information mutuelle de leur décès alors que ce n'était pas le cas. C'est là que sa mémoire fainéante décida qu'il était temps de commencer à travailler, elle qui avait fait la sourde oreille à ses demandes par le passé. Une minute était passé et il se rappela d'Ashley. La femme de Sean. Sean son ami décédé pendant l'accident. Son ami décédé ! A l'époque de l'armée, Sean lui avait parlé avec tristesse de son épouse, elle avait déclaré un cancer du sein. Ses sourcils se rehaussèrent. Le tout fit tilt dans sa tête, son regard s'illumina alors qu'il avait trouvé la solution et il regarda à nouveau Allayna de la façon qu'avaient ceux qui savaient. Il entrouvrit la bouche.
Il se souvenait qu'ils s'étaient rencontrés en permanence avec Sean, Ashley et Allayna.

C'est Sean qui a périt ce jour là. J'ai juste finit amnésique et dans le coma deux semaines je... On m'a dit que ma femme avait périt d'un cancer. Il avait soupiré. Saisissant tout une bonne foi pour toute.
Non... Et Ils... ont confondus toi et Sean... et auraient parlé d'Ashley ?
Le visage d'Allayna s'était tordu de compréhension et de tristesse. Elle avait portés ses mains à son visage dans la réalisation.
Il essaya de sourire, malgré la tragique histoire qui avait mené à leur séparation pendant l’apocalypse, il n'était plus temps de pleurer, il comprenait enfin et savait, il voulait maintenant profiter longuement de l'avoir enfin, qu'elle ne soit pas morte. Il voulait l'avoir pour lui seul et se plonger dans ses yeux et toucher sa peau halée.
Ne pleure plus. Tout est bien réel, nous sommes là, bien vivants.

Elle avait hoché la tête, simplement, sobrement pour saisir son bras et y apposer sa paume. Elle essuya ses joues de l'autre. Elle non plus n'était pas parvenu à se dire que c'était vrai. Elle comprenait également qu'il fallait aller enfin de l'avant et que tout cela ne ferait plus que parti du passé, comme tout le reste. Ils étaient enfin réunis ! L'incident. Cela avait suivit une erreur simple et pourtant qui avait changé la face de leur vie. Sergen comprenait enfin, et il fut heureux qu'elle essuie ses larmes. Il ne voulut pas se rappeler de cet accident, l'avoir prononcé et sa mémoire qui se réveillait faisaient mauvais ménage. Pour une fois qu'il espérait qu'elle retourner dormir, d'ailleurs... Il voulut profiter d'Allayna. Se rappeler de tout ce passé, c'était trop de souvenirs bien lourds pour lui, il valait mieux éviter. Il la repris enfin contre elle, amenant son poids "plume" par rapport au sien contre lui et passant sa main gigantesque dans les cheveux longs et emmêlés d'Allayna.




Ils étaient enfin réunis.
Il revivait doucement ses souvenirs, il n'y avait plus qu'une ombre au tableau.
Il regarda au loin Morgan qui avait Ezra, son fils, aux bras. Un doux sourire se ficha sur ses lèvres mais de la tristesse s'y mêla. Lui avait sa femme, mais pas son fils. Il n'avait toujours pas ses souvenirs, en fait. Cependant... Le destin était un dieu bien mesquin, lui-même se l'était dit tout à l'heure. En repensant à sa famille, l'onde de choc ne fut que plus grande quand il repensa inconsciemment une nouvelle fois à cet accident.
7 ans plus tôt.

Une sonnerie au loin. Dans son uniforme, Sergen était prêt à continuer sa journée dans une routine tout à fait commode. Cependant, l'officier qui avait décroché était sortit de la pièce. Dans le couloir, de loin, il l'avait appelé. Surpris, Sergen avait retiré son couvre chef et s'était approché au pas militaire vers l'autre marines. Il était rentré dans la pièce sans précipitation et avait saisit le combiné, puis-ce que vraisemblablement l'appel lui était destiné. Il avait alors simplement prononcé ses salutations, quand la voix de la directrice du collège lui avait répondu.
Son ton était brisé.

Monsieur Ackermann ?
Lui-même, Madame.
─ ...
Une pause et un souffle tremblant.
Y'a t-il quelque chose Madame ? avait-il demandé, commençant à sentir poindre l'anxiété.
Oui, Monsieur. Mes sincères condoléances, je suis désolée... C'est Blake...

Il n'avait pas suffit de plus, quelques mots échangés en plus, et le Géant s'était tourné vers l'officier tout en raccrochant. L'officier avait tout entendu et avait échangé un regard compatissant avec lui. Embobiné dans sa fierté, Sergen avait tâché de garder un visage plein de prestance et de ne pas craquer. Il était simplement parti dehors, délaissant pour une fois sa discipline, s'assoir sur un banc. Dans l'enceinte des bâtiments, le ciel pourtant brillant n'avait pas apaisé son âme. Il avait regardé le bleu de la voute célestes sans une once de nuages avec le cœur saignant, la plaie béante de cette annonce dévorant son âme d'une façon bien pire que toutes la atrocités de la guerre.

Et ce fut à ce moment là que le bâtiment en face explosa.
Et ce fut ce jour là qu'il se jeta dans les flammes pour aller secourir Sean, son ami qui malheureusement avait succombé à ses blessures par la suite. Ces chocs et les blessures plongèrent donc l'ancien militaire dans le coma, pendant deux longues semaines.
Ainsi démarrèrent les choses.


Lentement, les yeux de Sergen se remplirent de larmes. Silencieusement elle roulèrent sur ses joues alors qu'il avait l'air plus perdu que jamais, même Allayna ne l'avait jamais vu comme ça. Celle-ci l'observa, ne comprenant pas ce qui prenait Sergen. Elle ne saisissait pas ce qui arrivait à son mari pourtant si positif il y avait deux minutes. Elle essaya de toucher la cicatrice de son visage, alors que Sergen avait encore le regard échoué vers Morgan. Instinctivement, la femme porta ses yeux vers là où lui avait les siens.
Elle vit l'homme serrer dans ses bras son fils, et reporta son regard sur son mari.
Elle comprit.
Elle se tut, regardant elle aussi le spectacle du père et son fils.
Mais elle ne soupçonnait même pas que Sergen n'avait plus eu de souvenir de Blake.

Sergen, quant à lui, ne sentit même pas les orbes salées dégringoler sur ses joues creusées. Il ne sentait même pas la douleur qui déchirait son âme, tout ce qu'il avait devant les yeux n'était même plus son meilleur ami, mais tout ce qu'il avait loupé. Devant ses yeux, comme dans un grand écran de cinéma, d'une façon bien cliché... Il revoyait Blake. Ses lèvres tremblèrent. Il retrouva ses songes, ses souvenirs et embrassa les images de son fils. Les premières dents, les premiers mots, les premières découvertes, les premières joies... Les premières fois. L'enfant bruyant qu'il avait été, le jeune fort et brave qu'il était devenu en gagnant les années. La tête blonde et les yeux verts de sa mère dont il avait hérité. Tout en lui remonta, il ne voyait plus que ça et toutes les fois où il avait retrouvé son sang en permission avec l'allégresse des plus beaux moments de sa vie. Tout ces instants merveilleux qu'il avait oublié dans ces flammes et ces cendres par milliards ! Toutes ces sensations et tous les sourires de son fils. Il venait de les retrouver, tous ces moments qui ne seraient jamais plus que souvenirs.
La détresse s'empara de lui.
Il ne détourna pas les yeux.
Tous ces moments qu'un chauffard lui avait dérobé en emportant avec lui la vie de celui qu'il avait vu naitre. Bientôt, tout son visage trembla et se contorsionna bien mieux qu'une contorsionniste ; tous ses muscles se contractèrent et tirèrent ses rides qui avaient l'air encore plus présentes. Il sentit ses jambes se dérober sous lui, alors que tous ses souvenirs déferlaient et avaient l'effet d'une tempête de neige dans son âme. Même la cicatrice de son visage, cette brulure immonde n'avait rien à voir avec ce trou béant qui se rouvrit. Son souffle bloqué s'échappa et sa bouche s'entrouvrit et enfin il respira alors que de nouvelles larmes s'enfuirent de ses yeux pour rejoindre le sol. Il s'écroula et tomba à genoux, en proie totale à l'adversité de se rappeler que son fils n'était plus. Que son fils était mort. Que Blake avait rejoins le paradis.
Et qu'il n'avait pas pu assister à son enterrement.
Et que tous les sourires dont il se souvenait enfin, ne seraient plus que cela.
Il se souvenait... Il n'avait même pas été foutu de se souvenir de son propre fils, c'était seulement maintenant que cela le touchait ? Il se sentait tellement coupable et impuissant face à la situation. Son cœur se gonfla de colère envers lui-même. C'était si ironique de se souvenir seulement maintenant de tout cela... Car au fond, au fond, rien ne changerait l'état des choses. Il aurait beau être en colère, cela ne changerait absolument rien. A cette réalisation, il continua de pleurer. Car oui, au final, il ne pourrait jamais ramener Blake. Jamais.
Dans tous les sourires du monde, il ne connaitrait plus jamais celui de son enfant.

Le chagrin dont il était victime était puissant, furieux, immense. Inconsolable, il regarda saisit la tunique que portait Allayna, fermant son poing à l'image de sa femme quelques instants plus tôt sur ses propres vêtement. Il eu une nouvelle secousse de larmes, parvenant simplement à articuler dans un gémissement, souffrant. C'était tellement contraire à son image d'homme grand et musclé d'être ainsi à terre, versant son âme par ses yeux et couinant entre deux sanglots. Tout son tourment sortit de ses lèvres, frappant, blessant, inévitable.

Blake... Blake est... Il ne put terminer sa phrase.


Allayna fut surprise, désemparée de voir l'homme si fort et si prestant de sa mémoire ainsi la saisir. Blake ? Elle le regarda sans saisir une seconde, et doucement, elle réalisa en jetant un nouveau regard à Morgan et son fils, quelque chose. C'était en les voyant que son attitude s'était muée. Le vide s'était installé en Sergen à ce moment là. Il avait finit amnésique.
L'horreur de ce constat la frappa avec le plus grand désespoir. Sergen venait à peine de se souvenir de la mort de leur enfant... de leur bébé. Il n'avait pas "pas pu se libérer" comme elle l'avait toujours cru. C'était simplement qu'il avait été incapable de venir puis-ce que dans le coma. Toutes ces révélations, ces changements, ces bouleversements avaient eu raison de tout l'égo de Sergen. Lui qui avait du vivre sans se souvenir avait du souffrir, horriblement ! Et ainsi voir que l'homme au loin retrouvait son fils avait déclenché la vague de souvenirs.
Elle s'agenouilla à son tour, il ressentait à présent tout ce qu'elle avait pu ressentir. Elle ne savait que trop bien ce que voulait dire cette souffrance, ce déchirement indescriptible qui n'avait même pas de mots. Il n'y avait pas d'équivalent à perdre un enfant, rien n'était plus dur à ses yeux, mais elle se savait subjective. Elle se plia et encercla Sergen comme lui l'avait fait pour elle, comme elle aurait voulu qu'il le fasse maintes fois dans ses moments de tristesses aigües elle aussi. Elle voulu le rassurer, le calmer.
Mais elle savait qu'elle ne pourrait pas. Et qu'il serait dur pour lui de s'en remettre.
Elle qui ne s'en était même pas encore remis.
Et pourtant cela faisait désormais 7 ans.

Sergen sentit les bras d'Allayna. Mais il ne pouvait pas calmer tous les sentiments qui le tourmentaient. Déchirement. Il n'avait plus aucune réserve et laissait tout son corps se lever se soubresauts et trembler à l'envie. Il n'avait en fait plus aucun contrôle, comment espérer seulement en avoir. Il ne savait plus ce qu'était que de pouvoir retenir ses larmes à ce moment précis. Plongé dans les cheveux de sa femme, il se dit qu'elle avait du passer par tout ça aussi... Comment avait-elle survécu à cette chienne de vie ? Elle qui avait cru perdre mari et fils d'un coup ? Il n'avait plus la force de comprendre mais il l'admira du plus profond de son être. Lui, il n'était que dévastation sous cette information, même après la joie d'avoir retrouvé celle qu'il aimait... Il faudrait désormais faire son deuil. Il avait toujours appris les cinq phases de celui-ci, le déni tout d'abord qu'il avait eu en se souvenant. Puis la colère qui parfois était culpabilité, qu'il avait eu très brièvrement. Le marchandage qu'il avait du sauter... Pour la tristesse. Oui, il était en pleine tristesse, il nageait dedans. Ce serait l'étape la plus longue avant la dernière, l'acceptation.
Et cela promettait d'être dur, horriblement dur.
Il ne sentait même plus ses yeux, ni ses paupières.
Il fourra plus profondément son visage au creux du cou d'Allayna, l’enserrant de ses bras dans un dernier geste complètement épuisé. Il n'avait plus de force, il avait été soufflé et achevé par tout ce qu'il avait pu ressentir. Il n'avait jamais eu si forte décharge d'émotions. Rien que de se redire qu'il se souvenait redéclenchait les larmes dans tout son corps et serrait à nouveau sa gorge. Son estomac était déjà retourné, il avait la nausée mais savait qu'il n'aurait rien à vomir. Il n'aurait rien à dire de plus non plus, que dire ? Que faire surtout en réalité ? Sur cette question il était complètement bloqué et égaré. Il ne savait absolument pas comment agir pour calmer son chagrin en tout premier lieu, si ce n'était s'accrocher désespérément au sens propre comme figuré à Allayna qui était déjà passé par là. Peut-être pourrait-elle lui indiquer comment se calmer. Il l'espérait grandement car tout son corps était toujours sous le joug de ces redoutables sentiments. Il n'avait jamais ressentit ça avant, il n'avait pas les armes pour y faire face, ni même l'envie pour le moment. Il voulait juste... Il ne savait même pas ce qu'il voulait. Était-ce propre à la tristesse aussi ? Il imagina que oui.
Allayna passa sa main dans ses cheveux blonds cendrés, qui avaient énormément poussés au fil des mois, au fil des ans.
Doucement, elle essaya de lui parler.

Sergen... Prends une respiration profonde.

Il lui obéit, sans chercher à contester.
Lentement, il inspira, et souffla d'une façon encore très frémissante. Elle avait raison, il fallait qu'il respire, qu'il se calme en tout premier lieu. C'était le plus important pour l'instant. Toutes les questions qu'il voulaient encore se poser, ils se les poseraient plus tard, au chaud. Rester sur le parking n'était pas la meilleures des idées pour s'épancher. Il reprit plusieurs très grandes bolées d'air, comme s'il avait faillit se noyer. Et à force de tendresse et du fait qu'Allayna continuait de l'enlacer, il calma son corps. Il resta très fatigué, le visage un peu gonflé et les yeux rougis et irrités. Il arriva cependant à quitter l'épaule d'Allayna pour la regarder dans les yeux. Celle-ci saisit son visage en s'attardant dessus et sur sa cicatrice pour doucement l'embrasser. Le contact de ces lèvres tant espéré, qui lui avaient tellement manqués.
L'amour dont elle faisait preuve calma encore un peu plus Sergen.
Il posa sa main sur sa nuque en se laissant faire, tous les deux encore agenouillés.
Ils s'étaient malgré tout retrouvés.

Et ils en profiteraient en se remettant doucement de leur deuil qui serait désormais commun. Ils pourraient partager leurs sentiments, leurs aventures, leur jours, leurs nuits, leur amour surtout. Sergen enlaça une dernière fois Allayna dans un élan d'admiration et d'une tendresse infinie. Elle était la seule, l'unique. Il se souvenait désormais de tout. Et surtout d'à quel point il pouvait l'aimer, malgré toutes ces années passées. Malgré tout ce temps, malgré leur séparation. Ils étaient fusionnels, ils ne feraient plus qu'un et parviendraient à franchir les obstacles ensemble.
Ils seraient forts, tous les deux.
Pour Blake.
Pour l'avenir.


Dernière édition par Aeva le Ven 1 Jan - 15:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angela.
Apprenti boucher


Messages : 371
Date d'inscription : 29/08/2011
Age : 22
Localisation : Perdue.

Feuille de personnage
P.U.F.: Ninetales
Relationship:
Cash: 95 + 13

MessageSujet: Re: [Event] Reunion    Jeu 22 Oct - 19:38

    • Music.
      (NB : Les paroles en italique sont du français /O/)

      Angela n'y tenait plus.

      Elle avait entendu les cris, les tirs, le bus, sans pouvoir regarder, le ventre serré, en train de trifouiller son matériel dans sa mallette. Puis il y avait eu de gros bruits, dont celui d'une explosion ; et puis rapidement, le silence était retombé dans le mall. Les vibrations avaient cessé, et elle avait refermé sa petite valisette de soins avant de sortir en vitesse du refuge.

      Elle n'avait pas eu beaucoup de mal à éviter les zombies en prenant le même chemin que les combattants, et son coeur battait très fort dans sa poitrine alors qu'elle dévalait les escaliers de béton, ses chaussures claquant sur le sol dur. Elle se stoppa un instant, tremblante, reprenant son souffle, sa main gauche serrée sur le matériel de soin. Après une inspiration, la jeune femme poussa la porte de sa main libre, et pénétra dans le parking.

      Elle resta un instant interdite devant le bus énorme abîmé face à elle, mais elle se dépêcha de chercher des yeux Nathan. Bien que les autres soient importants aussi, pour elle le plus précieux, le prioritaire sur tout le refuge, c'était son petit-ami. Il lui redonnait l'envie de vivre et de traverser cette apocalypse zombie tous les jours, après tout. C'était sa première raison de vivre, et elle donnerait tout pour lui. Après tout, sa famille avait été probablement perdue dans cette horreur, alors...

      Mais elle le trouva bientôt, debout et fatigué, mais en bonne santé. Qu'il était beau, bon sang. Elle sortit de ses pensées en observant un peu les visages autour, et observa un petit garçon bondir dans les bras de Morgan. Sergen était face à une superbe femme aux cheveux bruns, et Jacob était entouré de trois personnes en folie. Un petit pincement au coeur saisit Angela, intérieurement jalouse que tout le monde ait retrouvé quelqu'un de sa famille. Elle, elle resterait seule....

      Alors qu'elle se dirigeait vers Nathan à petits pas, discrète, elle entendit soudain un cri tordu par l'excitation, l'angoisse....ou peut-être les deux.

      " Oh mon dieu Alexandre! C'est elle ! C'EST ELLE ! ANGELAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !!!! "

      Le coeur de la dénommée sembla exploser dans son torse alors qu'elle se tournait vers la voix beaucoup trop familière qui parlait un superbe français, ses longs cheveux noirs virevoltant dans son dos et sur ses épaules. Ses yeux bleus se posèrent sur une petite silhouette qui secouait un jeune homme un peu confus à côté d'elle, et le temps sembla s'arrêter une seconde.

      Le monde était devenu flou, mais Angela était incapable de dire si c'était à cause du brouhaha ambiant ou à cause des larmes qui dégoulinaient de ses yeux.

      Elle vit Monica jeter son arc dans les bras du garçon près d'elle, et courir de toutes les forces qui lui restaient vers elle. La médecin posa sa mallette sur le sol et ouvrit ses bras avec un sourire gigantesque aux lèvres, laissant échapper un sanglot d'émotion. La forme menue se jeta dans son étreinte, et elles tournèrent un peu avant de réussir à se poser et de se serrer mutuellement dans les bras, très fort. Plus fort que jamais.

      Ne repars plus jamais.

      " An....Angie....Angie...
      - Je suis là, Monica. Tout va bien, maintenant.
      "


      Tout va bien.

      La chaleur de sa petite soeur contre elle fit redoubler les sanglots d'Angela, et elle serra avec protection l'adolescente dans ses bras. Monica faisait de même, et elles restèrent ainsi. Tranquilles, enfin apaisées, enfin certaines que tout irait bien dans leur vie. La voix de la nouvelle venue résonna, en anglais cette fois-ci.

      " Je...j'étais persuadée...que tu étais morte... "

      Angela serra de toutes ses forces sa frangine et respira son odeur naturelle, à peine entachée par le sang et la sueur.

      " Moi aussi, petite soeur...mais tu es là. Tu es là, mon dieu, tu es là. "

      Les mains fines de la médecin caressaient la crinière châtain et rouge délavé de sa deuxième raison de vivre, ne voulant plus jamais la lâcher. Elles restèrent ainsi quelques secondes, mouillant mutuellement leurs vêtements de larmes.

      Mais pour la première fois depuis sept mois, c'était des larmes de bonheur.

      Mais bientôt, Monica leva ses yeux bleus sur Angela et la regarda avec la lèvre tremblante. Elle semblait hésiter à parler, mais des mots s'échappèrent bientôt de sa bouche.

      " Je devais te dire....Papa...Maman....ils...ils....
      - Je m'en doutais....mais tu es là. Nous sommes là. Nous vivrons la vie pour laquelle ils sont morts, ma belle. "


      Monica acquiesça d'un air un peu soulagé, enfin libérée du fardeau de la mort de ses parents qui pesait sur ses épaules. Et alors que les sanglots remuaient à nouveau ses épaules, elle se blottit contre la silhouette fine d'Angela.

      Ensemble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://farewell-midnight.deviantart.com
Nathan.
Complete Nerd.


Messages : 384
Date d'inscription : 25/08/2011
Age : 24

Feuille de personnage
P.U.F.: Siumi.
Relationship:
Cash: 15+10

MessageSujet: Re: [Event] Reunion    Ven 23 Oct - 4:20

    [En Italique, Nathan, Keeva et Kean s'expriment en Irlandais gaélique]

    >> Nathan restait un retrait.
    D'abord parce qu'il était épuisé, car manier une arme blanche, mine de rien, ça fatiguait. Et ensuite, parce qu'entre Jacob qui retrouvait ses potes, Sergen une femme, Morgan un gosse -WTF- hé bien lui, il se sentait un peu en trop, alors comme tout ceux qui n'avaient pas la chance de retrouver quelqu'un, il restait en arrière. Angela n'allait surement pas tarder à arriver, de toute façon, puisqu'elle était restée en arri-

    -ANGELAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !!!!

    Nathan du s'écarter pour laisser passer une fille, une adolescente, accompagné d'un autre type qui tenait un arc de compétition. La jeune fille se jeta dans les bras d'Angela et les deux se mirent à sangloter tout en parlant français, langue que Nathan ne parlait absolument pas. Il sentit sa mâchoire se décrocher, incapable de dire quoi que ce soit. C'était le moment d'Angela de toute façon. Il ne savait pas qui était cette fille, mais tout portait à croire qu'il s'agissait de sa petite sœur, pensée confirmée lorsque Angela l’appela par son prénom, Monica. Non mais-

    -Je te l'avais dit Kean ! C'est Nathan ! NATHAN !

    Nathan fit brusquement volte-face. On venait de s'adresser à lui, en Irlandais s'il vous plaît. Il avisa rapidement deux personnes aux cheveux flamboyants qui se précipitaient vers lui. La première était une fille mince et élancée, la seconde un garçon plus jeune pourvu d'une tignasse rousse, qui aida Nathan à les identifier.

    Non mais. What. The. Fucking. Fuck.

    Sa cousine Keeva et son cousin Kean l'étreignirent ensemble, étreinte qu'il rendit bien maladroitement, encore abruti de surprise. Ses cousins avaient les yeux brillants et étaient âgé d'une douzaine d'année de plus que la dernière fois qu'il les avait vus, mais ils s'étaient parlé quelques fois sur Facebook ou Skype et il connaissait leurs visages. Et puis bon, ils parlaient tous deux l'Irlandais, et il était difficile d se tromper en voyant leurs cheveux de leprechauns.

    -On savait que tu vivais à San Diego mais on aurait jamais pensé que tu aurais survécu ! C'est complètement dingue !

    Nathan reprit finalement ses esprits, et parvint à poser la question qui le travaillait.

    -Mais... Vous n'êtes pas en Allemagne ?


    Keeva haussa les épaules et Kean se fit un devoir de lui expliquer, l'audition, l'école de mécanique, tout. Ils racontèrent brièvement leur épopée en bus, Keeva lui pointant du doigt un des amis de Jacob en le désignant comme celui qui l'avait invitée à joindre le "zombus", comme ils appelaient leur véhicule scolaire en fin de vie. Le tout en Irlandais, ce qui commençait à leur attirer des regards.
    Nathan n'avait même plus envie d'essayer de calculer la probabilité qu'autant de gens retrouvent leurs proches dans un seul véhicule. C'était improbable, mais visiblement possible. Il jeta un coup d’œil à Angela, qu'il entendait vaguement parler en anglais avec sa sœur, derrière lui. Oh boy. C'était peut-être stupide, mais il se demanda comment il allait annoncer à ses cousins qu'il avait trouvé le moyen d'avoir une petite-amie en pleine apocalypse.

_________________
Nathan & Keeva & William




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angela.
Apprenti boucher


Messages : 371
Date d'inscription : 29/08/2011
Age : 22
Localisation : Perdue.

Feuille de personnage
P.U.F.: Ninetales
Relationship:
Cash: 95 + 13

MessageSujet: Re: [Event] Reunion    Sam 24 Oct - 20:35

(Italique = français)

Après quelques minutes, les deux soeurs se lâchèrent, un immense sourire aux lèvres. Et c'est alors qu'Angela remarqua le jeune homme qui tenait l'arc de Monica, et qui se balançait d'un pied sur l'autre, visiblement mal à l'aise. Il avait une crinière brune un peu sauvage, la pilosité faciale en vrac, et des vêtements de marques un peu abîmés. La médecin parla d'une voix douce à celui qui avait visiblement accompagné Monica.

" Mon dieu je suis désolée de t'avoir ignoré, qui es-tu ?
- Je m'appelle Alexandre, je viens de Neuilly...vous êtes Angela, non ? Enchanté de vous rencontrer enfin.
- Eh bien moi de même, Alexandre. Tu n'habitais pas très loin de chez nous en France, tu as croisé Monica où ?
- Dans l'avion, à Orly. Il était à côté de moi. "


Monica avait pris la parole soudain, et le jeune homme acquiesça avec un sourire qui faisait visiblement remonter des souvenirs, bons comme mauvais.

" Merci de lui avoir tenu compagnie. Je suis vraiment heureuse que vous soyez venus ici. "

La médecin serra les deux adolescents contre elle, et ils lui rendirent l'étreinte.

Mais une voix féminine appela soudain Nathan derrière elle, et s'exprima dans une langue qu'Angela peinait à comprendre. Tout ce qu'elle saisissait à peu près, c'était le prénom de son petit-ami. Elle fronça un peu les sourcils en voyant une jeune fille à la peau de lait et à la crinière flamboyante étreindre le survivant. Elle était très jolie, toute élancée, et à côté d'elle se tenait ce qui devait être son frère, vu ses cheveux semblables.

Monica suivit le regard de sa soeur, et fut surprise lorsque la voix d'Angela résonna d'un murmure remarquablement froid pour quelqu'un d'aussi sociable.

" C'est qui, cette fille ? "

C'était un contraste incroyable, après l'accueil chaleureux qu'elle avait réservé à Alexandre. Sans trop comprendre, l'archère répondit à sa soeur d'un ton joyeux.

" Celle aux cheveux roux ? C'est Keeva, elle est super sympa et elle joue du violon comme une déesse! Pourquoi ?
- Et c'est quoi son lien avec Nathan ?
- Nathan, c'est le beau gosse aux cheveux noirs là ?
(Angela acquiesça en rougissant légèrement), je crois que c'est son cousin, elle m'a dit son nom une fois, mais pourquoi tu me demandes ça ? "

Un silence s'étala quelques secondes, et Angela répondit en maugréant une réponse.

" C'est mon petit-ami. "

Monica ouvrit de grands yeux. Puis une grande bouche. Elle retint un hurlement de joie et envoya juste un immense sourire rempli de sous-entendus à sa frangine, qui leva les yeux au ciel. Elle murmura une réponse d'un ton excité, comme une gamine qui irait ouvrir des cadeaux de Noël en avance.

" J'en reviens paaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaas ! Allez, arrête de bouder, je vais te présenter à Keeva, je te promets que c'est un coeur sur patte cette fille, même si elle a un accent irlandais incroyable. "

Angela suivit Monica qui la tenait par la main en faisant la moue, et ils arrivèrent bientôt au niveau des trois jeunes. Elle parla d'une voix qui se forçait au calme, même si elle était folle.

" Keeva, Kean ! Je vous présente ma grande soeur, Angela. Angela, voici Keeva et Kean, ils sont frère et soeur et ils sont hyper sympas ! Alors, vous avez retrouvé votre cousin de San Diego ? "

Elle posa ensuite ses yeux sur Nathan, et le détailla un instant. Daaaaaamn, soeurette, c'est pas à Paris que t'aurait trouvé ça. Elle parla d'un ton joyeux et sincère.

" Excuse moi, tu es Nathan, c'est ça ? Angie a l'air en pleine forme, merci beaucoup, tu as l'air d'être un super petit-ami ! "

Angela aurait voulu mourir sur place, et elle fixa intensément le béton tâché de sang à ses pieds, rouge comme une pivoine.

Monica, tu parles vraiment trop.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://farewell-midnight.deviantart.com
Mythri
Maître de la machette


Messages : 816
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 21

Feuille de personnage
P.U.F.: Faso'
Relationship:
Cash: 175 + 25

MessageSujet: Re: [Event] Reunion    Dim 25 Oct - 18:23




    Une balle de tennis était coincée dans sa gorge. Et quelqu'un avait coulé du béton dans ses membres. Elle pensa esquisser un geste, et se ravisa, se contentant de se rapprocher de Luka, Lise et Jacob. Elle ne savait pas pourquoi elle réagissait comme ça, c'était nul, inapproprié, et surtout très gênant. Elle n'avait jamais été très proche de Jacob après, d'un accord tacite. Ils étaient en bons termes et se taquinaient parfois avec une voix un peu fausse, mais rien de plus. Par exemple, si elle s'était retrouvée seule avec lui au coin d'une rue, elle aurait trouvé un prétexte pour rentrer chez elle -c'était ça ou envisager de s'enterrer vivante. Elle était peu habituée aux malaises en société, et pourtant, là, c'en était un.
    Alice se contenta donc de rester près du trio, laissant Luka et Lise parler, buvant les paroles qui s'échangeaient. Elle se sentait idiote, au milieu de tous ces gens qui exprimaient leurs émotions, se laissaient déborder et contrôler par la joie, la tristesse... Bref, tous ces gens qui agissaient comme des êtres humains normaux. À côté d'eux, elle avait l'impression d'avoir un coeur de glace. Ca n'était pas le cas, bien sûr -quiconque la connaissait pouvait le savoir. Mais les circonstances avaient mené à ce résultat. Alice ébaucha un sourire timide, qui lui brûla presque les joues, demandant un effort anormal. Elle avait la sensation d'être prisonnière d'une bulle. Les bras ballants, elle tordait ses lèvres de gauche à droite, toujours en souriant -un peu. C'était un vieux tic, qu'elle pensait avoir éradiqué depuis plusieurs années maintenant -elle n'était même pas sûre qu'un des membres de la Dream Team comme ils l'appelaient, l'aient déjà vue faire ça. Ou alors, elle avait oublié, puisqu'elle ne le faisait que lorsqu'elle était particulièrement mal à l'aise, ou stressée.
    Elle se dit qu'elle accueillerait avec soulagement le moment où ils iraient se coucher -où elle pourrait enfin relâcher la pression.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob
Never grow up.


Messages : 1326
Date d'inscription : 25/08/2011
Age : 23

Feuille de personnage
P.U.F.: Hax-Makina
Relationship:
Cash: 20 + 15

MessageSujet: Re: [Event] Reunion    Lun 26 Oct - 11:08

    Bien évidemment, toute possibilité d'agissement spontané de la part de Jacob s'évanouit lorsqu'il vit que leur amie se tenait désormais avec eux, mais légèrement en retrait, n'osant de toute évidence pas se jeter à son cou comme les deux autres venaient de le faire, ce qu'il comprenait parfaitement.

    Pour être honnête, la voir ainsi lui fit de la peine. Tellement de peine que sa joie de les retrouver tous — même si d'un autre côté, la situation risquait de prendre une tournure légèrement compliquée à l'avenir, mais c'était un tout petit mal pour un très grand bien – et surtout son soulagement immense de les savoir en vie en furent salement diminués.
    Jacob devait s'y résoudre : même à présent que les choses avaient très largement évolué, dans le sens où plusieurs années s'étaient écoulés depuis qu'ils n'étaient plus ensemble et SURTOUT dans la mesure où entre temps la Civilisation s'était effondrée sous les coups de dents d'une déferlante de cadavres ambulants, il serait toujours un peu plus soucieux vis à vis de ce qui pouvait arriver à Alice plutôt qu'aux autres. Il serait peut-être un peu plus empathique.
    C'était con, peut-être une esquisse de reste de possessivité — instinct de mâle alpha surprise, coucou –, mais il n'y pouvait strictement rien.
    Evidemment sa gorge se noua aussi. L'entrain retomba brutalement sur ses épaules. Du coin de l'oeil il vit que les retrouvailles allaient bon train et que Nathan était désormais avec une paire de rouquins — qu'Angela observait d'un oeil circonspect, son cerveau était effectivement prêt à tout pour repousser le moment où omg il devrait parler à Alice – mais même si une part de lui avait envie de trouver ça extrêmement passionnant et tellement digne d'intérêt qu'il en aurait été prêt à laisser ses amis en plan pour aller y voir de plus près, une autre part de lui, très largement majoritaire quoi que tout aussi largement refoulée, restait focalisée sur une et une seule chose :
    Cette manie de tordre les lèvres.
    Alice semblait totalement désarmée.

    Chose qui tendait à le désarmer lui-même : depuis que tous deux se connaissaient, elle était clairement le membre actif de la paire, ce qui, au vu du naturel justement plutôt réservé de la femme, en disait très long sur le fantastique potentiel de passivité de Jacob.
    Cela justifiait peut-être à quel point il se sentait épanoui entouré d'amis comme Lise et Luka, qui défonçaient allègrement l'Activopotentiomètre à grands coups de pieds au quotidien.

    Conscient du fait qu'il lui fallait malgré tout agir — sans savoir que parallèlement, Luka, qui les observait tous deux, pensait exactement la même chose et voyait son fil de pensée actuellement bloqué à la phrase " porte tes couilles, Jake, merde " –, il se décida à faire un micro-pas vers elle, avant de lui offrir ce qui était à la base un maigre sourire, qui devint néanmoins sincère dans la mesure où dans le fond, il traduisait un réel bonheur :

    — Salut, Alice.

    Et il aurait agrémenté le tout d'un petit hochement de tête respectueux si Luka — toujours – n'avait décidé de prendre les choses en main à sa manière. Le cadet de la bande, n'y tenant plus et peu désireux de voir l'ambiance retomber comme le vieux soufflé totalement raté que Lise avait un jour tenté de leur faire pour sa pendaison de crémaillère, s'avança sans crier gare vers Jacob et, l'attrapant par les épaules, le poussa dans la direction d'Alice avant que Lise n'ait pu dire quoi que ce soit :

    — Oh allez merde fais pas ton timide ! Un bisou !

    Dieu merci pour lui, Jacob disposant néanmoins d'une constitution plus solide que Luka, la tentative de Luka ne réussit qu'à lui faire deux pas de plus et non à le projeter littéralement sur la pauvre fille comme prévu à la base.
    Lise, de son côté, leva les yeux au ciel, consternée, mais se garda bien de faire quoi que ce soit de plus.

_________________
black#eebfa3#513C52
CasierRP


Merciiiiiiii Faso !!!
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hax-makina.deviantart.com/
Mythri
Maître de la machette


Messages : 816
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 21

Feuille de personnage
P.U.F.: Faso'
Relationship:
Cash: 175 + 25

MessageSujet: Re: [Event] Reunion    Lun 26 Oct - 12:58



    Bénis soient Luka et sa conception des relations humaines et de la subtilité.
    Si Jacob ne tomba pas dans ses bras -encore heureux, il pesait quand même beaucoup plus lourd qu'elle et elle n'avait pas très envie d'une chute improvisée-, l'action de Luka permit néanmoins de dégeler un peu le cerveau de Alice -et aussi l'ambiance, ou du moins la façon dont elle ressentait cette ambiance.
    Son sourire se décoinça tandis qu'elle gagnait en assurance.

    ─ Salut. Je suis contente de te revoir.

    Elle n'avait pas parlé très fort, mais elle le pensait sincèrement. La seule chose qu'elle espérait, c'est que Luka ne décide pas de se mettre à se dandiner en battant des cils, mais elle osait espérer qu'il soit un peu plus mature que cela. De toute façon, il n'y avait rien d'ambigu dans ce qu'elle disait -elle n'aimait pas l’ambiguïté, qui lui donnait l'impression d'être un manchot maladroit. Elle était véritablement contente de le retrouver -vivant, s'entend. Bien sûr, elle ne fit rien de plus, mais elle crut bien que les larmes allaient finir par couler de ses yeux. De joie, d'épuisement, les mêmes qui coulaient partout autour d'elle. Mais elle n'aimait pas se donner en spectacle -d'autant plus que dans ces circonstances, ça serait plutôt mortifiant pour le pauvre Jacob, qui avait déjà eu le courage d'aller la voir, sous la tutelle de Saint Luka, faiseuse de couples depuis... le siècle dernier. Au moins.
    Elle avait arrêté de tordre sa bouche, et sentait que la pression redescendait petit à petit. La réalité se frayait doucement un chemin jusqu'à son esprit. C'était une bonne chose. Le choc avait déjà été suffisamment difficile, pas besoin d'en rajouter. Elle hésita un instant, puis décida de dire ce qui lui passait par la tête.

    ─ Nous sommes au complet maintenant.... Je n'aurais jamais cru pouvoir être aussi heureuse à nouveau.

    C'était tellement niais qu'elle craqua. Une larme, une seule, se fraya un chemin jusqu'à l'air libre, coulant le long de sa joue. Elle l'essuya en riant doucement. Un rire qui rappelait une certaine photo qu'ils avaient pris tous les quatre, une éternité plus tôt. Alice se demandait où était cette photo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob
Never grow up.


Messages : 1326
Date d'inscription : 25/08/2011
Age : 23

Feuille de personnage
P.U.F.: Hax-Makina
Relationship:
Cash: 20 + 15

MessageSujet: Re: [Event] Reunion    Lun 26 Oct - 15:08

    Comme prévu — sous ses airs d'excentrique loufoque, Luka était malgré tout quelqu'un d'extrêmement réfléchi et il connaissait surtout très bien ses amis –, l'action eut pour effet de briser le mur de glace qui avait au l'audace d'apparaître spontanément en plein milieu de cette formidable séances de retrouvailles dont il n'osait même plus espérer qu'elle ait lieu une heure plus tôt à peine. Luka, visiblement très fier de lui, adressa un grand sourire ravi à Lise lorsqu'Alice se détendit. Et par transitivité, Jacob se détendit à son tour, ce qui ne put qu'entraîner un nouveau grand sourire, adressé à une Lise qui, si elle tentait d'afficher une moue boudeuse, ne pouvait réprimer un discret sourire en coin.

    — Salut. Je suis contente de te voir.

    Jacob put enfin dégainer le hochement de tête qu'il avait en stock, devant désormais attendre cinq tours de jeu pour pouvoir utiliser de nouveau un geste aussi peu statique. Son sourire se fit moins crispé. Dans la tête de Luka, c'était la hola, et Gloria Gaynor était à deux doigts de se mettre à chanter I will survive, quand bien même Luka, n'étant ni français ni véritablement intéressé par le soccer, n'avait pas la moindre idée de la signification victorieuse que pouvait avoir cette chanson dans l'esprit des bouffeurs de baguette.

    — Moi aussi... marmonna Jacob, honnête, mais n'ayant pas forcément envie que le sujet se mute en une scène de série pour adolescents.

    Quand bien même une petite larme se frayait un chemin sur l'une des joues de la blonde, juste après qu'elle ait fait par de son contentement de voir le groupe de nouveau réuni. Larme bien entendu totalement mortifiante pour ce pauvre Jacob, qui fut une fois de plus sauvé par son chien tellement intelligent et bienveillant qu'on en avait parfois l'air qu'il était contrôlé par une humaine, au vu de son véritable rôle d'ange gardien et surtout protecteur au comportement absolument-pas-canin.
    Car Ersatz, qui avait jusque là observé la scène d'un oeil attentif, choisit ce moment exact pour s'avancer et se repositionner aux côtés de son maître, bien sagement.
    Sentant le flanc de l'animal qui faisait légèrement pression sur sa jambe, Jacob eut une légère grimace, du genre " en fait justement... ", dodelina très légèrement de la tête avant de faire, en désignant le chien du regard :

    — A ce propos... on est plus ou moins cinq maintenant... voire six... si on compte la tortue...

    ... tortue qui devait très certainement s'échiner à tenter de sortir de son enclos improvisé en cet instant précis, les tortues d'Hermann étant extrêmement têtues et la sienne encore plus. Mais maintenant qu'il y pensait, Luka serait très certainement particulièrement ravi de passer de longues heures à promener la tortue sur le Toit voire à Sun Plaza. C'était typiquement le genre d'activité que lui seul pouvait trouver super méga trop top cool.
    Bon plan.

_________________
black#eebfa3#513C52
CasierRP


Merciiiiiiii Faso !!!
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hax-makina.deviantart.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Event] Reunion    Aujourd'hui à 13:26

Revenir en haut Aller en bas
 
[Event] Reunion
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Event Horde]L'operation Agonie
» [ Event : rp ] Combat d'arène (clandestin)
» [EVENT JCJ RP OUVERT] : Vendredi 4 décembre. début 21h20
» [Projet- Event pré 4.0.3] La vérité sur ...
» [Event Jdr JcJ] L'Attaque du Donjon de Hurlevent !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*SUN CITY :: L'Exterieur. :: Le Parking-
Sauter vers: